Marc Perelman, Le Corbusier. Une froide vision du monde, Paris, Michalon, collection « Document », 2015, 256 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

L’actualité médiatique, qui fonctionne et vit selon ses propres courants internes, connaît un certain magnétisme autour de la figure de Le Corbusier, à qui une exposition est spécifiquement consacrée au Centre Pompidou de Paris, dans le même temps où sortent en librairie plusieurs ouvrages critiques à l’égard du personnage. Parmi eux, celui de Marc Perelman, que l’on connaissait jusqu’à présent surtout pour ses travaux liés à la « théorie critique du sport »1, mais qui avait déjà livré une étude sur Le Corbusier en 1986, Urbs ex machina, Le Corbusier (le courant froid de l’architecture). Son approche se veut volontairement globale, considérant qu’entre les écrits et les réalisations, nulle antinomie n’existe au sein de ce qu’il qualifie d’« œuvre-système » (p. 36).

En fait, Marc Perelman situe Le Corbusier au sein de l’esprit totalitaire du XXe siècle. Il rappelle non seulement sa proximité avec des éléments fascistes français2 puis avec les autorités de Vichy au début des années 1940 – autorités qui lui avaient confié le projet de plan d’urbanisme d’Alger –, mais surtout son souci d’ordre exacerbé. « Architecture ou révolution », telle est l’alternative posée par Le Corbusier lui-même en 1925, qui voit dans la transformation radicale de l’urbanisme le moyen d’adapter l’homme à la société technologique en lui redonnant un cadre inspiré d’une nature profondément idéalisée : surplombante et dominatrice, elle est finalement synonyme d’architecture. Car c’est bien l’idée d’ordre qui semble guider l’architecte, attaché à la hiérarchie sociale, et désireux d’intégrer, de policer la population au sein de ses nouvelles villes. Selon Marc Perelman, l’urbanisme défendu par Le Corbusier, dont la pointe avancée est le projet de réaménager en profondeur le centre de Paris (Plan Voisin), apparaît donc comme privilégiant la structure, l’ossature, sur un mode standardisé, taylorisé. Il serait donc celui d’une ville sans histoire, soucieuse de vitesse et de concentration démographique : les rues traditionnelles doivent disparaître au profit de l’automobile et d’axes qui lui seraient dédiés, tandis que les habitats, en hauteur, seront des tours de verre géométriques, rigoureuses, entourés d’espaces verts eux aussi ordonnés. L’analyse est donc clairement à charge, Marc Perelman faisant à la fin de son étude le lien avec le fascisme3 et la vision critique du sport4. Le Corbusier défend en effet l’activité sportive, destinée à occuper les loisirs afin de ne pas laisser la population désordonnée, ce qui s’inscrit, selon l’auteur, dans un projet explicite de contrôle social. Dans cette approche, le Modulor, étalon humain universel, représente une volonté de contrôle corporelle : « Le corps est soumis à une mathématisation, une géométrisation du monde, il est réduit à l’exhibition de proportions abstraites. Il est divisé, fragmenté, morcelé, haché. » (p. 217).

Cet essai souffre malheureusement de plusieurs faiblesses qui n’en font qu’une critique partielle, loin de pouvoir s’imposer comme une approche suffisamment convaincante. Il s’adresse en effet à un public déjà un tant soit peu familier de l’homme et de l’œuvre, car en plus de ne proposer aucun itinéraire biographique pouvant servir de repère, Marc Perelman livre un ouvrage consacré à l’architecture… dépourvu de toute iconographie ! Quelques reproductions de plans ou maquettes en noir et blanc auraient suffi à mieux matérialiser ce dont il était question. Par ailleurs, sa prose est souvent excessivement technique, théorique voire abstraite, ne reposant pas sur suffisamment d’exemples concrets des réalisations de l’architecte, de croquis, et se perdant parfois dans des circonvolutions sources de répétitions. Enfin, Le Corbusier est certes replacé dans la modernité du XXe siècle, mais la mise en perspective est quasiment absente. Quelle est sa place dans les courants architecturaux contemporains, est-il représentatif ou singulier, dans quelles filiations se place-t-il, y compris en remontant jusqu’à l’Antiquité et les plans orthogonaux d’Hippodamos de Milet, par exemple ? Autant de questions dont on ne trouvera pas ici les réponses.

1Voir par exemple Le Sport barbare. Critique d’un fléau mondial, Paris, Michalon, 2008, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_divers.htm#perelman

2 « Le Corbusier a été de façon continue du début des années 1920 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale proche de l’extrême droite, parfois fascisante, voire fasciste. » (p. 48).

3« Les normes anthropométriques du Modulor avouent l’attrait pour le corps fasciste. » (p. 226), ce qui nous semble au moins en partie excessif.

4Il met également à profit les critiques de Walter Benjamin ou des situationnistes, mais cet angle d’attaque n’est hélas que survolé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *