Pierre Laforgue, Politiques de Baudelaire. Huit études, France, Eurédit, 2014, 240 pages, 49 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

On connaît la fameuse phrase de Baudelaire selon laquelle le coup d’État du 2 décembre 1851 l’aurait physiquement « dépolitiqué ». Reprise et répétée à l’envie, elle semble servir de preuve, et dispenser la critique de toute analyse, de toute interrogation sur la signification exacte et les contours de cette étrange expression. C’est le contre-pied de l’attitude passive et dogmatique de cette critique que Pierre Laforgue, dans ses huit études (dont une seule était parue précédemment), prend ici, en interrogeant la politique du texte baudelairien. Texte qui « est un texte politique, non seulement dans tel ou tel poème ou dans tel ou tel essai, mais dans sa totalité. Sauf que cette politique n’est pas énoncée en un discours suivi et que, si elle est partout dans l’œuvre, sa présence se fait sur le mode de l’étoilement » (p. 19). Et Laforgue d’interroger ces politiques, en fonction d’une étude originale, en adoptant la méthode de la sociocritique. Celle-ci consiste à rejeter la déshistorisation des poèmes de Baudelaire, tout en ne cédant pas au leurre d’un pseudo travail de décodage politique de ses écrits. Il s’agit dès lors de « montrer comme le politique trouve à s’inscrire dans l’œuvre de Baudelaire » (p. 18), en s’intéressant à son énonciation plutôt qu’à son énoncé (p. 191).

Si les études réunies ici démontrent l’originalité et la pertinence d’une telle méthode, parfois, tout à sa défense de la légitimité de la sociocritique au regard d’une lecture (trop directement) politique, Laforgue en vient à l’une ou l’autre affirmation, qui mériterait d’être plus nuancée. Ainsi, Une mort héroïque est peut-être une « fable sans morale » (p. 185), en un sens seulement partiel car si, de fait, le poème ne délivre pas de morale explicite, il appelle néanmoins le lecteur à s’interroger sur la morale d’une telle histoire – et le caractère énigmatique du récit sert d’ailleurs de catalyseur à cette interrogation. De même, dire que Baudelaire, dans Assommons les pauvres !, s’amuse à retourner et à vider de sens, les termes d’une opposition politique de type bourgeois/socialiste, droite/gauche (p. 188) est inapproprié, car un tel retournement, évidement, s’avère impossible. Ces contradictions correspondent plutôt à la posture politique du romantisme (voir à ce sujet Michaël Löwy et Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Payot, 1992).

L’auteur insiste à juste titre sur l’importance du romantisme aux yeux de Baudelaire, qui situe toujours sa réflexion par rapport à celui-ci (p. 94), en prenant au sérieux sa dimension politique (p. 126). Cela permet à Laforgue de mettre en lumière le concept baudelairien de « modernité », comme « inflexion du romantisme » (p. 92), « conscience que politique et histoire se sont dissociés l’une de l’autre » (p. 88), marquant dans le même temps l’exil du poète et celui de l’histoire. De plus, il éclaire la dimension politique du dandysme de Baudelaire et le relief tout particulier de 1848 dans son œuvre : « 1848 est une des composantes majeures de la poétique de Baudelaire dans Les Fleurs du Mal, – quand bien même Baudelaire ne s’implique plus aussi nettement dans l’événement 1848 » (p. 76).

Les huit études du recueil sont aussi intéressantes qu’agréables à lire, peut-être plus encore les trois analyses de poèmes en prose, particulièrement riches, qui clôturent cet essai. Ainsi, Laforgue fait entendre avec brio le grincement du poème Le Vieux Saltimbanque, proposant en outre une réflexion stimulante sur la tension entre poésie et réalité de la pauvreté, dont la prose constituerait « la seule modalité possible de la représentation d’une réalité qu’il est impensable de soumettre à un régime poétique d’écriture », Baudelaire se refusant à toute esthétisation. Et l’auteur de conclure que « Le Spleen de Paris est peut-être plus profondément le livre de la misère – de la misère de la poésie » (p. 156-157).

Nous ne pouvons que nous réjouir que paraissent coup sur coup deux essais – Lectures du Spleen de Paris, sous la direction de Steve Murphy, et auquel, d’ailleurs, Laforgue a contribué (voir le compte-rendu sur ce blog) et ce livre-ci –, qui renouvellent, dans le champ critique francophone, les analyses de l’œuvre de Baudelaire, en les réinscrivant dans l’histoire et en redonnant à voir leurs enjeux esthétiques, mais aussi politiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.