Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Il est parfois des comptes rendus de lecture plus compliqués que d’autres à rédiger, soit que l’on connaisse l’auteur, soit que l’on ne maîtrise qu’imparfaitement le sujet. Ici, nous nous trouvons dans le premier cas de figure. En effet, Fanny Gallot n’est pas une inconnue, elle est membre de Dissidences, et il aurait été malhonnête de ne pas le signaler d’entrée de jeu. Récompensée en 2013 par l’Institut du genre du CNRS, sa thèse, dont l’ouvrage est tiré, pouvait laisser présager que le conflit d’intérêt tant redouté n’interviendrait pas mais parfois les prix …

La lecture fut au-delà de nos espérances. Derrière un titre accrocheur, certainement dû à une volonté de l’éditeur – le titre originellement prévu étant Les ouvrières, une génération, des combats (1968-2012) – le lecteur s’attend à une anthologie des luttes d’ouvrières du textile ou de l’habillement post mai 1968. En réalité, l’ambition de l’ouvrage est bien plus grande : proposer un essai d’histoire totale des ouvrières des Trente glorieuses à la désindustrialisation. Si le textile est évidemment au cœur de l’étude avec les filles de Chantelle, la métallurgie est également présente avec les ouvrières de Seb (ces entreprises constituent d’ailleurs les deux principaux terrains d’observation), sans compter les multiples insertions vers Tournus, Le Creusot, Lip, Lejaby, etc.

A travers douze chapitres, l’auteure explore toutes les dimensions de genre et de classe de ces femmes à travers sphère publique et privée (et parfois très privée), dans et hors du travail, entre mères et célibataires, entre ouvriers et ouvrières, entre ouvrières, entre ouvrières et direction, entre syndiqués et syndiquées, entre syndiquées et non syndiquées, entre syndicats, bref une approche globale socio-historique, dont cette liste reflète mal la prédominance des premiers thèmes sur les derniers (la question de l’engagement syndical n’est en effet abordée qu’au 10e chapitre).

La déconstruction de certains « dogmes » constitue de loin l’enjeu le plus intéressant de l’ouvrage. Sans vouloir tout dévoiler, nous nous arrêterons sur un des points centraux : la question du féminisme ou du féminin. Si l’ouvrage ne prétend pas clore le débat sur cette épineuse question, il apporte de nombreuses nouvelles réponses. Quelques exemples sont très parlants comme certaines transgressions non conscientes (qu’elles soient de classe ou de genre) pratiquées par ces ouvrières – en particulier lors des luttes – et non revendiquées en tant que telles par ces femmes, ou encore le décalage qui a pu exister entre les féministes « intellectuelles et parisiennes » des années 70 venues visiter ces travailleuses de province et projetant sur/par elles leurs propres aspirations que ces mêmes ouvrières ne reconnaissent pas, voire récusent. Également éclairante est l’entrée générationnelle, très en vogue et pas toujours pertinente à mon sens, mais qui ici se montre révélatrice de ruptures en termes de mentalités et de pratiques. On pourrait multiplier à l’envie les éléments novateurs tant cet ouvrage en regorge mais nous préférons laisser aux futur(e)s lecteurs(trices) le plaisir de la découverte.

En somme En découdre peut être considéré comme le nouveau Les ouvrières de la République « made in France » (Helen Harden Chenut est une universitaire étasunienne1), et l’on ne peut que vivement le conseiller à tout amateur de gender studies et bien au-delà.

1Helen Harden Chenut, Les ouvrières de la République. Les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 424 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.