Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? (Does Capitalism have a Future ?), Paris, La Découverte, collection « L’horizon des possibles », 2014 (2013 pour l’édition originale), 336 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Capitalisme a-t-il un avenir ? s’inscrit a priori dans la lignée de ces ouvrages réflexifs que furent Y a-t-il une vie après le capitalisme ? (sous la direction de Stathis Kouvelakis) ou Postcapitalisme (sous la direction de Clémentine Autain)1, à ceci près qu’à la différence de ces deux titres, clairement militants et engagés, celui-ci privilégie une démarche scientifique, basée sur la macro-sociologie historique, l’étude systémique de la réalité passée, présente et à venir. Immanuel Wallerstein est assurément le plus connu de ce panel d’auteurs en France, les autres ayant été peu ou pas traduits, mais loin d’une ligne éditoriale commune, tous ces chercheurs, bien qu’usant de méthodes semblables, ne partagent pas nécessairement les mêmes analyses et les mêmes conclusions. Néanmoins, leur objectif partagé était d’isoler, de repérer les « dynamiques structurelles profondes » (p. 10) de l’évolution du capitalisme, sans verser dans des scénarii de politique fiction détaillés. L’écriture de l’introduction et de la conclusion est commune, chacun d’entre eux signant individuellement sa propre contribution.

Immanuel Wallerstein pose d’emblée un diagnostic clair : le capitalisme est, pour lui, entré dans la « phase terminale de sa crise structurelle » (p. 20). Pour aboutir à ce constat, il croise les apports des cycles de Kondratiev et des cycles d’hégémonie (celle des États-Unis ayant été opposée l’Allemagne entre 1873 et 1945, avant de connaître un statu quo avec l’URSS, toutes affirmations que l’on pourrait discuter), insistant particulièrement sur la crise structurelle du capitalisme initiée à partir des années 1970. A ses yeux, la hausse constante des coûts de production est irréversible, et elle se double d’une instabilité politique, initiée par la « révolution-monde » de 1968 et par la réaction néo-libérale qu’elle suscita au sein des classes dirigeantes du monde capitaliste. Le résultat, en ce début de XXIe siècle, est une instabilité et une incertitude chroniques, car la « (…) combinaison d’austérité, de répression et de recherche d’argent à court terme entraîne une aggravation générale de la situation mondiale. » (p. 55) Dès lors, l’alternative se situe désormais, selon lui, entre conservateurs et réformateurs, « horizontalistes » (décentralisateurs et décroissants) ou « verticalistes » (favorables à une organisation politique verticale et à une croissance ciblée), ayant en commun l’objectif de davantage d’égalité et de démocratie. On saisit, avec cette première contribution, toute l’ambiguïté de l’exercice : une volonté de prendre de la hauteur, un recul utile et un esprit de synthèse acéré, mais une tendance à simplifier les choses, à tailler à coup de serpe dans la complexité des phénomènes.

Randall Collins, pour sa part, bâtit sa prospective personnelle sur l’hypothèse d’un chômage de masse croissant, lié à l’informatisation généralisée2, grimpant jusqu’à 50 voire 70% (sic) de la population active, et laissant des classes moyennes en déshérence. Cette vision relativement catastrophiste des choses, qu’il s’efforce d’argumenter longuement, conduirait à une alternative tranchée entre révolutionnaires et néo-fascistes, la crise structurelle du capitalisme étant en outre renforcée par la crise écologique. Ce scénario nous semble toutefois l’un des plus fragiles. La paupérisation des classes moyennes qu’il imagine ne s’articulerait pas obligatoirement avec une absence totale d’activité, et surtout, c’est là une vision qui semble surtout convenir aux pays les plus développés. D’autant qu’on imagine mal les gouvernements naviguer complètement à vue dans cette configuration, sans pour autant croire qu’« Une révolution institutionnelle pacifique est possible. » (p. 102) Enfin, sa vision d’une possible oscillation, à l’échelle séculaire, entre systèmes capitalistes et systèmes socialistes (qui sont excessivement tributaires ici de ceux du « socialisme réellement existant » du XXe siècle), voire de « nouvelles formes » (p. 111), peine à pleinement convaincre, sans doute par son caractère trop généraliste3.

Michael Mann se distingue de ses deux collègues par un optimisme plus net. Il voit en effet les deux crises majeures du capitalisme, la « Grande Dépression » de 1929 et la « Grande Récession » de 2008, comme conjoncturelles plus que structurelles. C’est ce qui l’amène à considérer que l’avenir du capitalisme est celui d’un monde multipolaire, sans guerre mondiale, engendrant de nouvelles « destructions créatrices » (Schumpeter) afin de trouver des sources de profit toujours renouvelées (comme le capitalisme vert). Nulle surprise, en suivant ces considérations, de déboucher sur des sociétés certes inégales mais stables, un capitalisme conduit par une faible croissance mais d’où tout horizon révolutionnaire est évacué (« S’il est un phénomène pour lequel la fin semble vraiment proche, c’est bien le socialisme révolutionnaire. », p. 153).

Georgi Derluguian adopte un parti pris fort différent de ses coauteurs. Revenant sur les prévisions d’une chute de l’URSS avancées dans les années 1970 par Immanuel Wallerstein et Randal Collins, il fait un retour sur l’expérience soviétique, analysée avant tout sous un angle géopolitique. Il replace ainsi l’URSS dans la continuité impériale de la Russie, les bolcheviques partageant avec des tsars comme Pierre le Grand un même souci de modernisation du pays4. Loin de toute critique unilatérale de ces derniers, il leur reconnaît également une prise en compte des nationalités diverses, de l’acculturation du peuple et d’une promotion sociale inédite à l’égard de couches sociales jusqu’alors marginalisées. Par ailleurs, il considère la guerre, Première Guerre mondiale et guerre civile enchevêtrées, comme la matrice de ce « socialisme de forteresse » et de l’État bureaucratique qui fut la constante de l’histoire soviétique, avec une oligarchie qui, selon Georgi Derluguian, paralysa le système économique5. C’est ce qui explique, selon lui, la volonté de cette oligarchie bureaucratique de passer à un capitalisme d’État, transition qu’aurait effectué Beria (une uchronie contestable) et que Gorbatchev échoue à mener à bien6, là où la Chine a connu un succès plus net, en particulier parce qu’elle était alors placée – à la fin des années 1970 – dans une position éloignée de la guerre froide soviéto-américaine. Il en tire la conclusion selon laquelle, pour le XXIe siècle, le scénario d’une révolution sera – et devra être, même – radicalement autre que celui de 1917 (« Si la guerre a pu être évitée, alors les révolutions violentes et les dictatures d’extrême gauche et d’extrême droite pourront sans doute elles aussi être évitées au XXIe siècle. », p. 215). Enfin, Craig Calhoun rejoint en partie les positions de Michael Mann. Plutôt qu’un effondrement, il voit la chute d’un certain capitalisme comme une période longue, à l’image de la transition entre féodalisme et capitalisme. Le problème principal, qui explique la crise mondiale de 2008, c’est la financiarisation croissante du système capitaliste depuis une quarantaine d’années. Dès lors, ce qui risque de se produire, c’est une conjonction de crise économique – caractérisée par une stagnation ou une croissance faible – et de crise politique, liée au caractère jugé de plus en plus insupportable et de la croissance des inégalités, et de l’externalisation des coûts de production (comme sur les ponctions faites à la nature, par exemple). L’avenir, selon lui, appartient donc davantage à un nouveau capitalisme d’État qu’à un néo-libéralisme de plus en plus décrédibilisé.

La conclusion revient sur ces différentes analyses, tentant de tirer des leçons de chacune des cinq contributions. L’alternative se jouerait ainsi entre une crise finale du capitalisme comme systèmemonde, un déplacement de l’hégémonie des puissances traditionnelles, et la catastrophe climatique encore en gestation. Un tel contexte pouvant encourager « une dynamique d’auto-organisation » (p. 312), autrement dit un regain d’activité notable pour le courant libertaire. Là où les auteurs semblent d’accord, c’est sur la nécessité de combiner, sur le plan économique, entre public et privé, État et marché. Bien qu’un tel effort de synthèse ait toujours tendance à émousser la force de certaines analyses, celles-ci, de surcroît, ne s’inscrivant que dans le cadre limité de la macro-sociologie, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? contient néanmoins en lui-même suffisamment de réflexions stimulantes pour réfléchir encore et encore à cet avenir qui vient…

2Randall Collins montre au passage qu’il ne maîtrise pas réellement la culture science-fictive, étant resté sur l’hypothèse d’une révolte des robots, alors que la littérature de science-fiction tout particulièrement avait envisagé le remplacement des travailleurs et la domination d’une « caste de capitalistes » (voir entre autres Philippe Curval et sa Chère Humanité).

3Elle n’est pas sans rappeler l’idée avancée au début des années 1950 par Michel Pablo, alors secrétaire de la IVe Internationale, de « siècles de transition » pour parvenir au communisme.

4« (…) le marxisme nourrissait également chez eux un puissant rationalisme scientifique qui en faisait une variété inédite de visionnaires idéologiques modernistes épris de science et d’industrie. Dès le départ, ces marxistes révolutionnaires anticapitalistes étaient prêts à s’emparer des armes de leurs ennemis : la discipline militaire et la planification industrielle promues par l’État allemand et les chaînes de montage chères à Henry Ford. » (p. 177).

5« L’économie de commande a besoin d’un chef suprême qui prenne les décisions concernant l’affectation des ressources. En son absence, le gouvernement central est réduit à l’inertie bureaucratique, paralysée par le lobbying et les querelles d’influence des divers ministères et administrations locales. » (p. 190).

6« Au lieu d’une stratégie rationnelle mettant à profit les atouts de la superpuissance soviétique pour négocier une inclusion collective plus honorable au sein de la hiérarchie capitaliste mondiale, la nomenklatura a dilapidé et cannibalisé les actifs soviétiques dans une fuite en avant visant à protéger ses positions oligarchiques individuelles tant face à la purge gorbatchévienne que face au danger de rébellions populaires. » (p. 206).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.