Lucien Bianco, La Récidive. Révolution russe, révolution chinoise, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque des histoires », 2014, 528 pages, 29 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Lucien Bianco est un spécialiste émérite de l’histoire de la Chine contemporaine, auteur en particulier d’un livre ayant fait date, Les Origines de la révolution chinoise. Dans son dernier ouvrage, il délivre une analyse en forme de bilan du siècle, se livrant à une comparaison de deux pays en révolution, l’URSS et la Chine, sous la direction respective de Joseph Staline et Mao Zedong, même si ses limites chronologiques excèdent quelque peu l’exercice du pouvoir de ces figures tutélaires (1917-1953 pour l’URSS, 1949-1978 pour la Chine). Derrière Staline et Mao, il y a bien sûr Lénine, géniteur d’un marxisme russifié, doté d’une ambition universelle que sa transposition en Chine aurait encore davantage nationalisé1. Son exercice d’histoire comparative s’exerce à travers plusieurs thématiques, qui sont autant de chapitres, terrains d’exercice d’une critique dure, voire acerbe. Un exercice justifié à la fois par la situation initiale des deux pays et par l’inspiration des deux dictateurs.

Voici en effet deux pays gigantesques, soumis à un retard industriel que n’ont pas suffisamment compensé de réels efforts de modernisation, et dominés par une population paysanne largement majoritaire, régie par les traditions et un certain immobilisme. L’exode rural provoqué dans les deux territoires aboutit à la formation d’une classe ouvrière surtout concentrée dans quelques villes (Saint-Pétersbourg et Shanghai), plus occidentalisée et développée en Russie. Autre parallèle, la guerre, sans laquelle la victoire communiste n’aurait pu advenir, même si dans le cas chinois, la légitimité du PCC est plus grande, la guerre civile ayant, à l’inverse de la Russie bolchevique, déjà eu lieu. Enfin, l’objectif de moderniser le pays, de l’industrialiser en se servant de la base paysanne, est repris à leur compte à la fois par Staline et Mao. Toutefois, dans le premier cas, bien que le Grand Tournant de 1929 soit désorganisé et gaspilleur (« ultragauchiste », dit Bianco p. 49), il s’accompagne d’un enthousiasme réel chez ses ouvriers et pose les bases de la résistance future à Hitler. A l’inverse, Mao, s’inspirant largement de la période du premier plan quinquennal soviétique, n’aboutit qu’à un bilan négatif, le développement ne décollant pas réellement avant 19782.

D’autre part, les communistes chinois ont une plus grande proximité avec les masses paysannes, la collectivisation s’y déroulant avec une brutalité moindre, alors que les bolcheviques se sont livrés à une véritable guerre contre les paysans, d’abord à l’époque du communisme de guerre (mais les enjeux de survie sont rappelés), et surtout au tournant des années 1920-1930 ; si Lucien Bianco, à cet égard, souligne utilement la force des résistances paysannes, il estime que la lutte des classes au village fut une invention propagandiste, en partie artificielle et surévaluée (le koulak comme bouc émissaire), ce que l’on pourrait discuter. En dépit de cette divergence de perception par rapport à la paysannerie, les famines unissent une fois encore les politiques maoïste et stalinienne. Lucien Bianco replace ainsi les famines de 1932-1933 en URSS et 1957-1960 en Chine (consécutive au Grand Bond en avant) dans le temps long, celui d’une fragilité liée à l’avancée dans le processus de transition démographique, l’accroissement de la population s’effectuant dans des pays encore peu développés. Ces données structurelles n’atténuent en rien, selon l’auteur, les responsabilités dirigeantes. Pour la famine en Ukraine, qui fut précédée de celle touchant le Kazakhstan (décès d’un quart de la population totale par suite d’un processus de sédentarisation contrainte), ce sont les demandes excessives de collecte de céréales, puis les mesures prises en rétorsion, qui sont en cause. Dans le cas de la Chine, des demandes excessives de collecte de production sont également au cœur du drame, à ceci près que Staline, contrairement à Mao, laissa semble-t-il volontairement s’aggraver la famine.

Les descriptions approfondies de la politique suivie par un Staline devenu primus inter pares sont en effet d’autant plus cruciales qu’elles ont servi à un Mao qui, d’après Lucien Bianco, n’a finalement fait que reproduire globalement le modèle soviétique, loin des dénonciations du révisionnisme de l’URSS. Même État-Parti totalitaire ; même dictature personnelle ; même type de bureaucratie3, d’origine populaire mais corrompue, inefficace, conformiste et privilégiée ; même obsession des quotas ; même traitement de la culture, soumise au contrôle idéologique4, ainsi que l’illustrent de nombreux exemples ; même utilisation des camps, la Chine ayant directement copié les méthodes du NKVD ; etc… Là où Mao se distingue de Staline, aux yeux de Lucien Bianco, c’est dans le souci d’égalité, conservé par le premier tandis que le second s’accommode parfaitement d’inégalités croissantes ; la critique de la bureaucratie formulée par Mao lui semble toutefois plus subjective que solidement argumentée5. Mais cette différenciation sert à l’auteur pour saluer davantage le bilan de Staline, lui qui a réussi, même si au prix fort, à moderniser son pays. La palme de l’efficacité est donc décernée au dirigeant soviétique, qui a su, contrairement à la Chine, favoriser le développement scientifique, lui qui était également plus réaliste et efficace, plus monstrueux aussi car oh combien plus méthodique dans l’horreur (la Grande Terreur s’opposant de la sorte à la Révolution culturelle).

La conclusion de cette somme était déjà perceptible dans son titre : les deux pays ont vécu une « tragédie », ce qui condamne aux yeux de l’auteur toute entreprise révolutionnaire, vouée à causer plus de dégâts qu’à apporter la justice (« (…) le réformisme, c’est encore ce qu’il y a de mieux. », p. 480). Ce constat, Lucien Bianco le fait en portant un regard en partie nuancé, puisqu’il accorde aux deux dictateurs le mérite d’avoir amélioré la situation médicale et éducative de leurs populations (l’émancipation féminine, sensible au début du pouvoir communiste en Chine, demeura inachevée voire enrayée). Il n’empêche, la leçon est claire : les expériences pratiques de Staline et Mao sont le fruit logique de Lénine (vu comme le père du totalitarisme moderne) et même de Marx (au prix d’une vision fixiste et simplifiée, unilatérale du marxisme6), avec certes une différence de degré, Lucien Bianco considérant leur idéologie comme un tout déterminant, puisque « Ces assoiffés de pouvoir absolu n’ont donc pas cherché le pouvoir pour le pouvoir, ils ont cru à leur mission, s’imaginant travailler au bonheur du peuple en faisant le malheur des vivants. » (p. 410). Avec les références surplombantes de Alain Besançon, Dominique Colas, François Furet, voire de Robert Service, étiqueté « un [des] meilleurs biographes » de Staline (sic, p. 411), La Récidive apparaît de la sorte comme un parfait surgeon de l’école totalitaire, ce qui lui ôte tout caractère novateur.

1Lucien Bianco évacue de la sorte toute idée d’un universalisme maoïste, mettant l’accent sur l’objectif avant tout interne au processus révolutionnaire chinois, centré sur la patrie, son indépendance, sa force.

2 « (…) la façon dont cette voie originale (…) prétend corriger le modèle s’inspire des mêmes idéaux et les radicalise : elle va plus loin dans le même sens et, ce faisant, aggrave les effets des traumatismes répétés du début à la fin des années 1930, de l’industrialisation forcenée, la collectivisation, la dékoulakisation et de la famine à la Grande Terreur. » (p. 90).

3Stigmatisant l’inflation quantitative de la bureaucratie dès les premières années de la Russie bolchevique, comparativement à ce qu’elle était sous l’ancien régime, Lucien Bianco omet de dire qu’elle dut par la force des choses se substituer à l’administration tsariste et au rôle rempli précédemment par les classes dominantes.

4Avec une scansion temporelle relativement proche : pour l’URSS, un répit initial jusqu’en 1929 avant un contrôle toujours plus accru de 29 à 41 et de 45 à 53 (la Seconde Guerre marquant une pause dans le processus) ; pour la Chine, un contrôle en croissance continue de 1957 à 1966, puis de 1966 à 1976. Lucien Bianco juge par ailleurs plus forte et plus représentative la littérature d’origine soviétique sur le totalitarisme.

5On pourrait également relever une différence dans la finalité des camps, strictement répressive et exploiteuse dans le cas de l’URSS stalinienne, tandis que la Chine s’efforce de poursuivre un objectif de redressement moral des détenus.

6 Il qualifie d’ailleurs lui-même ses propos sur le sujet comme des « remarques à l’emporte-pièce » (p. 468).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.