Jean Charles, Besançon ouvrier. Aux origines du mouvement syndical, 1882-1914, Besançon, Presses universitaires de Franche-comté, 2010, 406 pages, 17 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage avait connu une première édition en 1962 aux Éditions sociales. Il est réédité aujourd’hui avec une postface d’environ 80 pages, qui permet d’actualiser l’analyse par le biais des travaux et recherches conduits depuis un demi-siècle. L’ouvrage se décompose en trois parties chronologiquement déclinées. Dans une première période (1870 à 1895) les trois chapitres développent sur la naissances des organisations syndicales, en lien avec les mouvements revendicatifs. Dans cette première phase les ouvriers de l’horlogerie, corporation très qualifiée, jouent un rôle central. Particularité, ces horlogers sont également étrangers, puisque la Suisse voisine fournit son contingent de travailleurs horlogers à une fédération ouvrière qui se créée officiellement en 1891. Du point de vue politique, cette fédération se trouve sous l’influence du POSR (Parti ouvrier socialiste révolutionnaire) de Jean Allemane, branche très modérée du socialisme naissant. A la fin de cette première phase, en 1894, se pose la question des moyens à développer pour soutenir les mouvements de grève. C’est ainsi qu’est mis sur pied une caisse de grève. Durant ces première années, on assiste donc à une période d’organisation du mouvement ouvrier, à travers la fédération ouvrière. Cette fédération est surtout marquée par les questions locales, ignorant les débats stratégiques qui agitent le mouvement ouvrier au niveau national. Mais en 1895 une nouvelle étape s’ouvre pour la fédération. Pendant cette seconde période (1891-1905), la fédération est dominée par le réformisme. En effet, face à la crise économique qui sévit, les dirigeants de la fédération se montrent très sensibles à la conjoncture : « Les dirigeants fédéraux deviennent des éléments modérateurs, ceci au nom de l’intérêt général du mouvement ouvrier bisontin » (p. 80). Sous l’égide de son dirigeant, Adrien Graizely, permanent de 1894 à 1924, la fédération développe ses services (enseignement, bureau de placement, coopérative de consommation). Pour ce dirigeant, « la bonne marche de l’organisation se mesure à la quantité d’argent qu’elle possède en caisse et sur son livret de caisse d’épargne » (p. 101). Dans ces conditions, on comprend la centralité de la caisse de grève dans l’orientation et l’imaginaire syndical. La puissance syndicale, c’est une caisse en excédent. Le syndicalisme qui se développe se situe à l’opposé du syndicalisme d’action directe, car la Fédération, en versant des secours aux grévistes, juge en dernier ressort de l’opportunité ou non d’un mouvement gréviste.  Conséquence, les grèves sont proscrites, car elles tendent à vider les caisses. Quant à la grève générale, elle est bannie car… elle coûte trop cher ! D’outil en faveur de la grève, la caisse de grève se révèle en pratique un obstacle à son développement, «  une entrave à l’action collective » (p. 109). Cette orientation clairement réformiste de la fédération explique la faiblesse des liens qui la relie aux organisations syndicales nationales. Cherchant à comprendre les raisons de cette domination du réformisme, Jean Charles en attribue la paternité à trois dimensions : l’influence du syndicalisme suisse, les conditions politiques locales (place du POSR) et enfin la composition sociale du mouvement ouvrier bisontin, en clair, la prépondérance d’une aristocratie ouvrière, illustrée par les horlogers. Résultat, la fédération semble bien malade en 1904, lorsqu’une nouvelle équipe dirigeante promeut une orientation différente, de nature plus anarcho-syndicaliste, en phase avec l’évolution de la CGT au niveau national. La troisième partie, qui court de 1905 à la guerre, aborde cette nouvelle phase. Suite à une grève dans un atelier horloger, puis à la grève des soieries en 1908 (grève dans laquelle intervient Gabrielle Petit[1] ), un puissant courant de radicalisation s’empare du mouvement syndical bisontin. La symbiose avec les pouvoirs publics locaux (dominés par les radicaux) se brise. La défiance envers le mutualisme et la coopération s’installe au profit d’une affirmation des minorités agissantes. Un véritable « aristocratisme ouvrier », pointé depuis les travaux fondateurs de Jean Maitron, s’affirme (on laisse le soin aux lecteurs de découvrir les savoureuses et hautaines citations consacrées aux ouvriers non syndiqués, pages 174 et suivantes). Cependant, cette flambée de radicalisme est de courte durée, car les grèves sont défaites. Dès 1908, la phase anarcho-syndicaliste de la Fédération ouvrière se referme. Elle aura duré à peine trois ans. De 1909 à la Première Guerre mondiale, la Fédération demeure atone, avec un déclin marqué des effectifs et des problèmes internes d’organisation qui accaparent les dirigeants. Le mouvement ouvrier local réagi peu à la menace de la guerre qui s’affirme pourtant de plus en plus clairement à mesure que les années 10 s’avancent. A la déclaration de guerre, la Fédération ouvrière s’effondre. Quelles conclusions tirer de cette monographie locale ? Selon l’auteur, le syndicalisme qui s’est affirmé à Besançon ressort plus d’une succursale du syndicalisme helvétique que d’une émanation du syndicalisme parisien. Au final, l’anarcho-syndicalisme, qui domine dans les rangs de la CGT, s’affirme dans le bassin bisontin plus comme une contrepartie du réformisme profond, une soupape de sécurité d’un syndicalisme marqué par la gestion.

Conscient du caractère daté de certaines analyses de sa période d’écriture, Jean Charles revient ensuite, dans une solide postface de plus de 75 pages, sur les acquis de la recherche depuis la première édition de son travail. Ces acquis lui permettent de passer en revue les travaux publiés, sur les thèmes de l’émergence du syndicalisme, des forces politiques locales (anarchistes, socialistes et radicaux), des liens de la Fédération avec l’Université populaire. Mais surtout, dans un second et ultime chapitre, l’historien se penche de manière plus épistémologique sur la question des liens entre composition sociale de la classe ouvrière bisontine et développement du réformisme. En bref, il s’interroge sur l’articulation entre les bases sociologiques et leur expression idéologique, concluant par un hommage appuyé aux libertaires, évolution notable puisqu’au moment de la rédaction de l’ouvrage Jean Charles est un membre éminent du PCF. Quelle distance, à presque 60 ans d’écart, entre des conceptions marxistes plutôt rigides et le constat d’une pluralité d’approches au sein du mouvement ouvrier !

On le voit, l’intérêt pour ce livre ne réside pas uniquement dans son aspect monographie locale, puisque des questions d’ordre plus théorique sont abordées, notamment la place de la dimension culturelle (vs le déterminisme socio-économique). On voudrait citer pour achever ce compte rendu une partie du raisonnement qui conclut l’ouvrage : « C’est, nous semble-t-il, l’environnement politique – au sens large du terme – qui est déterminant : la faiblesse du socialisme, surtout du fait de ses divisions, et plus encore la forte empreinte du radicalisme. Ce cadre lui-même est certainement en rapport avec la stratification sociale, mais à travers quelles médiations ? » (p. 290). Interrogation particulièrement féconde, on en conviendra, qui excède largement l’objet localement situé.


[1]    Voir le compte rendu du livre de Madeleine Laude, Une femme affranchie. Gabrielle Petit l’indomptable, Paris, Éditions du Monde libertaire, 2011, dans la Bibliothèque des comptes rendus de septembre 2011, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1372


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.