Xavier Vigna, Les Ouvriers. Dans la France des usines et des ateliers, Paris, Éditions Les Arènes, collection « L’histoire entre nos mains », 2014, 110 pages, 34,80 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un très bon livre de référence sur les ouvriers, en 20121, l’historien Xavier Vigna verse plus dans le récréatif avec cet ouvrage, sans que le sérieux du propos en pâtisse. En effet, cet ouvrage s’inscrit comme un nouvel opus dans une collection, « L’histoire entre nos mains »2, qui se propose de présenter des « livres-objets ». Le principe est simple : sur une double page est présenté un thème (exemple : Patrons tout puissants). Ce thème est accompagné d’un court texte de présentation. A ce texte s’ajoutent des extraits de documents variés, le confiteor récité par les ouvriers lors de la grève du 1er juin 1899 au Creusot, une notice sur le paternalisme, un extrait de discours de Jean-Baptiste Dumay, tourneur au Creusot, puis syndicaliste, ou encore la reproduction du discours lors de l’inauguration de l’Hôtel-Dieu. Ces courts documents sont agrémenté de nombreuses illustrations (ici, toujours pour les deux pages, 10-11, consacrées aux patrons, le lecteur découvre des photographies, par exemple d’Édouard Michelin au milieu de son personnel), des dessins (Eugène Schneider), la reproduction d’une carte postale, d’une publicité pour les articles de cuisine de Japy frères ou encore la reproduction d’un timbre sur le Creusot. Certains documents sont en noir et blanc, d’autres en couleur. A cela s’ajoute un document-objet supplémentaire, encarté entre les deux pages, sous la forme, ici, d’un plan des usines Schneider du Creusot, avec des photographies extraites de l’Économie sociale, valorisant les œuvres sociales de la famille Schneider. Les deux pages suivantes, consacrées au pays des corons, sont construites sur le même principe. Ici, le document supplémentaire, est une reproduction d’un manuscrit « Salut au mineur de 1909 » et un autre « Vieux corons », publiés en revue à l’époque.

Le livre, excellemment illustré donc, pourvu de textes de bonne qualité, permet d’éclairer les différentes facettes de la vie ouvrière du XIXe siècle à nos jours. Défilent ainsi l’évocation de Mai 68, du conflit Lip, des ouvriers de l’aviation, la vie de banlieue, le taylorisme, la maison du peuple, les ouvriers chrétiens, l’été 36 etc. A cette partie dominée par l’iconographie s’ajoute une partie « Textes et documents », composée d’extraits de documents d’une large palette. Sont ainsi évoqués les usines et ateliers, la place de la lecture et de l’écriture dans la lutte émancipatrice, les cultures d’ateliers, la représentation des ouvriers par les employeurs, le monde singulier des docks, la place des femmes au travail, l’heure du déjeuner, les conflits. Une très instructive bibliographie mêlant témoignages, œuvres littéraires, récits militants, travaux scientifiques, mais aussi films et documentaires (un regret :quid du théâtre ?) conclut ce volume méritant de figurer dans toutes les bibliothèques pour sa qualité et son érudition.

1Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, 2012, compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/248

2On trouvera un compte rendu de La France rouge. Un siècle d’histoire dans les archives du PCF (1871-1989), publié dans cette collection, dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1924


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.