Paulin Ismard, La Démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grève ancienne, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2015, 288 pages, 20 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un pan peu connu de l’histoire grecque antique que l’historien Paulin Ismard nous éclaire, avec une résonance toute contemporaine, ainsi que le titre de son ouvrage l’annonce malicieusement : s’interrogeant sur la séparation de plus en plus nette, patente, entre les spécialistes autoproclamés de la chose publique et les citoyens, détenteurs théoriques de la souveraineté populaire en régime démocratique, il revient sur le fonctionnement de celle qui nous est à satiété présentée comme la source des démocraties libérales contemporaines, l’Athènes de l’époque classique.

En effet, si l’on connaît bien les institutions politiques ou judiciaires que sont l’ecclesia, la boulé ou l’héliée, on ignore souvent que la cité d’Athènes était propriétaire en tant que telle d’un ou deux milliers d’esclaves publics, ou demôsioi, équivalents de nos fonctionnaires actuels, mais, au vu de leur statut, exclus du corps civique dont ils étaient pourtant l’indispensable complément. Paulin Ismard se livre alors à une recherche érudite, mettant à profit aussi bien les découvertes épigraphiques que le patrimoine littéraire antique. Il retrace la filiation de cette notion de demôsios, issue du demiourgos archaïque, artisan ou artiste spécialisé dépendant d’un roi, placé en marge de la communauté, à l’image du célèbre Dédale. Avec l’émergence de la démocratie athénienne en particulier, la rotation régulière des fonctions de bouleute ou d’héliaste, exercées pour un an seulement par des citoyens tirés au sort, poussa à la transformation de ces charges itinérantes en postes stables, ce que permettait le développement de l’esclavage. Toutes les fonctions de ces demôsioi sont restituées en détail, puisqu’ils pouvaient aussi bien être secrétaires que greffiers, archivistes que comptables, policiers (les fameux archers scythes d’Athènes), bourreaux, ouvriers et même prêtres. Ainsi, derrière un statut similaire, existe une grande variété de conditions, complexifiant d’autant l’image que l’on pouvait avoir de la population athénienne1. Leur statut, justement, se différenciait de celui des esclaves privées, en cela qu’ils étaient rémunérés par la cité, pouvaient acter en justice (ce qui était refusé aux métèques et aux affranchis), et même être eux-mêmes propriétaires serviles. Pour autant, aucune conscience collective ne semble avoir émergé, à la différence par exemple des futurs mamelouks, ce que l’auteur explique entre autre par le renouvellement important de ces demôsioi, recrutés par le biais des marchés aux esclaves.

On touche ainsi du doigt une particularité fondamentale de la démocratie athénienne, dont les citoyens « (…) considéraient que de la délibération politique entre citoyens « non spécialistes » ou « amateurs » pouvait surgir un savoir collectif utile à la cité. » (p. 135). Ils rejetaient ainsi dans l’ombre servile la part nécessaire d’État, de bureaucratie, une façon de préserver ou de protéger l’idéal civique. Élitisme et conception profondément égalitaire de la décision politique2 cohabitent ainsi, une tension que l’on retrouve à travers tous les débats du mouvement ouvrier contemporain et de ses franges les plus révolutionnaires…

1« Elle se présente comme un espace social pluridimensionnel, traversé par un kaléidoscope de statuts. » (p. 128).

2« Ainsi [selon Protagoras], de la même façon que l’apprentissage d’une langue maternelle ne nécessite pas l’enseignement du meilleur des linguistes, l’acquisition de la vertu relève d’un apprentissage socialisé auprès de l’ensemble des membres de la communauté qui disposent, à des degrés divers, de cette qualité. » (p. 151).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.