Christiane Passevant, Femmes dissidentes au Moyen-Orient, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions Libertaires, 2014, 146 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Dans une très belle préface, l’universitaire et militant libertaire Larry Portis (décédé en 2011) explique pourquoi il est nécessaire de donner la parole aux femmes. Dans l’univers moyen-oriental, le moins que l’on puisse dire c’est que ce réflexe est loin d’être acquis si l’on considère le nombre de femmes à qui cette parole est confiée ou même celles qui la prennent Donc, voici un livre militant consacré aux témoignages et à la parole de quatre femmes.

Chaque entretien est précédé par une courte biographie permettant au lecteur de se faire une idée de la personnalité féminine qui va s’exprimer et fournit quelques repères. Arna Mer Kahmis, est morte en 1995. C’est une Israélienne, dont la famille a émigré à la fin du XIXe en Palestine. Fortement ébranlée par le sort fait aux Arabes dans la Palestine mandataire, elle épouse un Palestinien membre du Parti communiste. Nawal Al Saadawi, médecin psychiatre, est une figure du féminisme arabe et égyptien. Elle a écrit par ailleurs plusieurs ouvrages, largement traduits dans le monde anglophone, ainsi qu’en français (en particulier aux éditions des femmes) : romans, fiction, documentaires. En 1982, elle fonde AWSA, une association de solidarité des femmes arabes. Léa Tsemel, Israélienne, est une avocate connue internationalement pour son rôle dans le soutien à la lutte antisioniste et la défense des Palestinien-nes face au système judiciaire. Enfin, Michael Schwartz est aussi Israélienne. Elle s’engage dans une association féminine de soutien aux prisonnières politique palestiniennes. Le seul regret que l’on peut éprouver concerne le fait que les entretiens de Christiane Passevant ont été conduits dans les années 90, lors de ses reportages en Israël et sont donc en décalage avec le contexte actuel et l’actualité récente1. L’historien notera également que si la majorité des témoignages (trois militantes sur quatre) insistent sur la question palestinienne, ce qui ne rend pas compte de la diversité des luttes dans les pays du Moyen-Orient, la lutte contre les fondamentalismes religieux n’y est pas absente.

1Pour actualiser le propos, il est toujours possible de lire sur le site de la revue militante Ballast la série d’entretiens « Palestine-Israël, voix de femmes », qui complète bien la lecture, tant il est urgent et libérateur de lire ces paroles sur les luttes et la place qu’y prennent les femmes, puisque ces dernières participent aux mobilisations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.