Georges Vidal, L’Armée française et l’ennemi intérieur. 1917-1939. Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, PUR, collection « Histoire », 2015, 264 pages, 18 €, préface d’Olivier Forcade.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Georges Vidal avait précédemment attiré notre attention par deux excellents ouvrages, une Histoire des communismes au XXe siècle1, somme synthétique sur le sujet, et une étude plus ponctuelle consacrée à La Grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire2. C’est de cette dernière thématique que se rapproche la publication présente, transposition de son mémoire d’habilitation à diriger les recherches (HDR). Il élargit toutefois le propos, en se penchant sur l’armée française dont il tente de décrypter la position vis-à-vis du péril communiste, ou plutôt les positions, tant la complexité est ici bien mise en lumière, loin de tout caractère par trop binaire de l’institution militaire. Comme il l’avait fait dans son Histoire des communismes au XXe siècle, Georges Vidal pointe une symétrie, la sous-estimation, dans l’appréhension du communisme contemporain, du fait militaire, et celle de la dimension politique du phénomène communiste dans l’historiographie de l’armée. Les sources mises à profit sont riches, principalement La France militaire, quotidien reflétant les positions de la hiérarchie militaire, ainsi que de nombreuses sources internes ou des Mémoires d’acteurs de l’époque.

D’emblée, un constat s’impose : de 1917 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la vision dominante au sein de l’armée est marqué par une perception du communisme intrinsèquement liée au danger allemand. Le traumatisme de la Commune de Paris est ici prégnant, cette connexion entre défaite extérieure et subversion intérieure, provoquant en outre une fragilisation de l’armée, ayant valeur de contre-modèle à éviter. Jusqu’aux années trente, l’armée française ne croit pas à un réel risque révolutionnaire en France métropolitaine ou dans l’empire colonial, l’URSS n’apparaissant pas encore suffisamment dangereuse. Même durant la guerre du Rif, les actions des services secrets britanniques préoccupent davantage les Français ! Il faut attendre le début des années trente pour que les événements en Asie suscitent davantage d’inquiétude pour la stabilité de l’Indochine. De même, la radicalisation de l’antimilitarisme communiste, en lien avec la « troisième période » de la Comintern, n’entraîne qu’un impact limité quant à ses résultats, contrairement à l’espionnage téléguidé par l’Union soviétique : sur ce plan, il se révèle suffisamment organisé et de grande ampleur – mettant à profit les rabcors, c’est-à-dire les correspondants ouvriers du Parti – pour inquiéter les sphères dirigeantes de l’armée. La crainte d’un risque insurrectionnel date d’ailleurs de la même époque, 1932 étant à la fois l’année de l’affaire Fantômas (démantèlement d’un réseau d’espionnage soviétique) et du rapport Voiriot. Ce général, chef d’état-major de la région militaire de Paris, signe en effet un rapport secret détaillant les menaces de soulèvement parisien en cas de guerre (à l’aide d’une véritable armée secrète communiste… imaginaire) et les moyens à mettre en œuvre pour y faire face3, rapport d’ailleurs validé par le maréchal Pétain.

Mais c’est surtout à compter de 1934 que l’armée adhère à la vision d’une progression sensible du péril communiste4, en liaison directe avec le développement du Front populaire et du pacifisme. Au point de déboucher parfois sur une véritable psychose, comme en janvier 1937 : nourri par les craintes d’un putsch communiste et d’une infiltration des effectifs (les sous-officiers apparaissant comme le maillon faible des différents corps), l’État-major de l’Armée diffuse un document présenté comme communiste et prévoyant l’élimination physique des « officiers factieux » de l’armée5. C’est là toutefois un climax, puisque cet anticommunisme à fleur de peau est en reflux à compter de cette même année 1937. Il faut dire qu’entre-temps, les préoccupations se sont déplacées en grande partie vers l’Espagne, laissant apparaître une dichotomie dans le corps des officiers : une minorité consistante y voit le communisme à l’œuvre comme le danger principal (ainsi du général Niessel), tandis qu’une autre minorité adopte une vue plus réaliste, plus centrée sur le danger allemand (c’est le cas du lieutenant-colonel Morel, en poste à Madrid, aux analyses fines6) ; la non-intervention fait alors consensus dans l’espoir de conserver la paix avec l’Allemagne nazie. Toute une partie de l’étude s’intéresse également aux actions concrètes menées par l’armée pour faire face au danger communiste, concluant à une lutte contre les mobilisés classés PR (propagandiste révolutionnaire) somme toute limitée et bien peu systématique, tout comme dans les usines d’armement (les contraintes juridiques ou la situation politique, avec des amnisties partielles, affectant d’ailleurs cette répression). Même le contre-espionnage est d’une efficacité discutable, en raison de sa division entre police et armée, d’un manque de moyens et d’une protection insuffisante ; ce constat donne justement lieu au renforcement du contre-espionnage tout au long des années 1930.

Mais l’élément sans doute le plus intéressant que Georges Vidal tire de sa recherche concerne les efforts de Pétain afin de développer « une vaste mouvance anticommuniste adossée à la DAT » (défense antiaérienne du territoire, p. 215) : « Ainsi, aurait existé au sein de l’armée française des années 1930, un véritable lobby anticommuniste (…) » (p. 215), matrice de Vichy, mais qui défend également une analyse promise à un grand avenir jusqu’à nos jours, celle d’un ennemi intérieur directement lié à l’ennemi extérieur, qu’il s’agit de traiter comme tel, dans l’optique d’une guerre totale7 (la note Voiriot précédemment citée est à cet égard emblématique). L’Armée française et l’ennemi intérieur est au final un ouvrage passionnant, solide et bien argumenté, aux conclusions stimulantes, auquel il ne manque que quelques détails (je pense à un organigramme de l’organisation de l’armée française, ou un développement sur les négociations franco-soviétiques de l’été 1939 visant un éventuel accord militaire).

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4367

2Chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2502

3Il y aurait certainement des liens à faire entre ces préventions militaires et toute une partie de la production science-fictive française de l’époque, comme La Grande panne de Théo Varlet, publié en 1930 (voir notre article « Théo Varlet. Les inquiétudes apocalyptiques d’un indéfectible progressiste », in Quinzinzinzili, numéro 26, printemps-été 2014, p. 22 à 27).

4En s’appuyant d’ailleurs sur des sources loin d’être toujours fiables, comme celle qui estime que les grèves de juin 1936 ont été provoquées par l’Allemagne via les trotskystes, ou celle qui postule une collaboration entre trotskystes et staliniens français pour effectuer un travail de sape dans l’armée française… en pleine année des premiers procès de Moscou !

5Georges Vidal conclut à une « énigme » concernant l’origine de cette véritable désinformation, mais il est certainement possible d’envisager deux hypothèses privilégiées, celle d’une manipulation de la part de Pétain et d’officiers qui lui sont idéologiquement proches, ou d’une manœuvre d’origine allemande.

6Voir par exemple les pages 142 et 143, qui notent les progrès organisationnels du camp républicain sous l’impulsion des communistes, mais au prix d’une perte de l’élan révolutionnaire initial…

7« (…) une confusion assez nette entre l’ennemi national, l’ennemi politique et l’ennemi social. », p. 219.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.