Delphine Le Lay, Marion Boé, Alexis Horellou, 100 maisons. La cité des abeilles, Paris, Éditions Delcourt, 2015, 144 pages, 15,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Un autocollant apposé sur la couverture indique le contenu de cette BD, dont les auteurs étaient déjà réunis pour Plogoff 1, publié quelques temps auparavant : « Une mobilisation populaire face à la crise du logement ». L’action se déroule à Quimper, au début des années cinquante. Comme partout en France, la question du logement est une question particulièrement cruciale : le parc immobilier est insuffisant et date souvent du début du siècle, voire de la fin du XIXe siècle. Pour les travailleurs et leur famille, les taudis et l’insalubrité sont bien trop souvent la règle générale. C’est bien entendu le cas à Quimper. S’inspirant du mouvement castor, mouvement d’autoconstruction issu des courants du catholicisme social populaire, de jeunes ménages décident de prendre leurs affaires en main. Ils fondent une association pour mettre en œuvre un ambitieux plan de construction de maisons individuelles, auto-construites. Le projet, nommé la cité des Abeilles, met trois ans à se réaliser, au prix d’efforts et d’ importantes difficultés. Se croisent ainsi dans une tentative prométhéenne des couples d’ouvriers et de petits employés, communistes pour certains, catholiques pour d’autres, qui mettent à profit leur loisirs et temps libre pour bâtir pierre à pierre cette cité.

Ce livre de bandes dessinées constitue un hommage à leur courage, leur ténacité et à leur combativité pour mener à bien ce projet. Le scénario est écrit par Delphine Le Lay et Marion Boé, tandis que les dessins sont d’Alexis Horellou. Le choix du noir et blanc, étant donnée la période, s’imposait naturellement. Basé sur des faits réels, ce scénario permet de bien saisir à la fois l’ambiance de l’époque, le sens de la mobilisation, ainsi que la mise en valeur de la forte solidarité qui prévalait malgré les obstacles. Chacun est libre d’apprécier le style et le tracé du dessin, mais sans doute n’est-ce pas tant pour cet aspect là que cet ouvrage mérite d’être lu, mais plutôt pour l’évocation réaliste d’une prise en charge collective des problèmes dans la construction d’un projet. Il est cependant dommage que les concepteurs de l’ouvrage n’aient pas profité de l’occasion pour prolonger un peu leur travail par une partie documentaire de présentation du mouvement castor, qui reste aujourd’hui largement méconnu, malgré quelques études de-ci de-là2.

1Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/4475

2Citons, outre quelques mémoires de maîtrise ou DEA, un court ouvrage de Maurice Vilandrau, L’étonnante aventure des Castors. L’autoconstruction dans les années 50, Paris, L’Harmattan, 2002 et une BD reportage de Didier Teste, Nicolas Rouhaud et Laurent Lefeuvre (dessinateur) sur le quartier des Castors à Rennes, en ligne sur http://metropole.rennes.fr/actualites/education-vie-sociale-sante/vie-sociale/l-epopee-des-castors-rennais-en-bd/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.