Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert et François Jarrige (dir.), Quand les socialistes inventaient l’avenir : presse, théories et expériences (1825-1860), Paris, Éditions La Découverte, 2015, 408 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Cet ouvrage au titre pour le moins provocateur est le fruit d’un travail collectif d’une trentaine de chercheurs (historiens, philosophes économistes). Décomposé en trois parties chronologiques, il propose de donner une vision si ce n’est exhaustive, en tous cas très approfondie, de la presse socialiste de la première moitié du 19e siècle et des idées qui s’y expriment. Chacun des trois temps (1825-1835 ; 1835-1847 et 1848-1860) est précédé d’une introduction magistrale synthétisant les enjeux et le contexte de la période. L’introduction générale quant à elle s’emploie à mettre en perspective le socialisme naissant de ce 19e siècle et celui agonisant du 21e. C’est ainsi qu’on apprend que le terme « socialiste » est au départ un néologisme avant de s’affirmer positivement vers 1848.

I – Un premier temps : 1825-1835

Le lecteur est d’abord frappé par la prégnance du sentiment religieux ou sectaire – c’est selon (Saint-Simoniens, catholiques avancés, républicains) – de ces premiers socialistes ou « Ingénieurs sociaux », rappelant par certains aspects « l’Être suprême » de la DDHC et de la Révolution dont nous ne sommes pas encore très éloignés. La théorie des classes n’est pas à l’ordre du jour et c’est plutôt l’opposition entre les travailleurs et les oisifs qui prime et qu’illustre le principe de l’unité industrielle de Saint-Simon. Le glissement vers les « prolétaires » ainsi que l’articulation employeurs/employés sont progressifs et finiront par séparer les socialistes des libéraux et les travailleurs urbains de la bourgeoise dans le cadre du projet républicain (Le réformateur de Raspail).

Penser l’État, l’économie et l’industrie et la société pour obtenir « l’harmonie », par l’Association, en fonction de ses mérites ou de ses passions, telles sont les propositions idéologiques qui s’élaborent et se confrontent. Mais malgré les divergences, se dessine un but commun : le Progrès, moteur de l’Histoire, par la liberté et pour l’égalité. Ingénieurs, intellectuels, journalistes, prêtres, avocats ou médecins sont les principaux rédacteurs et on ne trouve finalement encore que peu d’ouvriers dans cette première phase de conquête si ce n’est La Femme libre avec Suzanne Voilquin, ouvrière brodeuse et directrice du journal ou L’écho de la fabrique des canuts lyonnais (même si ce sont surtout des chefs d’ateliers/artisans qui y participent).

II – Un second temps : 1835-1847

Avec cette deuxième période, apparaît le terme de « communisme », là encore un néologisme au sens de communauté de biens. Il marque une certaine radicalisation des doctrines qui restent toutefois encore confuses et plurielles voire contradictoires entre néo-babouvistes et icariens par exemple. Communauté ou Association voire Ordre sociétaire ? Propriété privée contre propriété sociale ? Ordre contre désordre, réforme ou révolution ? Ce sont en réalité tous les points d’achoppement qui émergent dès ce premier 19e siècle. Ils vont conditionner la gauche pour les deux siècles à venir.

On assiste parallèlement à une ouvriérisation des journaux, équipes comme lectorat, avec L’Atelier par exemple. Ces titres qui tirent la plupart à quelques milliers d’exemplaires ont une durée de vie assez courte (parfois deux ou trois mois seulement) mais bénéficient d’une audience bien plus importante que le nombre de leurs ventes par leur circulation, les lectures collectives dans les ateliers, les arrières salles, et même dans les bois. Malgré la diversité des situations, un point commun les unit : la répression tous azimuts de la Monarchie de Juillet qui s’abat sur eux (amendes, saisies de numéros, prison). Signalons également la place importante accordée par ces journaux aux arts, à la littérature et aux sciences (ce qui était déjà patent pour la période précédente)

III – La Révolution et après :1848-1860

Avec la Révolution, on assiste à une explosion des titres à Paris mais également en province même si certains se limitent parfois à de simples feuilles recto-verso. Les polémiques déjà présentes avant 1848 sont d’autant plus nombreuses, en particulier avec Proudhon « seul contre tous ». Cette République fantasmée désormais proclamée, les socialistes sont confrontés à l’exercice de réalité. De nombreuses thèses sur le rôle de l’État, du crédit, des Ateliers nationaux, de l’Association ou de la Commission du Luxembourg, s’exposent alors et s’opposent à travers les différents journaux dont plusieurs tirages atteignent jusqu’à des dizaines de milliers d’exemplaires. Autant sur le plan éditorial que politique, tout parait possible.

Mais cette liberté de presse fait long feu avec l’affirmation d’une république modérée face à la république sociale espérée par nombre de ces organes de presse. Toutefois, on s’aperçoit que certains s’en accommodent – au nom de l’ordre et du suffrage universel – quand d’autres (ouvriers et féministes en particulier) la déplorent et disparaissent d’ailleurs rapidement suite à la répression des journées de juin 1848, puis après le coup d’État de 1851 qui ne laisse subsister que deux journaux de gauche (Le Siècle et La Presse).

Mais 1848 est également synonyme de révolutions à l’échelle européenne. Ces événements incitent certains journaux à s’ouvrir sur l’extérieur à l’instar du Peuple constituant. Cette solidarité se renforce après l’échec du printemps des peuples et l’exil de leaders français et européens (Mazzini, Kossuth) en Angleterre qui collaboreront dans de nouveaux journaux lancés outre-Manche voire outre Atlantique (Le Libertaire). Coupés de leurs pays respectifs ces proscrits socialistes parviennent toutefois à créer l’Association internationale, prémices de la future Première Internationale, laissant entrevoir le deuxième âge du socialisme (sans jugement de valeur aucune).

Conclusion

Ce foisonnement intellectuel frôlant l’excès – le lecteur est parfois perdu entre les nuances idéologiques (démocrates-socialistes, socialistes, républicains socialistes, néo-catholiques, communistes, socialistes chrétiens etc.) et les dizaines de titres de journaux qui s’additionnent tout au long des 385 pages de texte – révèle en tout cas une période où le socialisme était vivant et bouillonnant, croyait même à l’impossible, soit en rupture totale avec celui d’aujourd’hui.

Un retour aux sources en tout cas très instructif et stimulant à l’heure de l’atonie politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.