Jean-Luc Despax, 9.3 blondes light, Montreuil, Le Temps des cerises, collection « Vivre en poésie », 2015, 147 pages, préface de Serge Pey, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce recueil de Jean-Luc Despax (l’auteur également Des raisons de chanter chroniqué ici-même sur ce blog) veut dessiner le tableau de ce temps, avec ces escapades, ces nuits, ces rencontres et ces insomnies, butant ici ou là sur l’écho du politique (6 février, Stand-up…). Légèreté des évasions, qui résonnent un peu comme une chanson (Amsterslam), font le compte des baisers et des nuits, qui « auraient dû / Mais se perdent dans les pages et s’enfuient » (À quoi sert un homme), et s’ouvrent aux rares rencontres, au hasard du métro parisien (L’indignada) ou de la doublure d’un tableau (Chambre d’hôtel).

« Écriture presque de slam » comme l’écrit Serge Pey dans sa préface. Mais la légèreté l’emportant sur l’ironie, plusieurs de ces textes s’épuisent malheureusement dans une complaisance d’anecdotes socialement situées et dans une accumulation de logos et de marques, qui, même retournés, dénotent une trop grande confiance au pouvoir des mots pour allumer des « contre-feux ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.