Matthieu Auzanneau, Or noir. La grande histoire du pétrole, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2015, 718 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Auzanneau, journaliste de formation, livre avec Or noir une somme d’histoire globale, pratiquement une relecture de l’histoire du monde contemporain à travers le prisme du pétrole, de son utilisation, de son commerce et de l’influence qu’il a eu et continue d’avoir sur la géopolitique. Son exposé débute par un rappel bien utile de la nature du pétrole, « énergie solaire métabolisée (…) puis stockée dans l’écorce de la Terre. » (p. 13) il y a plusieurs centaines de millions d’années, et dont l’humanité a à ce jour exploité la moitié des réserves, avec les conséquences écologiques que l’on sait. Cette « huile de pierre » – le sens premier du terme pétrole – fut d’abord simplement utilisée en tant qu’imperméabilisant, arme (le fameux feu grégeois des Byzantins) et même médicament, avant que sa distillation, au XIXe siècle, conduise à l’usage du pétrole dit lampant comme éclairage et comme lubrifiant, puis que son extraordinaire polyvalence ne se diversifie au fil du temps.

C’est surtout à partir du milieu du siècle que son exploitation connaît une croissance accélérée, sans que l’on sache exactement à qui en attribuer la paternité (qui n’est donc pas nécessairement étatsunienne) ; une conséquence collatérale en fut paradoxalement le déclin de l’industrie baleinière. Les champs pétrolifères étaient alors situés principalement au nord-est des États-Unis, en Pennsylvanie (l’unité de mesure qu’est le baril de 159 litres y est née). C’est là que John D. Rockefeller bâtit son empire, lui qui n’était au départ qu’un simple grossiste et qui devient « le plus pur surhomme du capitalisme » (p. 30) : choisissant d’investir dans le raffinage, moins risqué que le forage, il fonde la Standard Oil, qui assoit inexorablement son hégémonie, utilisant au besoin corruption et sabotage. Outre la Nouvelle Angleterre, le pétrole est également largement exploité, au cours du dernier quart du XIXe siècle, dans l’empire russe, à Bakou. C’est là que les frères Nobel investissent, inventant au passage le premier pétrolier, suivis par les Rothschild, leurs entreprises étant à l’époque les premières productrices mondiales. Aux côtés de la Standard Oil, qui se déploie peu à peu dans la production, il faut également compter avec les britanniques BP (axée en Perse) et Shell, fondée par les Samuel sur le marché asiatique, et la Royal Dutch néerlandaise mettant à profit les ressources de Sumatra ; ces deux dernières fusionnent au début du XXe siècle pour donner naissance à la Royal Dutch Shell, qui est actuellement la seconde transnationale la plus puissante. Le terrain vierge du Texas voit parallèlement émerger Texaco et la Gulf Oil. Autant d’acteurs amenés à une pérennité durable. Pourtant, la Russie, premier producteur mondial au début du XXe siècle, connaît un déclin marqué avec les événements survenus dans le sillage de la révolution de 1905 : des massacres inter-ethniques auxquels se mêlent également les Centuries-noires, à Bakou. La Standard Oil peut d’autant plus aisément prendre l’ascendant, elle qui résiste aux offensives du pouvoir politique et judiciaire. Renflouant les banques étatsuniennes lors des crises, elle sort même plus forte de sa dissolution formelle en 1911 au nom de la loi anti-trusts, véritable « hydre de Lerne » qui fait la joie des caricaturistes.

Les lendemains de la Première Guerre voient un certain nombre de repositionnements d’envergure. Pendant que les bolcheviques négocient avec l’entreprise étatsunienne Sinclair Oil pour la reprise de l’exploitation à Bakou, les luttes autour des richesses de la Mésopotamie opposent les grandes puissances européennes. Mais c’est aux États-Unis que les évolutions sont les plus frappantes : la Californie devient un nouvel eldorado pétrolier, Los Angeles apparaissant alors comme le prototype même de la « civilisation automobile »1 ; quant aux grandes majors anglo-saxonnes, elles s’entendent pour mettre en place un véritable oligopole afin de contenir la surproduction à leur plus grand profit, aidées au début des années 30 par les autorités politiques avec l’instauration de quotas de production. Au cours de cette décennie, l’initiative du Mexique, qui nationalise l’industrie pétrolière, demeure tout à fait isolée, là où la Jersey Standard et Shell n’hésitent pas à faire affaire avec IG Farben dans la période nazie. La lecture de la Seconde Guerre mondiale sous l’angle du pétrole mêle épisodes connus et moins connus, tels la supériorité britannique dans la bataille d’Angleterre grâce à un carburant de meilleure qualité ou la volonté japonaise de prendre le contrôle des réserves pétrolières d’Indonésie. Le tournant déterminant se joue toutefois à l’issue du conflit, lorsque les États-Unis et l’Arabie saoudite, aux réserves estimées phénoménales, nouent un partenariat majeur2. Songeant d’abord à une nationalisation de l’industrie pétrolière de la péninsule, l’État laisse finalement se mettre en place un consortium constitué de trois des héritiers de la Standard Oil (les futures ExxonMobil et Chevron) et de Texaco. Les États-Unis valident en outre l’« astuce en or », c’est-à-dire la non-imposition sur le sol national des revenus gagnés et taxés à l’étranger, un principe appelé à un large avenir. Dès lors, pouvoir politique et pouvoir économique demeureront solidaires, au nom de la puissance américaine. La période qui court des années 1950 à la veille du premier choc pétrolier est d’ailleurs celle de l’entente des « Sept Sœurs », générant une stabilité remarquable du prix du baril et assurant un profit sans égal ; au prix parfois de disparitions énigmatiques, ainsi de celle d’Enrico Mattei, industriel italien, auteur du surnom des « Sept Sœurs », et jugé trop conciliant à l’égard de l’URSS et de ses ventes à l’export de pétrole.

L’exposé se centre alors largement sur les États-Unis, d’autant que le groupe des industriels du pétrole « (…) dispose de trois champions successifs à la Maison blanche au cours des années 1950 et 1960. Le premier, allié indéfectible, se nomme Lyndon Johnson, le deuxième, avec lequel les relations vont se révéler houleuses, s’appelle Richard Nixon. Le troisième est George H.W. Bush. » (p. 274). Il faut dire que le commerce du pétrole a parfois des conséquences importantes sur la guerre froide, puisque la révolution verte dans les pays sous-développés, encouragée par les États-Unis (dont les fondations Ford et Rockefeller) et alimentée par le pétrole, était conçue « (…) comme une alternative aux réformes agraires d’inspiration socialiste. » (p. 359) La création de l’OPEP, fin 1960, manifestation de tiers-mondisme, ne sera initialement que de peu d’effet sur le statu quo existant ; pourtant, un de ses fondateurs, le vénézuélien Pérez Alfonso, souhaitait réduire la production afin de diminuer la pollution et de préserver cette ressource finie… Le dit statu quo est réellement bousculé d’abord avec l’initiative de Kadhafi à la fin des années 1960, un ultimatum contraignant les compagnies occidentales à réduire leurs marges au profit des pays producteurs, puis surtout par le franchissement par les États-Unis du pic pétrolier en 1970. Désormais, le pays dont les extractions nationales sont sur la pente descendante va s’appuyer comme jamais sur les ressources extérieures, celles du Moyen-Orient essentiellement.

C’est une « symbiose » qui s’instaure alors entre l’Arabie saoudite et les États-Unis, non sans conséquences délétères, dont beaucoup sont déjà largement connues (la genèse d’Al Qaïda, par exemple). Le royaume pétrolier, par exemple, permet aux États-Unis de financer la lutte anti-communiste de manière indirecte, en contournant les contraintes légales3. Plus largement, l’arme du pétrole est utilisée pour assurer l’hégémonie étatsunienne, en affaiblissant l’URSS dans la seconde moitié des années 1980 (par une baisse marquée du prix du brut), en jouant successivement l’Iran et l’Irak afin d’alimenter la guerre les opposant, ou en menant une guerre du Golfe (puis une guerre d’Irak) qui aurait largement pu être évitée et dont les civils furent les premières victimes… « Tant de choix éthiques suspects, tant d’ignominies accomplies en conséquence de la même constante nécessité : maintenir le statu quo politique propice au bon approvisionnement des consommateurs de pétrole. » (p. 515). La conclusion de l’auteur est plutôt pessimiste, le déclin de l’exploitation pétrolière étant apparemment irrémédiable, marqué par un franchissement des pics pratiquement dans le monde entier et des difficultés croissantes d’extraction (avec des investissements et des coûts de plus en plus importants) ; autant d’éléments qui confirment une tendance à l’anti-productivisme comme solution d’avenir.

Or noir, étude tout à fait passionnante, souffre dans le même temps de sa nature, celle d’une traversée de l’histoire de l’âge industriel à travers une de ses veines, même si capitale. A plusieurs reprises, on regrette, rançon de l’histoire globale, le manque de détails et d’explications sur certains faits ou hypothèses (les pétroleuses de la Commune comme symptôme de la méfiance bourgeoise vis-à-vis du pétrole, énergie potentiellement démocratique de par sa puissance), le silence sur certains domaines (l’exploitation du pétrole en URSS, par exemple4, les marées noires ou le reflet du pétrole dans les œuvres de fiction, Tintin au pays de l’or noir d’Hergé, entre autres), et on déplore la tendance de Matthieu Auzanneau à surinterpréter l’histoire à l’aune du pétrole (en faisant par exemple des chars fonctionnant au pétrole la clef de la victoire durant la Première Guerre mondiale). Les rares erreurs (Pline l’Ancien au Ier siècle avant Jésus) ou analyses discutables (la disparition de l’esclavage corrélé à l’utilisation croissante de l’énergie fossile, là où l’exploitation nous semble plutôt évoluer et voir cohabiter différentes formes, ou une hypothèse d’un premier choc pétrolier voulu par les États-Unis insuffisamment argumentée) sont à côté de ces critiques tout à fait dérisoires. Une chose est sûre, la liste des turpitudes perpétrées par les puissances occidentales, principalement, afin de s’assurer des ressources en or noir, donne le tournis : celles des États-Unis, au premier chef, bien sûr, mais également celles de la France (largement responsable de la guerre du Biafra, à la fin des années 1960, visant à s’assurer le contrôle du pétrole nigérian). Une étude passionnante, qui mérite un large public.

1C’est durant les années 1920 que la légendaire Route 66 voit justement le jour.

2Sur ces relations étroites et leur application concrète sur place, Matthieu Auzanneau apporte des éclairages précieux, ainsi de la ségrégation pratiquée à Dhahran (pages 295 et 296 en particulier). Les États-Unis sont même allés jusqu’à enrayer le complot visant à amender l’absolutisme du régime saoudien au début des années 1960.

3« L’Arabie saoudite tient le rôle d’une caisse noire d’opérations contre-insurrectionnelles encouragées ou organisées par le gouvernement américain et le gouvernement français. » (p. 417), parfois en association avec les autres membres du « Safari Club », l’Iran du Shah, l’Égypte et le Maroc.

4Les rares allusions à ce pays ne sont en outre pas toujours très explicites, ainsi de la note de bas de page, p. 412-413, dont les données chiffrées sont contradictoires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.