Jean-Claude Lamoureux, Les 10 derniers jours. 26 juillet – 4 août 1914 (Paris, Berlin, Bruxelles). Du refus de la guerre à l’exaltation patriotique, Paris, Les Nuits rouges, 2014, 152 pages, 10 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les Nuits rouges nous avaient jusqu’à présent surtout habitués à un travail rigoureux de republication de documents ou d’études peu connues ou désormais indisponibles. Sous la plume de Jean-Claude Lamoureux, responsable du collectif éditorial, c’est à un récit inédit que nous sommes cette fois confrontés, un récit qui retrace les dix jours ayant précédé le déclenchement des hostilités en 1914. Chaque journée fait l’objet d’un chapitre distinct, et si la situation internationale et le contexte diplomatique sont correctement retracés, avec quelques allusions à des faits divers (la fin du procès Caillaux, par exemple), c’est surtout l’attitude du mouvement ouvrier qui préoccupe l’auteur, essentiellement celui d’Allemagne et de France. Mais Jean-Claude Lamoureux évoque également la situation à la base, citant par exemple les rassemblements contre la guerre des Jeunesses syndicalistes françaises le 26 juillet, de la CGT au soir du 27 juillet (suscitant des affrontements avec la police), rassemblement finalement interdits dans les deux pays à compter du 29 juillet, ou les manifestations nationalistes dans les divers pays, qui connaissent une acmé véritablement saisissante le 3 août. Les témoignages sur la mutation de l’opinion et son passage à un patriotisme exacerbé et grossier sont à cet égard terribles1.

Le récit est vivant, l’exposé, usant de documents de seconde main, prenant. Fidèle en cela à un des paradigmes les plus solides de l’extrême gauche, Jean-Claude Lamoureux démontre à la fois le passage des dirigeants du mouvement ouvrier au patriotisme (sous-entendu bourgeois) et la résistance de minorités internationalistes, dont certaines peu connues (il en est ainsi pour les syndicalistes révolutionnaires allemands page 125)2. Si les socialistes allemands en particulier sous-estiment initialement le danger de guerre (y compris Rosa Luxemburg), ils se résignent assez naturellement au soutien de leur gouvernement, face à la « barbarie » tsariste. De même, de l’autre côté du Rhin, les responsables syndicaux passent peu à peu de la peur d’une répression, agitée par les gouvernants, à une résignation à la défense nationale. Quant à Jaurès, Jean-Claude Lamoureux insiste à plusieurs reprises sur son absence de radicalisme quant à l’appel révolutionnaire à l’action des masses. Il est d’ailleurs à noter que si le gouvernement ne mit pas en application l’arrestation préventive des individus recensés dans le fameux Carnet B, du fait de leur confiance dans le « réalisme » des dirigeants ouvriers en cas de guerre, la répression fut néanmoins bien réelle, touchant par exemple des militants anarchistes ou Roger Salengro.

Le texte est complété par une iconographie abondante, mais si les photographies de certains des personnages cités sont utiles (même s’il manque à chaque fois leurs dates exactes), les reproductions de certaines unes de journaux sont malheureusement trop petites pour qu’on puisse lire autre chose que les grands titres (certains articles sont cependant retranscrits dans des encarts). Un opuscule que l’on peut compléter avec les Cahiers du C.E.R.M.T.R.I. 151 et 153, respectivement consacrés à « 1913-1914. De la lutte contre la guerre à l’Union sacrée » et « 1914-1916. Le mouvement ouvrier allemand face à la guerre : du vote des crédits de guerre à la constitution de Spartakus », tous deux chroniqués dans notre Revue des revues de 20143, ainsi qu’avec le passionnant ouvrage de Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir4.

1Erich Mühsam : « Moi, l’anarchiste, l’antimilitariste, l’adversaire de la phraséologie nationaliste (…), je me surprends d’une certaine manière à m’émouvoir de l’enthousiasme général allumé par cette passion destructrice. » (p. 116-117).

2Dans sa conclusion, intitulée « Morale : nous sommes toujours en Juillet 1914 », Jean-Claude Lamoureux critique également la vision consensuelle et antifasciste de la Seconde Guerre mondiale, qui selon lui est tout autant que la Première un affrontement inter-impérialiste.

4Il est également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5405


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.