Louis Gérin, Repenser la révolution avec la démocratie ? La LCR face à l’inventaire de son héritage historique et théorique (1989-2009), Master Histoire de la pensée politique, sous la direction de Jean-Christophe Angaut, ENS, Lyon, 2014, 148 pages.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Alors que « la dernière génération d’Octobre » (B. Stora) s’apprête à tirer sa révérence, voilà une étude universitaire, rigoureuse, qui nous montre comment ceux qui n’ont pas renoncé à monter « à l’assaut du ciel » comptent s’y prendre en ce XXIe siècle. Fermement appuyé sur les études qui éclairent le souci ancien de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de distinguer le léninisme du stalinisme, l’auteur montre une organisation capable de mener un combat anticapitaliste radical tout en luttant pour la démocratie la plus intransigeante. A l’appui de sa démonstration l’auteur cite à juste titre le texte adopté au XIe Congrès mondial de la IVe Internationale-Secrétariat Unifié, en 1979 : « Démocratie socialiste et dictature du prolétariat ». Il y a une volonté de refonder l’héritage théorique en intégrant la critique libertaire du communisme révolutionnaire. Ceci amène par exemple certains militants à abandonner la doxa trotskyste sur Cronstadt – l’auteur aurait pu évoquer Jean-Michel Mension (Alexis Violet) qui affirmait rester membre de la IVe Internationale tout en n’étant plus trotskyste1. Par contre l’auteur cite Daniel Bensaïd regrettant qu’en 1921 le parti bolchevique se soit déclaré parti unique.

D’où la volonté de créer un parti, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), destiné à accueillir des courants et des militants de traditions différentes. Certes la LCR disposait de statuts – l’auteur examine ceux de 2003, adoptés au XVe Congrès – permettant de véritables discussions entre militants, grâce notamment à l’attachement au droit de tendances, une tradition ancienne à la Ligue. Avec la création du NPA, cette tradition s’accroît, les Comités locaux du parti pouvant désormais décider de manière autonome des candidatures aux élections. Mais les statuts du NPA prévoient aussi la rotation des permanents, la limitation des mandats dans le temps, la lutte contre la professionnalisation de la politique. Le refus d’Olivier Besancenot d’être candidat de son parti aux Présidentielles pour la troisième fois, en 2012, fait écho à cette déclaration d’intention – voir sa lettre à ses camarades, du 4 mai 20112. De même l’auteur aurait pu citer utilement l’enquête de Florence Johsua menée auprès des délégués du congrès de 2003. Elle nous révèle que 54,5% des délégués seulement se considèrent « trotskystes », beaucoup se déclarant tout simplement « révolutionnaires »3.

Cette hétérogénéité est vue par les promoteurs de cette évolution comme une richesse, une façon d’ouvrir l’organisation sur la société, d’accueillir la multitude des combats sectoriels. Cette évolution idéologique va de pair avec la fin de l’élitisme révolutionnaire : on ne demande plus au militant un « bac + 10 en trotskysme »4.  De même, on laisse aux acteurs une part de subjectivité dans le cadre de l’action collective. L’auteur explique en détail la posture de Philippe Corcuff pour qui les subjectivités individuelles doivent pouvoir s’exprimer au sein du parti jusque dans l’action politique des militants. Quant à Cédric Durand, un autre militant dont les écrits sont scrutés, il partage avec John Holloway l’idée d’une révolution se réalisant par une somme de micro-révolutions et non par une destruction brutale et soudaine des modes de domination capitalistes. On est loin de la théorie du Grand Soir et d’un Mai 68 apparaissant comme « une répétition générale », à laquelle les fondateurs de la Ligue étaient attachés. L’un d’eux, Daniel Bensaïd, un peu désemparé par les critiques du centralisme démocratique faites par un nouvel adhérent du NPA (l’altermondialiste Raoul-Marc Jennar), lui rétorquait : si les discussions n’engagent à rien, pas besoin de parti, une amicale ou un comptoir de bureau suffisent. Raoul-Marc Jennar n’est pas resté longtemps au NPA et la présentation par le Comité NPA d’Avignon d’une candidate voilée aux élections de 2009 a montré tous les inconvénients qu’il y avait à donner tout pouvoir aux organisations de base dans un pays où la vie politique est fortement centralisée.

Entre le rejet de l’élitisme révolutionnaire et le refus « d’un parti d’adhérents à 20 euros » qui adhèrent non pour militer mais pour voter en se contentant d’un clic sur internet, il y a sans doute une voie moyenne à trouver.

Cette intéressante synthèse nous aide à y voir un peu plus clair, l’auteur ayant su maîtriser un matériel assez abondant. Il nous restitue son travail en une langue claire. Jusqu’ici les travaux sur ce courant politique émanaient surtout d’historiens et de sociologues. Cet apport d’un « politiste » est le bienvenu.

1Notice biographique de Jean-Michel Mension (Alexis Violet), par Jean-Paul Salles, Maitron, tome 9, p. 48-50.

2Cette lettre est largement citée par Jean-Paul Salles, « De la LCR au NPA : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2014.

3Florence Johsua, De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, Thèse, 2011.

4A propos des exigences de ce courant en matière de formation, voir Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles, « Les jeunes Français et Italiens de la IVe Internationale : étude comparée de leur formation au sein de la LCR et des GCR », in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.