Eric Hazan, La Dynamique de la révolte. Sur des insurrections passées et d’autres à venir, Paris, La Fabrique, 2015, 160 pages, 10 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouveau petit essai de l’éditeur Eric Hazan s’inscrit dans le prolongement de son précédent livre, Premières mesures révolutionnaires (écrit avec Kamo)1, qui restait justement silencieux sur le moment révolutionnaire proprement dit, ce passage permettant de basculer de l’ordre ancien vers l’ébullition d’un autre temps social. Pour tenter de cerner les grandes lignes de ce que pourrait être la matrice des insurrections – victorieuses – à venir, à défendre, à préparer, l’auteur convoque un certain nombre d’expériences révolutionnaires passées, qu’il estime nécessaires de se réapproprier.

Un souci pour l’histoire qui ne peut que nous réjouir, d’autant qu’il s’efforce de retracer de manière didactique, mais de manière plus brève que dans Une Histoire de la Révolution française2, le déroulement des événements, faisant de La Dynamique de la révolte une sorte d’abrégé révolutionnaire à destination de générations novices en la matière. Les choix opérés n’en demeurent pas moins en partie frustrants, car Eric Hazan évoque surtout la Grande Révolution, la révolution russe (1905 et 1917), la période révolutionnaire allemande de 1918 à 19233 et la révolution espagnole de 1936. S’en dégage une analyse que l’on peut qualifier de nuancée, voire de médiane, très éloignée d’une condamnation sans appel du marxisme ou du léninisme. En fait, l’idéal, selon Eric Hazan, réside dans une synthèse entre les apports respectifs de Lénine et de Rosa Luxembourg. Du premier, il retient le refus de « (…) toute collaboration avec les modérés, les conciliateurs, les opportunistes. » (p. 117), et de la seconde, la nécessité du spontanéisme des masses, contre toute militarisation de la révolution (il salue ainsi dans la victoire d’Octobre le rôle capital des masses, mais aussi, plus surprenant, de la chance !)4.

Ce sont même pratiquement des lois de l’histoire qu’il souhaite dégager, dont on retiendra en particulier l’absence de chaos au cœur même du cyclone révolutionnaire5, et la dangerosité de tout gouvernement provisoire, ayant pour seul objectif le retour à l’ordre traditionnel. C’est d’ailleurs dans le prolongement de cette leçon qu’Eric Hazan rejette le parlementarisme, saluant à la fois l’éviction des Girondins de la Convention en juin 1793 ou la dissolution par les bolcheviques de la Constituante, début 1918 ; une position radicale qui surprend et étonne, au sein d’une extrême gauche ayant eu tendance dans beaucoup de ses franges à incorporer du parlementarisme dans ses projections futures6. La charge est donc ici portée contre le postmodernisme, pour une inscription de la révolution future dans l’épaisseur de l’histoire, et contre ce qu’Eric Hazan traite comme des fétiches, des épouvantails destinés à dissiper les fumées de la lutte de classes, la République et la démocratie7.

Certains pourraient toutefois trouver à redire à ce tableau parfois en partie idéaliste (la force et l’implantation profonde du Front national sont clairement relativisées), qui fait également silence sur les scénarii précis d’une insurrection en France, par exemple8, ou sur les potentialités d’une guerre civile, consécutive au moment insurrectionnel proprement dit… Le sujet d’un prochain essai, peut-être ?

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4160

2Ouvrage également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/2772

3Une traduction de l’ouvrage écrit par Chris Harman sur ce sujet est justement parue chez La Fabrique au mois de mai dernier, et sera prochainement chroniquée sur ce blog.

4A propos des analyses de Lénine sur le parti révolutionnaire, ou sur le récit de la révolution d’Octobre, on trouve quelques simplifications ou silences (pas de réel combat au palais d’hiver ?), mais très limités.

5« (…) ce qui s’installe lors de ces journées exceptionnelles, c’est une joie collective, le sentiment d’une fraternité retrouvée, et l’invention de nouvelles formes de vie. » (p. 14, souligné par l’auteur).

6On pense par exemple à l’évolution de la LCR. En lieu et place d’une assemblée de ce type, Eric Hazan ne propose malheureusement rien, ni un système alternatif de soviets, de conseils populaires (ceux de 1936 en Espagne sont largement salués), ni un délai minimum avant de procéder à d’éventuelles élections nationales, ainsi que le souhaitait Blanqui dans Le Communisme, avenir de la société, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4198

7« (…) elle tient le rôle essentiel de consoler d’une absence, celle d’une société qui aurait pour but le bonheur commun. Ce mot caoutchouc fait écran à la guerre civile à laquelle « nous sommes contraints depuis si longtemps », comme dit Blanqui de sa voix d’airain. C’est par ce rôle mystificateur que Démocratie est devenu le grand mot contre-révolutionnaire de notre temps » (p. 140).

8A l’exception d’un départ en périphérie plutôt qu’au centre parisien, et d’un nécessaire travail au sein des forces de l’ordre afin d’espérer en rallier une partie, tout cela demeurant très général, de la même manière que les moyens concrets, revendicatifs, permettant de mettre les masses en mouvement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.