Claude Mamier, La Révolte d’Albi. Réfugiés climatiques : un futur possible, Saint-Georges d’Oléron, Les éditions libertaires, 2013, 320 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En 2005, les éditions libertaires avaient créé une nouvelle collection, baptisée « Nos Futurs », clin d’œil punk à une série d’ouvrages spécifiquement portés sur l’anticipation politique et sociale, qui précédait ainsi la collection « Dyschroniques » du Passager clandestin. Toutefois, à la différence de cette dernière, uniquement constituée de rééditions, il s’agissait pour les éditions libertaires de proposer des écrits inédits, romans ou nouvelles, avec à l’arrivée un constat : les six volumes parus à ce jour1 hésitaient souvent entre didactisme militant et fiction imaginative. Ce roman de Claude Mamier aurait parfaitement pu s’intégrer dans la dite collection, qui, pour le coup, donne l’impression d’être entrée dans un sommeil profond.

Sous un titre trop long, insuffisamment explicite sur la nature du livre, et une couverture un peu triste, c’est bien d’un roman dont il s’agit. Nous sommes en 2056, dans un monde où le réchauffement climatique a provoqué montée des eaux et catastrophes climatiques. Alexandrie fait partie de ces mégapoles en partie détruite par un tsunami et qu’il s’agit désormais de reconstruire. Le chantier qui est alors lancé, avec comme objectifs l’édification de nouveaux logements mais également la reconstruction du mythique phare antique, repose sur un partenariat entre l’Égypte et la France ; la première réserve les travaux à des entreprises hexagonales, tandis que la seconde s’engage à accueillir sur son sol, le temps des travaux, plusieurs dizaines de milliers de réfugiés climatiques. Quatre personnages nous permettent de découvrir de l’intérieur cet échange par le haut, qui devient peu à peu échange par la base. Renaud Costes, l’animateur de Radio Albigés, est un journaliste amateur qui fuit dans l’animation en solitaire de sa radio libre la disparition précoce de sa compagne, Ariane. Son fils, Robinson, est un cadre de l’entreprise Batistar, principal acteur du chantier alexandrin, et il cherche dans son engagement professionnel une reconnaissance et un intérêt que n’a jamais su lui transmettre son géniteur. Ahmed, proche en âge de Renaud, est un de ces expatriés ayant trouvé refuge à Albi, un conteur aux sympathies anarchistes, qui va trouver un nouveau sens à donner à son existence en terre occitane. Fathi, enfin, autre Égyptien, est lui resté sur place, fuyant dans un premier temps son oasis de Siwa natal, avant d’y revenir, une fois ses espoirs alexandrins noyés dans la répression. Ces individus, d’abord isolés, vont donc tisser des liens humains très forts, brillants d’hédonisme (l’alcool est un acteur important de l’intrigue), et radicaliser leurs engagements respectifs : Renaud en participant, avec Ahmed, à une prise d’otages présentée en pleine lumière afin de faire réagir l’opinion française sur le traitement des réfugiés égyptiens ; Robinson, en retrouvant son père par ce même biais, lui qui ne voyait plus de sens à son investissement salarié ; Fathi, en réutilisant les enseignements d’une tentative avortée de communauté anarchiste à Alexandrie, dans le quartier sinistré, pour créer la Commune autogérée de Siwa.

La prose de Claude Mamier ne manque ni de chaleur ni de mordant, d’authenticité humaine surtout, et l’insertion de quelques contes d’inspirations diverses – Claude Mamier est lui-même conteur – ajoute à l’intérêt du roman ; les descriptions d’Albi (la cathédrale Sainte Cécile en particulier) ou d’Alexandrie témoignent quant à elles d’un solide travail de préparation et de documentation, et le parallèle entre les grilles du chantier égyptien et celles de la cathédrale forteresse d’Albi autour de Robinson est une excellente idée narrative. Bien sûr, on sent bien que l’idée est de montrer que l’anarchie reste et demeure une alternative viable et humaniste à l’impasse du capitalisme2, mais au-delà de cette dimension sans doute un peu trop explicite et démonstrative (qui n’élude pas la question de la violence, d’ailleurs, même si la renonciation à son utilisation est au bout du roman3), se dégage du livre un sentiment de fatalisme : certes, l’anarchie est une utopie généreuse, mais face à un système dominateur doté d’une force écrasante, elle ne peut espérer vaincre4… Le rêve est à rêver (sic). La principale faiblesse de La Révolte d’Albi tient cependant à son manque de cohérence interne et de crédibilité. Le monde du milieu du XXIe siècle qui est mis en scène semble, sur le plan technologique, bien peu différent du nôtre, ce qui dénote probablement le peu de familiarité de l’auteur vis-à-vis du genre de la science-fiction (il est plus familier de la fantasy5), coutumier de ce type de tableaux d’un proche avenir. Comment en effet croire qu’il a fallu attendre 2059 pour découvrir que l’on pouvait pister des individus grâce à des nanorécepteurs, alors que ce sujet est déjà largement discuté en ce début de XXIe siècle ?

Par ailleurs, en dehors d’Alexandrie et d’Albi, le reste du monde ne nous apparaît que par bribes, tout comme l’évolution (géo)politique. Le seul changement notable et signalé, pour ce qui est de la France, c’est l’instauration, à la suite des émeutes de 2029, d’un revenu universel, qui a eu pour principal résultat d’éteindre la contestation et de favoriser l’immobilisme, pour le plus grand profit des élites possédantes et dirigeantes. Mais qu’en est-il, en Égypte, de ces îlots libertaires d’Alexandrie, nommés Makhno ou Bakounine, dans un contexte que l’on connaît surtout militaire et religieux ? Cela fait peu, trop peu pour que La Révolte d’Albi, aussi généreux soit-il, transforme l’essai extrêmement délicat du roman engagé.

1Ils ont tous été chroniqués sur notre ancien site.

2Les années 2020-2030 ont pourtant été celles de la « génération sacrifiée », autant de morts prématurés du fait des polluants diffusés les décennies précédentes dans l’air, l’eau et la terre.

3Ainsi des pensées du personnage de Renaud : « La violence l’effrayait. La révolution était belle de loin. » (souligné par nous), p. 275.

4Ce dialogue entre Ahmed et Fayrouz, la vétérane libertaire (p. 301), l’illustre parfaitement :

« – Donc tu m’expliques que l’anarchie ne prospère que dans le conflit.

– C’est ça.

– Mais avant, tu as dit que les anarchistes perdaient à coup sûr en cas de lutte armée.

– C’est ça.

– En vertu de quoi j’en arrive à la conclusion suivante : tu estimes que nos idées n’ont aucune chance de l’emporter un jour. »

5Auteur de nombreuses nouvelles dans cette veine, il a cependant traduit en particulier trois des sept tomes du cycle de Kevin J. Anderson, La Saga des sept soleils, une série de space opera relativement médiocre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.