Jean Rolin, Les Événements, Paris, P.O.L., 2015, 208 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jean Rolin, écrivain prolifique, nous connaissions surtout à Dissidences son roman L’Organisation, retour vers un passé militant maoïste (à la Gauche prolétarienne). Avec Les Événements, c’est vers le proche avenir qu’il dirige sa plume, en une anticipation d’une guerre civile ordinaire écartelant la France et ayant nécessité l’intervention de la FINUF, Force d’interposition des Nations unies en France (sic).

Le livre tout entier est en réalité une parenthèse de vie, celle d’un adulte anonyme, quadragénaire que l’on suit tantôt – le plus souvent – à la première personne, tantôt par le biais de la voix de l’écrivain lui-même, en une vision surplombante très courue de nos jours. Une façon aussi de prendre de la distance avec la fiction, ce qui est déjà le cas dans l’absence d’empathie que manifeste Jean Rolin pour ses personnages (les émotions ou sentiments ressentis par le personnage principal nous sont généralement distants). Les événements est en effet un court roman plutôt froid, clinique, qui traite la guerre civile comme une nouvelle normalité, illustration de la plasticité des êtres humains, de leur capacité à s’adapter à un contexte différent. Par ailleurs, les explications précises sur les événements (sic) ayant conduit à une telle situation ne nous sont jamais données, et le réalisme de la situation décrite jamais pris à bras le corps (quid, par exemple, de l’approvisionnement en nourriture ? de la situation des enfants ?). Tout juste apprendra-t-on l’existence maintenue d’un gouvernement officiel mais visiblement impuissant sur l’île de Noirmoutier, et de nombreux pouvoirs miliciens, islamistes1, d’extrême-droite ou d’extrême gauche, comme pour mieux moquer les luttes politiques de ce début de XXIe siècle, leur caractère minoritaire et la vacuité de l’engagement politique face à une population majoritairement passive (elle est le plus souvent invisible dans le livre) et décidée seulement à survivre. Le narrateur quitte donc Paris en voiture, rejoignant un ancien ami devenu potentat local en tant que chef des Unitaires, afin de lui livrer des médicaments. Arrivé sur place, il renoue avec une ex-relation amoureuse, et part avec elle afin de retrouver son fils potentiel, engagé au sein d’une milice d’extrême gauche à Port-de-Bouc. Tous deux décident finalement de quitter la France, clôturant ainsi le livre d’une manière particulièrement abrupte.

Au-delà des éléments déjà évoqués, que retenir de Les événements ? Une critique du rôle limité de l’ONU, via le mode de l’inversion, un traitement du fameux sentiment d’insécurité au premier degré, et l’éloge d’une nature qui regagne peu à peu du terrain sur une humanisation en recul, sensible dans des descriptions régulières et détaillées (on pense ici à la nouvelle « Le monde enfin » de Jean-Pierre Andrevon). Reconnaissons tout de même que cela fait peu, pour un roman dont la guerre civile – sujet riche de potentialités fictionnelles – est, de plus, pratiquement déconnectée de toute profondeur historique2.

1Le Hezb, ou « (…) parti islamiste dit « modéré » (…) » (p. 47), dont le nom évoque clairement celui du Hezbollah libanais, est le seul groupe à être nommément cité.

2Le seul précédent évoqué est celui de la guerre civile espagnole, présente par l’existence d’un SIM (Service d’investigation militaire, comme pour les républicains), par un portrait de Durruti et d’une brigade du même nom à Port-de-Bouc, voire par cette vision de curés morts en plein champ au début du livre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.