John Gibler, Mourir au Mexique. Narcotrafic et terreur d’État, Toulouse, Collectif des métiers de l’édition, collection « À l’ombre du maguey », 2015, 223 pages, 15 €. [Traduction par Stephen Sánchez et Anna Touati. Excellentes gravures de Yoel Jimenez qui scandent chaque chapitre].

 

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Publié originellement en anglais (américain) en 2011, ce livre écrit par un journaliste est, hélas, toujours d’actualité. Le nombre de morts causés par le trafic de drogue, la rivalité entre bandes (les cartels), la terreur d’État – évalué à 80 000 et 20 000 disparus depuis 2006 – ne cesse d’augmenter. Les éditeurs français du livre ont, à juste titre, éprouvé le besoin de le compléter, de l’actualiser, en rappelant les nouvelles victimes, ces malheureux étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa (État de Guerrero) tués ou disparus (pour 43 d’entre eux) le 26 septembre 2014. L’enquête officielle elle-même a conclu que les disparus, arrêtés par des policiers municipaux de la ville d’Iguala, ont été remis à des tueurs d’un cartel de la drogue. Le maire d’Iguala et son épouse, liés à ce cartel, ont été arrêtés après un mois de cavale. La barbarie continue! Le 5 août 2015, le journal Le Monde annonçait l’exécution à Mexico d’un jeune journaliste de 31 ans, Ruben Espinosa, et de quatre jeunes femmes. Récemment réfugié dans la capitale car menacé de mort dans l’État de Veracruz où il officiait, il est le treizième journaliste assassiné depuis 2010 dans cet État, date de l’entrée en fonction du gouverneur Duarte. Jusqu’ici, note l’auteur de l’article Frédéric Saliba : « Mexico était considéré comme un refuge pour les journalistes menacés de mort en province ».

En effet, l’enquête de John Gibler, qui s’appuie sur les témoignages de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, se déroule surtout en province : États frontaliers des États-Unis où se dirige la drogue, Tamaulipas (ville de Reynosa), Coahuila (Torreón), Chihuahua (Ciudad Juárez1) et aussi l’État de Sinaloa (ville de Culiacán) situé non loin. Mais ce “ cancer social ” s’est étendu, aujourd’hui il n’épargne plus aucun État du pays. Les journalistes notent tous qu’il est impossible d’exercer leur métier normalement : « le journalisme d’investigation est mort » : « Quand tu écris, tu ne penses pas au lecteur, tu penses aux narcos et tu te demandes s’ils vont l’ (l’article) l’aimer, s’il va les déranger, s’ils viendront t’attendre à la sortie de ton travail » (p. 77). L’État n’offre aucune protection aux journalistes. Il est totalement contaminé par les mafias de la drogue. Selon le témoignage d’une journaliste mexicaine, « sa stratégie consiste à s’allier avec le cartel de Sinaloa pour lutter contre le cartel du Golfe … ils organisent des opérations conjointes » (p. 87). Les escadrons de la mort des trafiquants, plus lourdement armés que les forces de police, défient la police fédérale, avec la complicité active de la police municipale2. Et quand la tuerie laisse au sol un blessé grave, la Croix Rouge ne veut pas l’emmener à l’hôpital parce que c’est trop dangereux : « une victime de la guerre de la drogue qui survit devient une menace pour tous ceux qui l’entourent par le simple fait d’avoir survécu » (p. 112). La société mexicaine est paralysée par la peur. Mais paradoxalement, certains barons de la drogue – dont la tête est mise à prix par le Département d’État étatsunien – sont les héros de « corridos », ces chants populaires mexicains, ainsi Metro 3, de son vrai nom Samuel Flores Borrego :

“ Il était du gouvernement / aujourd’hui il est dans le gang /

il commande beaucoup de monde / qu’il envoie où il veut /

Honnêtement les gens c’est comme ça; dédicace à monsieur Metro 3 /

un des bons, il règne sur son territoire /

avec un petit calibre, avec le AK / il t’envoie en enfer ” (p. 130).

Certes les violences sont dues au trafic de drogue, aux rivalités entre cartels, à la compromission des autorités politiques avec ceux-ci. Mais comme le remarque l’auteur à deux ou trois reprises, comme l’écrit plus nettement un spécialiste de l’Amérique latine, le sociologue Yvon Le Bot : « Ces violences visent aussi à détruire les mouvements sociaux, le foyer de contestation qu’était l’école normale d’Ayotzinapa ». Le problème, c’est qu’à plus long terme, « elles détruisent les fondements de toute vie en commun, elles minent l’espoir, corrodent la valeur de la vie humaine et l’idée même d’humanité » (in Le Monde, 12 novembre 2014). Alors, la solution serait-elle la fin de la prohibition, la légalisation des drogues, comme le suggère l’auteur à diverses reprises (p. 29, 147, 188) ? Cela “casserait” les énormes marges bénéficiaires que crée l’illégalité. C’est le message lancé par le poète très célèbre Javier Sicilia, le 6 avril 2011, après l’assassinat de son fils. Il est à l’origine d’un mouvement qui grandit pour en finir avec l’indifférence qui entoure ces meurtres.

1 Outre de longues citations empruntées à Howard Campbell, Drug War Zone : Frontline Dispatches from the streets of El Paso and Juárez, 2009, l’auteur consacre un chapitre (p.151-178) à Ciudad Juárez, une des villes les plus violentes du Mexique, endeuillée également par le meurtre de centaines de femmes, en majorité jeunes et pauvres. Un film a été réalisé en 2008 par Carlos Carrera, El TraspatioL’arrière-cour, sous-entendu des États-Unis – sur ce véritable « féminicide ».

2 C’est ce qu’observait déjà Joëlle Stolz, correspondante du Monde au Mexique, à Torreón, le 12 septembre 2008 : « une fusillade a opposé des agents fédéraux à des policiers municipaux qui protégeaient le transfert d’un chargement de drogue ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *