Benoît Abtey (scénario), Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. La Fin des Romanov, Paris, Rue de Sèvres, 2015, 62 pages, 13,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Ces dernières années, la révolution russe semble en passe de devenir un sujet porteur pour ce secteur en expansion continue qu’est la bande dessinée. Après le second album de la série Mattéo. 1917-19181, la première partie de Taïga rouge2, le premier tome de La Guerre des amants3, l’uchronie de « Jour J » (Octobre noir)4 ou le diptyque du Baron fou5, voici donc le premier tome d’une nouvelle série, baptisée Kamarades (s’inspirant de la première lettre du mot communisme tel qu’il s’écrit en russe). En un peu moins d’une soixantaine de pages, le lecteur traverse les événements de Russie, de la veille du soulèvement de février 1917 jusqu’à l’exécution des Romanov en juillet 1918. Pour ce faire, les auteurs ont choisi de centrer leur intrigue sur trois personnages clefs. Le plus important de tous est assurément Volodia, soldat charismatique, qui représente d’une certaine manière les sentiments du peuple russe, une forme d’authenticité rêvée. Il est par ailleurs amoureux d’une jeune fille dont il ignore l’identité, et qui est en réalité Anastasia, une des filles de Nicolas II, qui avait choisi de se mêler à la foule des manifestants fin février 1917. Enfin, Staline représente les bolcheviques, autrement dit l’élément perturbateur de cette idylle, capable aussi bien de séquestrer Anastasia que de détruire la lettre qu’elle a écrite à Volodia.

L’album débute par un focus sur la situation pré-révolutionnaire dans les armées russes, avec la mise en scène d’exécutions de soldats agitateurs par leurs officiers, sous la forme de cases vues d’en haut, où le blanc de la neige (et de l’autocratie ?) est recouvert par le rouge du sang des condamnés (annonçant les torrents de sang à venir ?). D’abord symbole des foules de février, Volodia le mutin rallie ensuite Lénine et les bolcheviques. Refusant tout arrangement avec Kerenski, qui l’a sollicité, il est renvoyé sur le front, tombant sous le charme du général Kornilov avant de prendre part à la révolution d’octobre, puis de participer à la défense du nouveau pouvoir en affrontant les forces blanches dans le Caucase. C’est là qu’il se retourne contre ses camarades, mais racheté par Lénine, il est envoyé à Ekaterinbourg à l’été 1918…

Il est dès lors tentant de lire dans ce triangle narratif l’espoir torpillé par les bolcheviques d’une entente possible entre les masses populaires russes et leur souverain, l’idéal inabouti dans notre continuum d’une monarchie constitutionnelle et éclairée. Le problème, c’est qu’en plus d’être peu crédible, cette hypothèse se retrouve minée de l’intérieur par une prise de liberté étendue vis-à-vis de la réalité historique6. Ainsi, la famille impériale n’était pas à Petrograd lors des manifestations de février auxquelles Anastasia est censée s’être mêlée, Nicolas II étant au quartier-général militaire de Moghilev (Biélorussie), et son épouse et leurs enfants résident à Tsarskoïe Selo (aujourd’hui Pouchkine), à 25 km de distance de la capitale. En outre, faire de Nicolas II celui qui, sous l’influence d’Anastasia, dissout l’Okhrana, va à l’encontre de toute la politique réelle du tsar au cours de son règne. Kornilov n’a pas été tué par un tireur bolchevique isolé, mais par un éclat d’obus en tentant d’investir la ville d’Ekaterinodar (et non dans un village), et ce n’est qu’ensuite que les bolcheviques exhumèrent sa dépouille, afin de l’humilier et de la brûler, éléments effectivement repris dans la BD. Quant à l’exécution de la famille impériale, au-delà des débats quant à sa réalité, elle ne se déroula pas dans le jardin de la maison Ipatiev, mais dans son sous-sol.

Kamarades redonne également vie à la thèse d’un Staline agent de cette même Okhrana, thèse avancée par un historien étasunien, Roman Brackman, très largement controversée7, mais qui permet de souligner la duplicité et la perfidie des bolcheviques (la figure de Staline en un Raspoutine rouge, au-dessus des tours bulbeuses du Kremlin, sur la couverture de l’album, faisant ici office de symbole), qui se réduisent ici au trio Lénine-Trotsky-Staline (celui-ci étant pourtant loin en 1917 d’avoir la même stature que les deux premiers). Ces révolutionnaires sont en effet animés ici par la seule soif de pouvoir, de l’abdication de Nicolas II, visiblement obtenue par chantage, à la réactivation du mythe de Lénine agent allemand (il négocie explicitement son retour en Russie contre la future paix de Brest-Litovsk), en passant par l’organisation du sabotage des trains afin d’attiser le mécontentement du peuple à l’égard du gouvernement provisoire8

In fine, que retenir de cette fiction dessinée ? Le dessin de Mayalen Goust, un crayonné colorisé par des teintes franches et d’une variété limitée, se révèle d’une vraie beauté visuelle ; le choix de caractères informatiques pour les dialogues contraste d’ailleurs un peu trop avec cette dimension plus artisanale. Pour les scènes de combats, les cases abritent alors une frénésie d’action, un fouillis maîtrisé d’actions parallèles restituant avec vigueur l’énergie de ces moments, comme la mutinerie des soldats (p. 26) ; à l’inverse, la prise du palais d’hiver est directement inspirée des images de l’Octobre d’Eisenstein. La dimension proprement politique et prométhéenne de la révolution russe, elle, apparaît comme occultée, au profit d’une histoire romantique, tragique et complotiste, ce que devrait confirmer le second tome intitulé Tuez-les tous ! Peut-on rapprocher Kamarades du roman de Robert Littell, Requiem pour une révolution9, le personnage de Zander et celui de Volodia partageant bien des similitudes ? Si la fiction de Robert Littel emprunte également au registre romantique dans le déroulement de l’intrigue [mais quelle révolution ne comporte pas de passions romantiques ?], le background historique est heureusement bien mieux documenté. On peut aussi regretter qu’aucune bibliographie ne soit pour l’heure soumise à l’analyse des lecteurs de cette BD.

1Jean-Pierre Gibrat, Mattéo. Deuxième époque (1917-1918), Paris, Futuropolis, 2010.

2Armand Malherbe, Vincent Perriot, Taïga rouge, tome 1, Marcinelle (Belgique), Dupuis, 2008, histoire dans laquelle apparaît le baron Ungern von Ungern (le « Baron fou »).

3Voir la critique du premier tome sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

4Sur cette BD, voir mon article « La Grande pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 », à paraître dans Dissidences volume 16.

5Voir la chronique de ces albums, à paraître prochainement sur notre blog.

6On pourrait également citer d’autres détails secondaires erronés, ainsi du peintre Boris Koustodiev, chez qui Joseph et Volodia se rendent ensemble, mais qui est censé à l’époque être paraplégique, alors qu’il marche ici sur ses deux jambes sans aucune difficulté…

7Roman Brackman, Staline agent du tsar, Paris, L’Archipel, 2003. Un autre historien anglo-saxon, Simon Sebag Montefiore, que l’on ne peut guère soupçonner de complaisance envers le bolchevisme, a émis des doutes sévères sur cette thèse, qui plaît par contre au romancier Romain Slocombe (Avis à mon exécuteur, Laffont, 2014, p. 222-226, compte rendu à paraître prochainement sur ce blog).

8 On pourrait également citer l’opposition entre un Kornilov refusant le pillage des villages traversés, et un Sakhaline (général bolchevique) n’hésitant pas à bombarder les civils de ces mêmes villages (p. 51).

9Voir la chronique de ce roman, à paraître prochainement sur notre blog.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.