Marc Blondel, Rebelle. Itinéraire d’un militant, Paris, Le Cherche Midi, collection « Documents », préface de Jean-Claude Mailly, 2015, 218 pages, 16,50 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Co-écrit avec le journaliste Eric Yung, ce livre constitue en quelque sorte le testament du dirigeant de Force ouvrière (FO), disparu quelques mois avant sa publication. Livre assez étonnant dans sa forme, car il ne constitue ni une biographie au sens propre du terme ni un traité doctrinal. Il se présente plutôt comme une série de mini instantanés dans lesquels Marc Blondel met en scène ses souvenirs et dresse une galerie de portraits. Le portrait du rebelle, revendiqué dans le titre apparaît pourtant assez flou à la lecture.

Marc Blondel revient sur son parcours, avec une certaine emphase, n’hésitant à pas à proclamer (p. 22) « Je suis l’expression de la classe ouvrière ». Il n’en a pas moins fréquenté, après son baccalauréat, les bancs de la faculté de Droit et même milité à l’UNEF, parcours assez peu commun, à la fin des années 50, pour un enfant de la classe ouvrière. Mais très rapidement, il abandonne les études pour travailler et se syndique immédiatement à FO, puisque adhérer « à un syndicat proche des communistes aurait été, aux yeux des miens, un véritable crime » (p. 25). Adhérent de la SFIO en parallèle, il n’en critique pas moins fortement la politique algérienne de cette dernière, ce qui l’amène à fréquenter les milieux syndicalistes révolutionnaires, ainsi que les trotskystes (version « lambertiste »)1. Très rapidement, Marc Blondel se voit confier des responsabilités syndicales et devient un professionnel du syndicalisme, même s’il refuse de considérer qu’il s’agisse d’un métier. Se revendiquant de la lutte des classes (chapitre « Une certaine conception de la lutte des classes », p. 51 et suivantes), il précise immédiatement que ce penchant ne doit pas être confondu avec de quelconques velléités révolutionnaires : « l’entretien d’une lutte des classes pour aspirer à la révolution est utopique » (p. 52). Le lecteur comprend alors les justifications de pratiques complaisamment exposées. En effet, Marc Blondel est fier de son appartenance à la franc-maçonnerie, qu’il conjugue aisément et logiquement avec son statut de libre-penseur (il occupe d’ailleurs des responsabilités de premier ordre dans ce milieu après la fin de ses mandats syndicaux, évoquant au passage le fait que cela lui a permis de continuer à fréquenter les dirigeants de l’OCI (Organisation communiste internationaliste, « lambertiste ») dont il reconnaît que plusieurs figurent dans son cercle amical rapproché, p. 198). L’ancien secrétaire général considère même que son appartenance à la maçonnerie (p. 66) lui permet d’élargir son univers, trop formaté par le syndicalisme exercé à titre professionnel. Sur d’autres aspects, la narration de Marc Blondel suscite l’étonnement. Ainsi, à propos des liens entre FO et la CIA, qu’il nie puisque la CIA a été crée (formellement) après FO…, il explique que s’il avait disposé de la manne américaine, il n’aurait pas attendu aussi longtemps pour construire le siège de la centrale.

Sur d’autres points, le texte de Marc Blondel est beaucoup plus intéressant. Ainsi sur ses rapports (exécrables) avec André Bergeron (le chapitre s’intitule « Mon bon ami André », mais le seul mot valide est celui d’André !), il donne un aperçu des mécanismes décisionnels de la maison FO et des tenants et aboutissants de la sélection des dirigeants de la centrale (que ce soit pour la succession de Robert Bothereau ou celle de André Bergeron). Dans la suite des portrait qui se succèdent, Blondel n’hésite pas à verser dans l’emphase sur la nature de ses relations avec les « grands » de ce monde, que ce soit Jacques Chirac (un honnête homme), François Mitterrand, qui lui avait confié le secret de sa maladie, Nicole Notat, dont la haine est palpable… Ajoutons le cas André Bérégovoy, ami de trente ans, dont Marc Blondel évoque les négociations avec lui lorsqu’il était ministre de François Mitterrand. L’anecdote de l’augmentation du SMIC (p. 166), mériterait d’être rapportée in extenso tant il y a quasiment du Pagnol, du Raimu et même du Fernandel, en tous les cas de la bouffonnerie dans son récit. Nicolas Sarkozy fait aussi partie des figures évoquées. Avec ce dernier, Blondel partage un trait commun, la haine de 68 : « J’ai en effet toujours été convaincu que Mai 68 n’a été qu’un soulèvement estudiantin réactionnaire et bourgeois » (p. 154). Au final, le lecteur sera sans doute surpris de s’apercevoir qu’il y a beaucoup de copains (le terme lui-même revient à plusieurs reprises sous sa plume au fil du texte) dans l’entourage de Marc Blondel. S’il n’y a que des hommes dans ses amitiés, en revanche, la seule femme (hormis la sienne) qu’il évoque est le fruit de sa détestation (Nicole Notat). Faut-il y voir une relation de cause à effet avec le fait qu’il se prononce avec vigueur contre toute les structures spécifiques de lutte contre les dominations particulière, au premier chef le féminisme ? Histoire de peaufiner le portrait sympathique qu’il dresse de lui-même, Marc Blondel évoque dans les dernières pages de son livre son amitié avec le dirigeant portugais Mario Soarès, connu dans l’émigration et dont il a appuyé l’effort pour créer de toute pièce, au moment de la révolution des œillets, un mouvement syndical sous influence du Parti socialiste.

Document à verser au chapitre syndicalisme, le mérite premier de ce témoignage n’est sans doute pas de faire apprécier les vertus du personnage Marc Blondel, mais il peut permettre de mieux comprendre les mécanismes et l’univers mental de celui qui fut le dirigeant de la troisième centrale syndicale du pays.

1A la fin de l’ouvrage, il récuse d’ailleurs toutes les accusations concernant le fait qu’il ait été une « taupe » de ces derniers au sein de FO.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.