Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Le sens social », 2015, 369 pages, 20 €.

Un compte rendu de Franck Gaudichaud

Pierre Bourdieu,  « le sociologue français le plus cité au monde » demeure marginal dans un champ de recherche sociologique essentiel, à savoir le travail : le constat de départ de cet ouvrage a en effet de quoi interpeller. Ainsi que le rappelle Maxime Quijoux, jeune sociologue, chargé de recherche au CNRS et maître d’œuvre de cet épais livre collectif, « cet ouvrage est issu d’un colloque organisé en décembre 2012 à Paris à l’occasion du dixième anniversaire de la disparition du sociologue Pierre Bourdieu. Financé par le conseil régional d’Île-de-France par l’intermédiaire du DIM-GESTES, cet événement a réuni sur deux jours plus d’une cinquantaine de contributeurs, revenant sur la place de Bourdieu dans la sociologie du travail, ou réfléchissant sur les vertus et les difficultés d’appliquer son modèle théorique aux mondes du travail. Ce livre réunit non seulement une vingtaine de contributions issues du colloque, combinant histoire, exégèse et enquêtes empiriques, mais propose un examen théorique de l’apport du sociologue à l’objet à travail. Bref, une réconciliation scientifique entre un chercheur et une discipline qui se sont si longtemps ignorés »1.

De fait, Maxime Quijoux – auteur d’une thèse remarquée sur les entreprises récupérées en Argentine, et qui revendiquait déjà l’œuvre de Bourdieu2– nous offre, en première partie de cette publication, une introduction-interprétation stimulante – souvent exigeante – de presque 90 pages sur Bourdieu et le travail, en décortiquant nombre de textes du sociologue disparu il y a plus de 10 ans. Il est certain qu’on ne saurait dire que le travail ait été la notion la plus travaillée ou la plus visible dans la production académique de Bourdieu, en comparaison avec d’autres domaines tels que l’école, l’État, la culture ou l’art. Néanmoins, ce livre cherche à montrer que cette constatation est en partie trompeuse, soulignant la présence du travail et de ses mécanismes de domination – parfois en filigrane – tout au long des recherches du sociologue français. En retour, le livre interroge aussi la faible incorporation de Bourdieu au sein de la sociologie du travail et nous propose en contrepoint – dans les chapitres trois, quatre et cinq – plusieurs études de terrain et éclairages plus théoriques qui démontrent tout l’intérêt que peut présenter une approche bourdieusienne des recherches sur un des processus centraux des sociétés capitalistes contemporaines : le travail salarié.

Dans son introduction, Maxime Quijoux souligne une donnée historique, ensuite mise en exergue par plusieurs auteurs : ce sont durant ses années algériennes et ses études sur le salariat de ce pays colonisé que Bourdieu centre ses investigations les plus clairement sur le travail. Ces écrits sont néanmoins fondateurs et marqueront de leur sceau l’ensemble de son œuvre. Dans ses textes algériens, Bourdieu montre à quel point « la rationalité économique relève de principes culturels situés, produits d’une histoire spécifique. Autrement dit qu’elle est un habitus. Le salariat apparaît alors à la fois comme l’effet et la condition de cet habitus économique » (p. 40). Un aspect d’importance est de rappeler que c’est précisément lors de ses recherches au cours des années 60 sur les paysans kabyles déracinés et la violente transformation coloniale de la société algérienne que Bourdieu établit plusieurs des concepts clefs qui lui donneront par la suite un écho mondial. Reproduction sociale, habitus, champ, violence symbolique, capital symbolique : « la fabrique du travailleur » passe précisément par ses grands paradigmes, au sein desquels le rapport salarial reste sous-jacent.

Ainsi, plutôt que suivre la segmentation arbitraire entre les « années algériennes » et celles de l’envol en tant que sociologue du Centre de sociologie européenne, au lieu de penser Bourdieu de manière compartimentée entre études sur l’école, l’art ou la culture, ce livre insiste sur les continuités avec pour fil conducteur le travail. Car si, par la suite, Bourdieu a semblé délaisser aussi bien l’Algérie que la socialisation salariale, ses futures recherches, notamment sur les étudiants, le système scolaire et les « héritiers », continueront finalement à débusquer et « dévoiler » les relations entre dispositions, domination et positions des agents, ceci de l’école jusqu’au poste de travail.

Cette entrée par le travail complexifie ainsi un peu plus notre connaissance de l’œuvre de l’auteur des Méditations pascaliennes et va à l’encontre d’un certain nombre d’idées reçues, y compris en ce qui concerne les critiques d’un Bourdieu jugé déterministe et misérabiliste (critiques émises entre autres par Boltanski et Passeron, avec des arguments de poids d’ailleurs). Pour Bourdieu, il existe une « double vérité au travail » et à ses mécanismes de domination, vérité objective mais aussi subjective, en ce sens que l’investissement des agents au travail fait partie des conditions réelles de l’(auto)exploitation : « les travailleurs peuvent contribuer à leur propre exploitation par l’effort même qu’ils font pour s’approprier leur travail »3. On retrouve ici une vision très pessimiste sur les conditions de l’émancipation et du changement social. Cependant, Maxime Quijoux insiste aussi sur le fait que face aux poids des déterminations socio-économiques, le travail peut représenter « l’une, sinon la seule, institution capable d’offrir des dispositions ‘nouvelles’, utiles aussi bien à une conduite réflexive que prospective, individuelle que collective » (p. 82).

Les divers articles de recherches qui constituent ce ouvrage poursuivent cet héritage et offrent une gamme plurielle d’approches aussi bien autour des activités intellectuelles et des professions artistiques, que sur les habitus professionnels et la division sociale (avec par exemple une étude étonnante de Thibaut Menoux sur la distinction au travail chez les concierges d’hôtel de luxe) et, enfin, sur les dominations et conflits au travail (à noter ainsi l’article de Laurence Proteau sur « être et paraître policier »).

Bien sûr, les exégètes de Bourdieu pourront certainement discuter cette nouvelle centralité du travail donnée par ce livre à son œuvre (Bourdieu s’est avant tout intéressé à certaines professions spécifiques et à la sociologie de l’emploi, délaissant de nombreux aspects fondateurs de la condition salariale) ; on pourra aussi regretter qu’il n’y ait pas davantage de textes de discussion plus critiques des limites de Bourdieu dans sa conception même du travail ou encore en ce qui concerne ses jugements souvent à l’emporte-pièce quant au marxisme, pourtant théorie critique fondamentale pour qui veut aborder le travail en régime d’accumulation capitaliste. En ce sens l’article – qui ferme le livre – du sociologue britannique Michael Burawoy est bienvenu car il comble en partie cette lacune : Burawoy y raille d’ailleurs le style de rédaction « alambiqué » de Bourdieu… mais, surtout, regrette comment le sociologue français « combine les deux perspectives opposées » de sujet et objet, volontarisme et déterminisme, agent et structure, homo habitus et homo ludens, passant de l’un à l’autre de manière pas toujours évidente ou les fusionnant selon les textes, mais sans « transcender véritablement cette antinomie » (p. 344).

Au final, nous sommes face à un livre important, érudit et original, qui pourrait même commencer à réconcilier en partie la sociologie du travail avec Pierre Bourdieu, y compris dans des domaines et objets d’études largement dédaignés par le sociologue. C’est le cas des syndicalismes et des luttes au travail : le texte de la politiste Sophie Béroud sur la « pertinence heuristique du concept de champ syndical » montre que la théorie des champs peut encore ouvrir des pistes de réflexions critiques tout à fait pertinentes, bien au-delà des centres d’intérêts de Bourdieu lui-même. Raison de plus pour lire ce livre.

2Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine, Paris, Éditions de l’IHEAL, 2011, 280 p.

3Pierre Bourdieu, « La double vérité du travail », ARSS, septembre 1996, n° 114, p. 89-91.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.