Julien Chuzeville, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, (préface de Jean-Numa Ducange), Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 pages, 19 €.

Un compte rendu de Morgan Pogioli

Un an après Militants contre la guerre1, Julien Chuzeville nous propose en quelque sorte une suite avec Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale. L’approche en est toutefois différente puisque l’auteur nous donne à voir ici une sélection de documents relatifs à cette première rencontre internationale de syndicalistes et socialistes pacifistes durant la Première Guerre mondiale.

L’ouvrage s’ouvre par une préface de Jean-Numa Ducange qui replace l’événement quelque peu oublié de Zimmerwald dans l’histoire du mouvement ouvrier, élevé au rang de mythe léniniste dans la Russie soviétique puis passé aux oubliettes de l’histoire. S’ensuit l’introduction de Julien Chuzeville qui rappelle les prises de position antimilitaristes de la Deuxième Internationale durant les dix années précédant le déclenchement du premier conflit mondial. Il met d’autant plus en lumière la rupture provoquée par ce mois d’août 1914 et le ralliement quasi-instantané des socialistes des pays belligérants à la défense nationale de leurs pays, répondant ainsi à un phénomène de nationalisation des partis socialistes européens à l’œuvre en France et en Allemagne plus spécifiquement : c’est l’échec de l’internationalisme. Toutefois quelques initiatives émergent rapidement entre socialistes de pays neutres (septembre 1914), entre socialistes scandinaves (janvier 1915), entre femmes socialistes (mars 1915), entre jeunesses socialistes (avril 1915) mais aucune réunion entre organisations socialistes neutres et belligérantes ne sera possible avant celle de Zimmerwald, en septembre 1915 et non sans difficultés.

Les textes présentés – antérieurs et postérieurs à cette conférence – sont variés (tracts, comptes rendus, lettres), rares ou méconnus, certains inédits (tel le compte rendu manuscrit de la conférence par le syndicaliste français Alphonse Merrheim) et sont complétés par des notes explicatives (trop) limitées en bas de pages. A travers leur lecture, on est marqué par la pertinence des analyses sur la question du militarisme, de l’équilibre européen (de l’hypothèse d’un affaiblissement de l’Allemagne post-conflit par exemple), des revendications du Manifeste (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, droits politiques) qui, en dehors de la condamnation de l’impérialisme et du capitalisme, semblent anticiper les 14 points du Président Wilson de 1918. On réalise également les difficultés rencontrées par ces militants réduits au silence et à la clandestinité : poursuite et emprisonnement (Louise Saumoneau), censure gouvernementale, auto-censure voire boycott des journaux et organes de presse socialistes/syndicalistes, pour ce qui concerne la France, l’Allemagne ou l’Angleterre où les partis et syndicats se sont ralliés à l’Union Sacrée.

Mais on découvre également le rôle des partis socialistes des pays neutres (Suisse et Italie2 avant 1915) dans l’organisation de la conférence, où ce ne sont pas des fractions mais bien les organisations « officielles » qui sont partie prenante. On est d’ailleurs étonné par la liste des partis, organisations de jeunesse, syndicats et groupements dissidents qui ont adhéré au Manifeste (une trentaine en 1916) et qui bien que minoritaires n’en sont pas moins représentatifs d’une fraction non négligeable du mouvement ouvrier et marquent une renaissance certaine du sentiment internationaliste à l’échelle européenne (en particulier à l’Est).

Avec la seconde conférence de Zimmerwald, c’est à dire celle de Kienthal en avril 1916, se dessine clairement une radicalisation des positions, dans le vocabulaire d’abord avec l’utilisation d’expressions comme « socialisme nationaliste » ou « social-patriotes » pour qualifier les « majoritaires » de guerre3 ; dans les revendications ensuite : condamnation sans appel de la Seconde Internationale (même si la constitution d’une troisième voulue par Lénine n’est pas ouvertement réclamée, l’éventualité d’une « scission » et d’un « abandon » sont clairement énoncés), paix immédiate et sans annexion mais sans aller jusqu’à défendre l’idée d’un défaitisme révolutionnaire, compromis oblige. Car la conclusion de Julien Chuzeville ouvre en effet sur les différents courants qui animèrent l’esprit zimmerwaldien et sur leurs dissensions au sujet de l’avenir de l’Internationale qui sera finalement tranché en 1919, suite à la révolution bolchevique, avec la création de l’Internationale Communiste.

L’ouvrage se termine par les notices biographiques des trente-huit participants de Zimmerwald dont les deux grandes figures du futur communisme international (Lénine,Trotski) ainsi que d’autres qui seront victime des purges staliniennes des années 30 (Platten, Berzine, Lewinson, Radek, Zinoviev, Warski, Racovski). Nous noterons aussi la présence de quatre femmes qui sont Minna Reichert, Angelica Balabanoff, Berta Thalheimer et Henriette Roland Host ainsi que celle des deux français (Bourderon et Merrheim).

A l’issue de la lecture, on demeure parfois frustré du manque d’éléments explicatifs, du type « chapeaux introductifs », qui auraient permis de mieux inscrire et comprendre les documents dans leur contexte même resserré. C’est particulièrement vrai pour le rôle de la Commission socialiste internationale dont on aurait aimé en savoir un peu plus entre Zimmerwald et Kienthal, ainsi que sur la troisième conférence totalement oubliée de Stockholm en 1917, abordée dans la conclusion mais qui aurait pu (dû) être intégrée au corpus archivistique. Enfin l’absence de référencement et d’indication des sources demeure surprenante pour l’historien confirmé qu’est Julien Chuzeville.

Ces limites n’en sont pas moins l’illustration de tout l’intérêt porté à l’ouvrage et à la curiosité qu’il (res)suscite. En somme, un très utile retour aux sources à un siècle de distance.

1 Voir notre compte-rendu : http://dissidences.hypotheses.org/4705

2A l’origine, la conférence devait se dérouler en Italie, mais suite à l’entrée de ce pays dans le conflit en mai 1915, elle eut lieu en Suisse.

3 Vincent Chambarlhac et Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants, combattants de la majorité (1914-1918), Dijon, EUD, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.