Michel Onfray, Cosmos. Une ontologie matérialiste, Paris, Flammarion, 2015, 576 pages, 22,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

On connaît l’œuvre imposante et souvent polémique de Michel Onfray1. Ce nouveau pensum, à l’heure (automne 2015) où ses prises de position politiques suscitent débats et controverses, est à ses yeux son « premier livre », mais à tous ceux qui attendent un penseur transfiguré, nous pouvons d’emblée les décevoir, en pointant les limites de l’entreprise. Car en réalité, on retrouve comme synthétisés les principaux axes de l’idéologie construite par Michel Onfray, ses tics d’écriture (les listes fleuries comme argument d’autorité), ses idoles – Nietzsche au premier chef – et ses saillies tranchantes à l’égard de ses cibles favorites, le christianisme et Freud.

On peut même aller jusqu’à voir en Cosmos une somme, car fort de près d’une centaine de livres déjà publiés, Michel Onfray s’y lance dans une sorte d’encyclopédisme solitaire, reflet d’un homme-monde ; Cosmos est en effet le premier tome d’une trilogie devant également aborder la philosophie de l’histoire et la philosophie pratique de notre temps, rien de moins. Alors bien sûr, on trouve dans les pages de Cosmos, au-delà de quelques beaux passages presque poétiques2, des considérations pertinentes sur le matérialisme, l’actualité de Lucrèce et d’un épicurisme réactualisé par l’astrophysique3, la critique des religions, la vision d’un Arcimboldo matérialiste ou l’idée d’un temps mort contemporain. Sans oublier la confession de contradictions personnelles, le véganisme lui semblant être la meilleure option philosophique, lui-même ne parvenant pas à s’y résoudre réellement (d’autant que ce choix aboutirait à des humains carencés et menacés par la multiplication des animaux sauvages). Mais tout cela s’opère à travers le prisme caractéristique de Michel Onfray, celui d’une analyse souvent binaire4 et d’un auteur convaincu de détenir LA vérité dernière, même s’il met à profit des travaux extérieurs (ceux de Jean-Pierre Luminet, entre autres). Un Breton ou un Tzara, par exemple, cibles nouvelles, ne sont évoqués que de manière négative, le premier pour être attaché à une pensée magique du monde, le second pour avoir participé de la marche au nihilisme de l’art, sans saisir réellement toute l’ironie et la subversion de sa démarche. Sans oublier tous les thuriféraires occidentaux de l’art noir, vision biaisée d’office, Picasso, Griaule, Leiris ou Apollinaire étant pratiquement voués aux gémonies pour avoir interprété de l’art là où il n’y aurait que communion avec la nature.

Par ailleurs, il y a tout au long de Cosmos une forme d’opposition entre l’avant et l’après, le mieux et le dégradé, un présent nihiliste et un passé idéalisé, réactivant des senteurs quelque peu réactionnaires. Michel Onfray s’inscrit ainsi lui aussi dans la ligne de faille qui s’agrandit dans l’extrême gauche actuelle, du côté des critiques de la civilisation industrielle et du progrès. L’éloge de l’empathie avec une nature vis-à-vis de laquelle l’humain est de plus en plus aliéné, via Virgile5 ou le mode de vie traditionnel des tziganes6, se décline même dans un éloge du savoir paysan, ancestral (vieille, très vieille antienne …) des cultes primitifs positifs et solaires7, et une critique récurrente du savoir livresque, censé être un obstacle à une lecture authentique du monde8… un comble pour un auteur aussi prolixe, qui n’est donc pas à un paradoxe près ! Son appréhension de la nature et des formes de vie existantes, insistant sur un nécessaire respect de toute vie9, le conduit également à exalter l’intelligence de la plante, capable d’aller davantage à l’essentiel et au fondamental que celle de l’homme… Est également perceptible une forme de fatalisme face aux déterminismes de la nature, à son « plan », qu’il s’agirait seulement de comprendre afin de mieux les accepter ; devient alors plus compréhensible l’angle mort de la rupture révolutionnaire, la philosophie hédoniste décrite tout au long de l’ouvrage n’étant finalement qu’à usage individuel.

Ce qui est finalement le plus étonnant, dans un livre qui pratique une forme de fourre-tout, de « cabinet de curiosités » avec grande assurance, c’est ce voisinage entre des analyses solides et des réflexions confondantes de naïveté10, de la part d’un auteur privilégiant somme toute la posture du démiurge.

1Sur Onfray vu par Dissidences, nous renvoyons principalement aux chroniques des différents tomes de sa « Contre-histoire de la philosophie », sur notre blog (dernier en date : http://dissidences.hypotheses.org/3373), ainsi qu’à l’attaque de Michael Paraire, Michel Onfray, une imposture intellectuelle : http://dissidences.hypotheses.org/3377

2« En nous bruit encore le son des origines de la terre. », (p. 49) ; « (…) voilà donc ce qu’est le temps : (…) un temps issu de l’étoile effondrée dont la pulsation primitive se trouve des milliards de milliards de fois dupliquée dans la moindre parcelle de vivant. » (p. 110) ; « Chaque homme est une quantité négligeable dans l’univers, certes, c’est donc entendu, mais chaque homme s’avère également une exception unique, une configuration définitivement inédite, une singularité sans aucune duplication possible dans le temps et dans l’espace, une chance de vie et de force, de puissance et d’énergie. Cette occurrence fragile et vraie, improbable mais réelle qu’est toute existence mérite que nous soyons subjugués et que de ce sentiment d’étonnement radical naisse l’expérience du sublime. » (p. 333). On notera au passage que Onfray se distingue ici du Blanqui de L’Éternité par les astres, absent du livre (voir notre chronique : http://dissidences.hypotheses.org/2579)

3Mais pas par la science-fiction, dont Michel Onfray n’est probablement pas familier, lui qui postule la disparition pure et simple de l’humanité en parallèle de celle de notre soleil (p. 409).

4Haïkus contre poésie élitiste à la Mallarmé, musique savante contre musique populaire, etc…

5« La solution ? Un Virgile qui aurait lu Debord. » (p. 398).

6Jusqu’au ridicule appuyé sur leur expérience : « Pourquoi apprendre à lire et à écrire puisque la lecture et l’écriture nous éloignent du monde véritable ? » (p. 79).

7Partisans du Grand Tout et opposés à un monothéisme plus abstrait et distant vis-à-vis du réel. Mais dans cet acte d’accusation à l’égard du christianisme, le contexte historique et la multiplicité des causes expliquant son avènement sont évacués au profit d’une forme de machiavélisme excessif.

8« L’invention du livre éloigne le monde. La bibliothèque détourne du cosmos. » (p. 332) : est-il besoin de commenter une affirmation d’une telle platitude et d’une telle inexactitude ? Marx est d’ailleurs rangé dans les penseurs adversaires de la nature, aux côtés de Platon et Kant…

9Celle des animaux, bien sûr, pour la défense desquels il oppose Meslier et Bentham, salués, à Descartes ou Malebranche, critiqués. Tout un chapitre est par ailleurs consacré à une dénonciation de la tauromachie, avec la finesse dont Onfray sait faire preuve : « L’amour de la corrida est la puissance des impuissants – de même pour la chasse. » (p. 312).

10« Ni l’URSS ni le Reich nazi n’ont produit un seul chef d’œuvre musical – ni même littéraire ou poétique. » (p. 506) : est-il besoin de préciser qu’une telle affirmation peut aisément être contredite pour le premier pays cité ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.