Marc Elsberg, Black-Out. Demain il sera trop tard (Blackout. Morgen ist es zu spät ?), Paris, Piranha, 2015 (édition originale en 2012), 480 pages, 22,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De l’Allemagne, en termes de littératures de l’imaginaire, on connaissait principalement Andreas Eschbach, écrivain de science-fiction qui a su marquer le genre contemporain. Disons le tout de go, Marc Elsberg ne joue pas dans le même registre. D’abord parce que son roman, qui a visiblement connu un grand succès outre-Rhin, est un thriller d’anticipation à très court terme dénué des ambitions narratives d’un Panne sèche ou d’un Jésus Vidéo. Ensuite, parce que la forme est franchement plate, voire médiocre. Doit-on invoquer la traduction ou l’écriture originelle, toujours est-il que la prose de Marc Elsberg apparaît sans relief, n’évitant pas les répétitions, purement descriptive, à coup de chapitres souvent courts, traversés par des personnages dont la psychologie demeure superficielle.

Pourtant, le point de départ du livre suscite l’intérêt. Black-Out démarre en effet par une coupure de courant de grande ampleur, d’abord en Italie et en Suède, coupure qui se propage ensuite à une grande partie de l’Europe. Plus problématique, la plupart des centrales ne parviennent pas à redémarrer, tandis que des infrastructures sont peu à peu détruites, et que des réacteurs nucléaires commencent à s’affaiblir… Ces événements, nous les suivons par différents personnages, dont les principaux sont un Italien, Piero Manzano, quadragénaire et ancien hacker altermondialiste ; une jeune journaliste américaine en mal de reconnaissance Lauren Shannon ; la collaboratrice du gouvernement allemand Frauke Michelsen, et le responsable d’Europol François Bollard. L’intrigue navigue alors surtout entre la France, l’Allemagne et les Pays Bas, l’aggravation de la situation générale allant de pair avec les progrès de l’enquête menée avant tout, héros oblige, par Piero Manzano. C’est lui en effet qui découvre que de nouveaux compteurs électriques ont été piégés, mettant alors en cause certains logiciels de gestion. En fait, le danger dont Marc Elsberg souhaite nous avertir, c’est le principe terriblement actuel de mise en réseau généralisée, tous les systèmes étant reliés entre eux, cette dépendance facilitant le piratage.

Un avertissement pertinent, mais qui semble s’accompagner d’un satisfecit attribué aux pouvoirs en place, seuls à même de faire face à la catastrophe, et pour lesquels Piero Manzano travaille, malgré son passé et les obstacles de certains. L’ennemi désigné est ici un groupe aux délimitations idéologiques plutôt floues, mais que l’on peut qualifier d’écologiste profond, voire d’altermondialiste1, qui décrédibilise sa cause par l’utilisation de méthodes terroristes indifférenciées, touchant la population dans son ensemble. Implicitement, avec la remarque d’un des personnages comparant l’action des terroristes à la stratégie néo-libérale du choc décrite par Naomi Klein, c’est l’éloge d’un centrisme raisonnable et tempéré qui est fait, opposé à des extrêmes qui se rejoignent. Les terroristes décrits ici recrutent à la fois à l’extrême gauche et à l’extrême droite, et les idées anarchistes sont clairement visées avec les pseudonymes utilisés par certains militants – Proudhon, Bakounine, Tucker – loin d’une vision plurielle du mouvement. Cet éloge d’une solution raisonnable s’accompagne de certaines platitudes sur l’histoire révolutionnaire2.

Le tableau fait de la déliquescence des sociétés est à cet égard plus nuancé que le versant politique, puisque Marc Elsberg montre bien que l’on ne bascule pas immédiatement dans le chaos, mais que la détérioration des conditions de vie, qui accompagne la disparition de tous les éléments modernes de consommation dont nous sommes cruellement dépendants, génère à la fois des comportements admirables et courageux, égoïstes et peccamineux. De même on appréciera ses quelques développements vulgarisateurs sur le fonctionnement du réseau de distribution d’électricité ou sur les risques d’une centrale nucléaire3, ainsi qu’une ouverture sur une crise persistante du système capitaliste qui n’est pas sans évoquer les réflexions d’un Randal Collins4. Reste au final un roman très rythmé, plus intéressant par les questions qu’il pose que par les réponses qu’il propose.

1Est-ce un hasard, mais la version française du roman utilise le terme d’antimondialiste, plus négatif, pourtant remplacé une dizaine d’années auparavant par celui d’altermondialiste…

2« Depuis toujours, ses compatriotes [les Français] avaient provoqué les changements à grands renforts de violence et de brutalité. » (p. 448).

3Marc Elsberg rejoint en ce sens les considérations du documentaire télévisé Aftermath : Population zéro (2008).

4Voir l’ouvrage collectif d’Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun, Le Capitalisme a-t-il un avenir ?, Paris, La Découverte, collection « L’horizon des possibles », 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.