Nicolas Ostrovski, Enfantés par la tempête, Montreuil, Le Temps des cerises, collection « Roman des libertés », préface de François Eychart, traduit du russe par Michel Wassiltchikov, 2014, 338 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Et l’acier fut trempé est le titre de l’autre roman de Nicolas Ostrovsky, qui a éclipsé celui-ci, car lu par des générations de militants comme LE roman de la révolution soviétique. Jeune révolutionnaire, combattant dans la cavalerie rouge de Boudieny dès l’âge de quinze ans, Nicolas Ostrovski est blessé durant la guerre civile. Devenu écrivain, Et l’acier fut trempé fait revivre l’épopée révolutionnaire soviétique dans son incandescence et son héroïsme. Le romantisme et l’élan prométhéen de ce récit ont été accueillis par un succès considérable en Union soviétique, mais également à travers le monde.

Mais Nicolas Ostrovski est également l’auteur d’autres ouvrages (parmi lesquels certains ne sont pas traduits), dont celui-ci, sa seconde œuvre majeure, qui n’avait pas été réédité depuis quarante ans. Il a laissé cette œuvre inachevée, puisqu’il est mort en 1936, soit un an après avoir publié le premier tome, et laissé seulement quelques ébauches des seconds et troisièmes prévus. Enfantés par la tempête se déroule en Volhynie, une région conquise sur la Pologne par la Russie à la fin du XVIIIe siècle. Cette immense zone se trouvait dans un territoire disputé par différentes forces, en particulier entre les hobereaux (propriétaires terriens nobles) polonais, les forces nationalistes ukrainiennes, auxquels font face les révolutionnaires. Ce roman est donc celui de la prise de conscience du peuple et des premiers affrontement armés entre les populations et la noblesse polonaise dominante défendant ses privilèges. C’est en quelque sorte la lutte entre le château, celui de la famille Moguelnitski, et l’atelier ou l’usine, sur fond de formation des premiers détachements de partisans qui constitueront l’Armée rouge. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir la trame de ces affrontements, évidemment sanglants et dramatiques.

Ce roman réaliste-socialiste se lit avec un vif intérêt et même une certaine jubilation. Le caractère très parlé du récit, constitué essentiellement de dialogues, confère une dimension très vivante à la narration. Bien que le qualificatif de « chef d’œuvre à découvrir » mis en avant par l’éditeur paraisse sans doute exagéré, ce roman exhumé des archives littéraires possède néanmoins le mérite de rappeler la manière dont les soviétiques fictionnalisaient leur pratique révolutionnaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.