Christophe Lucand, Le pinard des poilus : une histoire du vin en France durant la Grande Guerre (1914-1918), préface de Jean Vigreux, Dijon, Éditions universitaires de Dijon (EUD), collection « Histoires », 2015, 170 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

« Père Pinard », « Vin de la revanche » ou « de la Victoire », les sobriquets ne manquent pas pour (re)nommer la boisson nationale, devenue patriotique, dans la France de 1918. L’armistice du 11 novembre sonne en effet la fin de la Première Guerre mondiale, l’arrêt des hostilités et pour des millions de poilus, cela signifie surtout la fin de l’horreur, ou plutôt des horreurs (la boue, l’ennui, les attaques aussi vaines que meurtrières, la hantise de la mort par balle, par obus ou par gaz).

Et si le vin a été débouché pour fêter la capitulation allemande, il aura également été largement  consommé durant les quatre années de guerre. Et c’est justement à son utilisation comme « arme de guerre » que Christophe Lucand, historien du vin1, consacre son ouvrage. En effet, derrière l’image d’Épinal du quart de vin servi au poilu pour le réchauffer en hiver, le récompenser après une attaque victorieuse ou l’accompagner dans ses moments de détente à l’Arrière, l’auteur nous montre, chiffres et archives militaires à l’appui, que ce fameux « pinard » a coulé à flots durant quatre années. La thèse défendue ici est la suivante : le vin a été un des éléments déterminants pour permettre aux poilus de tenir (dans tous les sens du terme) et a donné lieu à une politique d’alcoolisation massive des troupes par l’État-major durant le conflit.

Car si les Français étaient déjà de grands consommateurs de vin avant-guerre (aux alentours de 120 litres/an par personne), les quantités administrées dans les tranchées sont impressionnantes, jusqu’à deux litres par jour pour les premières lignes, sans compter la « gnôle » réglementaire et l’approvisionnement personnel des soldats. La question du ravitaillement en vin s’avère une préoccupation constante de l’Armée qui déploie une logistique d’envergure mais pas toujours suffisante, faute d’infrastructures ou de production. Réglementations, importations sont alors autant d’outils à sa disposition pour maintenir le moral des troupes et leur permettre de supporter leur « dressage ». Christophe Lucand montre également les paradoxes d’une telle politique, entre la défense des boissons hygiéniques comme le vin ou la bière, et la lutte anti-alcoolique, parallèlement menée contre les alcools distillés, dont l’absinthe fera les frais en 1915. De même, si le vin a des vertus « apaisantes », il peut aussi être facteur d’indiscipline voire de révolte. L’auteur, dans de trop courts développements (à notre grand regret), esquisse seulement le lien entre l’alcoolisation des soldats et le déclenchement des mutineries, ou le partage des alcools durant les brèves fraternisations qui ont pu exister sur le front.

Il est revanche beaucoup plus prolixe sur les dérives engendrées par l’énorme enjeu économique qu’est devenu le « pinard » durant la guerre. La concentration des troupes, une fois le front stabilisé, engendre des effets d’aubaines, allant des commerçants sans scrupules (vin mouillé, coupé à l’eau, bromuré etc.), aux affairistes s’improvisant négociants jusqu’aux civils revendant à bon compte le vin de leurs caves aux soldats. De même, il montre avec brio comment ce « pinard » a été utilisé par la propagande comme l’un des symboles français (face au schnaps allemand), que ce soit à travers les affiches, les cartes postales, la presse, les discours politiques et même la chanson. L’ouvrage contient d’ailleurs un très beau livret-photos d’une dizaine de pages ainsi que des annexes reprenant les textes de chansons, poèmes ou article de presse, tous à la louange du précieux breuvage.

En somme, s’il déconstruit l’image d’un « pinard » folklorique et joyeux, en nous le présentant aussi comme un moyen de contrôle des masses – caractère qu’on lui connaissait moins –, ce livre ne retire rien à la dignité, voire au fatalisme, de ces poilus soumis à l’indicible réalité de la Grande Guerre. On aurait d’ailleurs été curieux de savoir si cette surconsommation imposée aux hommes avait eu des conséquences sanitaires après-guerre. On se contentera de comprendre comment le lobby vitivinicole a su pour sa part profiter du caractère patriotique de sa production pour imposer des règles protectrices, avec la mise en place des appellations d’origine par la loi de 1919. Excellent petit ouvrage, sur un sujet longtemps ignoré. A lire sans modération !

1 Entre autres, l’ouvrage tiré de sa thèse : Les Négociants en vins de Bourgogne : de la fin du XIXe siècle à nos jours, Bordeaux, Éditions Féret, 2011, 540 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.