Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Morgann Tanco (couleurs), L’Homme de l’année 9. 1848. L’Homme qui publia le Manifeste du Parti communiste, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2015, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De la série de bande-dessinée « L’Homme de l’année », plusieurs titres émergent, en lien direct avec les thématiques qui intéressent Dissidences. Outre L’Homme de l’année 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, déjà chroniqué sur notre blog1, on peut citer L’Homme de l’année 1967. L’homme qui tua Che Guevara, et ce tout nouveau titre, donc. La figure historique et haute en couleurs de Jean Lafitte, corsaire français au parcours assez incroyable (dont les mémoires, découverts au milieu du XXe siècle, sont mises en cause par une majorité d’historiens), bien plus que celle de Karl Marx, est au centre de son intrigue. C’est sur un élément de ces mémoires, justement, que Jean-Pierre Pécau s’appuie, ce qu’il reconnaît d’ailleurs explicitement : le financement de la publication du Manifeste du Parti communiste dans sa première édition par Jean Lafitte, grâce à l’argent amassé au fil de ses expéditions.

Cela nous vaut un album empli d’aventures2, et qui couvre toute la première moitié du XIXe siècle. Les événements de 1848 sont un fil rouge au sein duquel s’intercalent divers retours en arrière. Ces flash-back permettent de découvrir Lafitte et son équipage, prenant d’abordage des navires marchands (mais ne libérant pas pour autant les esclaves emprisonnés dans leurs cales), se faisant capturer au début du XIXe siècle par les Espagnols alors en guerre avec la France, nouant des liens d’amitié avec James Bowie (un des futurs combattants de Fort Alamo, en 1836 lors de la révolte des Texans contre le Mexique), prenant part à la guerre anglo-américaine de 1812, ou profitant de leur repère de Barataria, dans les bayous de Louisiane, véritable communauté libertaire. Cette vision de la piraterie semble être au moins en partie influencée par les travaux de Marcus Rediker3, même si aucune bibliographie ne figure à la fin de l’album.

Là où Jean-Pierre Pécau nous avait plutôt habitué à une certaine sympathie à l’égard des anarchistes, et une profonde défiance vis-à-vis des communistes – voir dans la série de BD uchroniques « Jour J » le diptyque Septembre rouge / Octobre noir –, il se révèle parfaitement objectif dans son portrait (assez bref, il est vrai) d’un Karl Marx encore en devenir4. Néanmoins, pour les besoins de son intrigue, il postule la présence de Marx à Paris au lendemain des événements de juin 1848, alors qu’à ce moment-là, il est en Allemagne, pour un an : ce n’est qu’en juin 1849 que de retour à Paris, il s’exile finalement de manière définitive pour le Royaume-Uni. La discussion entre Marx et Lafitte permet de replacer le coup de tonnerre du Manifeste communiste dans une longue lignée de luttes et de combats, et bien que le révolutionnaire allemand explique ici à Lafitte que le communisme est à venir, l’évocation par le corsaire de sa communauté utopique de Barataria, dans laquelle chacun est libre de son corps et où toutes les richesses sont partagées, peut être considérée comme un élément de réflexion qui réintroduit la notion de communisme primitif. Avec cette fiction dessinée, on assiste donc à la représentation d’une certaine vision du communisme, qui est extraite des conditions socio-économiques de son futur surgissement (la concentration industrielle et urbaine du prolétariat) afin d’en privilégier le côté utopique.

2Lafitte, qui aurait alors été âgé d’au moins soixante-dix ans en 1848, sait encore parfaitement se battre ! On situe généralement sa mort véritable dans la décennie 1820.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), Paris, Libertalia, 2008.

4Engels est par contre totalement passé sous silence, à l’exception de l’utilisation de son identité par Lafitte, à Paris, pour exfiltrer Marx.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.