Arnaud-Dominique Houte, Le triomphe de la République, 1871-1914, volume IV de l’Histoire de la France contemporaine, Paris, Seuil, 2014, 462 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Quarante ans après la parution de la Nouvelle Histoire de la France contemporaine en 20 volumes, les éditions du Seuil ont décidé de publier une Histoire de la France contemporaine en 10 volumes, sous la direction de Johann Chapoutot. La première entreprise couvre l’histoire de la France depuis 1787, la seconde ne commence qu’en 1799. Les volumes, souvent brillants, se succèdent à un rythme lent, depuis 20121.

La période 1871-1914 envisagée dans ce volume avait été couverte par deux livres dans l’ancienne collection, confiés pour le premier à Jean-Marie Mayeur (Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, publié en 1973) et à Madeleine Rebérioux, (La République radicale ? 1898-1914, publié en 1975) pour le second. La comparaison de ces synthèses, réalisées à 40 ans de distance, est intéressante pour ce qu’elle nous apprend sur les avancées de l’historiographie. La continuité prévaut en matière d’histoire politique, Arnaud-Dominique Houte faisant encore référence aux travaux de Pierre Barral (1968) ou de Claude Nicolet (1982). De même, la connaissance du Boulangisme ou de l’Affaire Dreyfus, crises sur lesquelles l’auteur donne d’excellentes synthèses, n’a pas été bouleversée par les avancées de la recherche. Par contre, la tonalité est différente quand est abordée l’étude de la société française, une société de classes pour les anciens comme pour les jeunes historiens. Mais alors que Jean-Marie Mayeur parle de la « classe ouvrière » (p. 66), Arnaud-Dominique Houte évoque les « conditions ouvrières » (p. 85). Et les uns comme les autres insistent sur l’hétérogénéité, de même que Jean-Marie Mayeur scrute à propos de la France rurale et de la France bourgeoise les micro-climats locaux. La principale originalité de Arnaud-Dominique Houte, appuyé sur les travaux de J.-F. Wagniart, F. Chauvaud ou D. Kalifa, est son insistance sur les « Exclus et Marginaux » (p. 298-301) qu’il évalue à 400.000, sans oublier les nomades, les familles tziganes venues d’Europe centrale et faisant l’objet d’un fichage spécifique peu avant 1914. Jean-Marie Mayeur s’était, lui, intéressé en détail aux minorités protestante et israélite (p. 141-4).

Le domaine qui a été le plus bouleversé par la recherche est l’histoire coloniale. Certes, Madeleine Rebérioux faisait état de la thèse récente de Catherine Coquery-Vidrovitch (1972) sur le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires qui dévoilait un des aspects de la « barbarie coloniale », mais Jean-Marie Mayeur s’en tenait à une description un peu convenue de « l’expansion coloniale ». Et lui, comme Madeleine Rebérioux, ne consacrait que quelques pages à cette question alors que Arnaud-Dominique Houte lui consacre un chapitre entier de 40 pages (p. 127-167), soit 10% du texte. Appuyé sur les recherches de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Pierre Singaravélou et d’autres, il décrit l’économie de prédation imposée aux colonies, la spoliation des terres indigènes, la mise en place du Code de l’Indigénat, le travail forcé ou la corvée (50 jours par an et par adulte à Madagascar préconisés par le Général Gallieni) et l’impossible assimilation. A la veille de 1914, l’école publique ne scolarise que 5% des enfants algériens. L’historien s’efforce aussi de montrer ce que la société française doit à cette expérience, du sucre et des bananes certes, mais aussi des pratiques administratives et des idées politiques, n’omettant pas les exhibitions humaines, les villages nègres des expositions universelles. Le fait colonial est imbriqué dans la vie du pays.

L’auteur décrit enfin une société saisie par les « vertiges du progrès » en fin de période (p. 322). Rien n’est oublié : la vogue des romans-feuilletons (Fantômas), l’invention du cinéma, du sport, la vogue des musics-halls, et le début de l’émancipation des femmes qui passe par le costume aussi. Pourtant, les pages consacrées aux questions artistiques ont du mal à rivaliser avec celles de Madeleine Rebérioux sur « l’avant-garde esthétique » (p.182 et sq.) d’autant que l’auteur laisse passer une erreur ahurissante en page 334. Il fait de Louisine Havemeyer et du Docteur Barnes deux « marchands d’art américains », alors que la première, épouse du magnat du sucre Henry Havemeyer, était simplement collectionneuse. Le second, né dans un quartier ouvrier de Philadelphie, enrichi par l’invention d’un produit pharmaceutique, idéaliste influencé par le grand penseur John Dewey, s’efforça d’élever la culture et le moral du peuple en lui faisant découvrir l’art dans sa fondation-musée de Merion.

Malgré tout, ce livre – comme ceux des années 1970 – devrait être très utile aux étudiant(e)s. Pourvu comme ses devanciers d’une chronologie, d’une bibliographie à jour et d’un index, il constitue une bonne synthèse, donnant l’état actuel des connaissances sur la période.

1Voir sur ce blog le compte rendu de Ludivine Bantigny, La France à l’heure du monde, 1981 à nos jours, http://dissidences.hypotheses.org/4179 et celui de Jean Vigreux, Croissance et contestations, 1958-1981, http://dissidences.hypotheses.org/4390


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.