Michel Briganti, André Dechot, Jean-Paul Gautier, La galaxie Dieudonné. Pour en finir avec les impostures, Paris, éditions Syllepse, 2011, 192 pages, 10 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule très bien documenté participe du même travail nécessaire de clarification du champ politique que celui mené par la revue Ni patrie ni frontières[1], entre autres. Les trois auteurs y dressent en effet un portrait idéologique de Dieudonné Mbala Mbala, humoriste entré en politique sous le signe de l’antifascisme, contre le Front national en 1997 à Dreux, devenu dix ans plus tard le soutien de ce même Front national, lors des législatives de 2007 à Reims (p. 86). Ils s’intéressent surtout aux individualités et organisations (les « sept familles ») gravitant autour de lui.  L’ouvrage se divise en quatre parties, d’inégale grandeur. La première traite des principales visions du monde de Dieudonné, alors que la seconde examine plus particulièrement deux impostures, son soi-disant anti-impérialisme et sa posture de « gauche », reflet de son rapprochement avec  Alain Soral. La troisième partie, la plus fouillée, examine les diverses composantes de ses soutiens. Les auteurs terminent par un chapitre intitulé « L’homme qui aimait les élections », sur les enjeux des listes aux élections européennes, EuroPalestine en 2004 et antisioniste en 2009.

Parmi les axes structurants de son discours, on trouve, au-delà d’une vision complotiste (proche de celle de Jacques Cheminade ou de Thierry Meyssan du Réseau Voltaire), un antisémitisme qui se dissimule sous le masque de l’antisionisme, exemple emblématique de cette confusion entretenue entre références de gauche et de droite[2], qui voit également Dieudonné se revendiquer de Hugo Chavez ou apporter son soutien à l’Iran ou à l’ex-Libye de Kadhafi.

La partie la plus intéressante du livre concerne les individus ou collectifs avec lesquels Dieudonné entretient des relations de proximité : on y trouve en effet Alain Soral et son marxisme alibi (l’homme se revendiquant en réalité de Georges Valois et du corporatisme), les intégristes juifs antisionistes, Kemi Seba et son séparatisme racial aux  relents mystiques (servi d’ailleurs par une prose fumeuse et délirante), les négationnistes[3] ou certains musulmans fondamentalistes (le Parti antisioniste). Une enquête au-delà des frontières, en Belgique, éclaire singulièrement cette galaxie. Les hommes clés en sont Olivier Mukuna, spécialiste des retournements de sens, puisque pour lui Dieudonné n’est rien de moins que victime d’une « chasse aux sorcières digne du maccarthysme » (p. 134), Michel Collon et Jean Bricmont. Michel Collon, qui se définit comme antisioniste radical, est un ancien militant maoïste du Parti du travail belge qui anime un site d’investigation. Il défend Dieudonné en 2005, face à ce qu’il nomme un « puissant lobby sioniste »[4]. Jean Bricmont est professeur de physique théorique, familier des écrits de N.Chomsky mais son activité politique et idéologique consiste surtout, pour lui aussi, à la dénonciation tous azimuts du sionisme[5]  …. et à la défense de la liberté d’expression de  Dieudonné[6] !  Le 22 octobre 2009, dans un texte[7] Antifascistes, encore un effort … si vous voulez l’être vraiment, qui s’en prend violemment à l’antifascisme, Jean Bricmont évoque le « climat de terreur intellectuelle « antifasciste » » qui règne, selon lui, en France !

Tous ces exemples sont autant de plongées souvent relativement pointues au cœur d’une partie de l’extrême droite[8], celle qui se proclame révolutionnaire, autant d’éléments cruciaux pour permettre de mieux cerner les pseudopodes de cette pensée réactionnaire et raciste sous ses masques anti-impérialistes. A cet égard, cet ouvrage permet de mettre à nu une imposture majeure, qui fait, hélas, beaucoup trop de ravages dans une gauche de la gauche qui a globalement renié le paradigme marxiste de la centralité ouvrière. Ce qui manque sans doute à cet ouvrage, outre un index, c’est une analyse plus approfondie des raisons de ces glissements politiques progressifs à l’œuvre, qui tracent dans l’espace public francophone, voire européen, les contours d’une Weltanschauung  inacceptable mais de plus en plus visible. Les auteurs se contentent de mettre ces parcours en parallèle avec ceux de Jacques Doriot, Marcel Déat ou Gaston Bergery, analysés comme dérives,  au sens  que Philippe Burrin a su donner à ce phénomène[9] il y a quelques années.



[1]    Ni patrie ni frontières, dont la version numérique se trouve sur le site www.mondialisme.org est régulièrement recensée dans notre Revue des revues, maintenant dans notre revue numérique.

[2]    Voir sur ce sujet Michel Dreyfus, L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvements_reactionnaires_revolution%20conservatrice.htm#dreyfus

[3]    A ce propos, les auteurs ont malheureusement tendance à amalgamer toute l’ultra gauche avec l’évolution vers le négationnisme, à la fin des années 1970, d’une partie très minoritaire de ce courant politique marxiste anti-léniniste.

[5]    Une vidéo de Jean Bricmont intitulée Le sionisme passe dès le 28/02/2010 sur le site La Banlieue s’exprime (LBS).

[6]    En décembre 2008, lors de son spectacle donné au Zénith (Paris), Dieudonné fait monter sur scène le négationniste Robert Faurisson afin de lui remettre le « prix de l’infréquentabilité et de l’insolence ». Sous les applaudissements du public, le prix est remis par un membre de l’équipe de Dieudonné, revêtu d’un pyjama rayé et d’une étoile jaune. A la suite de cette manifestation antisémite, un procès est intenté le 22/09/2009 à Dieudonné et Faurisson.

[7]       Sur http://www.france-palestine.org/article12991.html  Ce texte est une réponse à une attaque en règle du réseau antifasciste Réflexes, qui dénonçait, sources écrites et photographiques à l’appui, les liens entre  Robert Faurisson et Dieudonné, entre autres. Lire sur  http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article444

[8]    Pour plus de détails, on peut se reporter aux dictionnaires de Jacques Leclercq, tous chroniqués par Dissidences dans sa revue électronique ou sur ce blog.

[9]    Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2003.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.