Maurice Pianzola, Thomas Munzer ou la guerre des paysans, Genève, Éditions Héros-limite, collection « Feuilles d’herbe », préface de Raoul Vaneigem, 2015 (édition originale 1958), 272 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Maurice Pianzola (1917-2004), journaliste et écrivain suisse, qui adhère aux Jeunesses communistes dans les années 1930, fut également conservateur en chef du musée d’art et d’histoire de Genève. Nous connaissons très peu de choses de cet auteur, sinon qu’il travaille sur des sujets sociaux et artistiques de résistance à l’ordre établi. Ainsi, il publie, dans les années 1950, deux ouvrages, Lénine en Suisse (1952) et Thomas Munzer ou la guerre des paysans, (réédité une première fois en 1997 aux éditions Ludd). D’autres titres suivent, qui indiquent également ses centres d’intérêt, comme Peintres et vilains. Les artistes de la Renaissance et la grande guerre des paysans de 1525 (1962, réédité en 1993) et Théophile-Alexandre Steinlen (1970).

Ce petit ouvrage est d’une lecture fluide et prenante, captivant comme un bon roman, et constitue une première approche idéale pour cet épisode crucial de la geste des mouvements révolutionnaires. L’intrigue débute d’ailleurs non par l’évocation de Munzer lui-même, mais par certaines figures l’ayant précédé dans une forme de révolte paysanne : Jean le joueur de fifre en 1476, ou Joss Fritz à la charnière du XVe et du XVIe siècle, sont à la fois occasions d’évoquer la situation de l’Allemagne d’alors, diluée dans le Saint-Empire romain germanique, et progressions vers le climax qu’incarne Munzer. Dans son tableau du contexte social, Maurice Pianzola, empli d’empathie pour le (petit) peuple, insiste tout particulièrement sur la répression terrible exercée par les puissants en cas de tentative de rébellion à leur égard, et sur ce qui différencie Munzer des humanistes ou de Luther : là où les seconds sont qualifiés d’élitistes, le premier est un parfait plébéien.

L’itinéraire de Munzer est retracé avec précisions, de son père pendu à son mariage avec une ancienne nonne, en passant par son caractère, passionné et rigoriste, entier et radical, impertinent et irrévérencieux, aux antipodes du plus sensuel Luther, enclin au compromis avec les grands. Ses influences sont également évoquées, mais dans sa lecture du millénariste Joachim de Flore, Maurice Pianzola insiste sur l’interprétation personnelle qu’en fait Munzer, opposant l’action à la fatalité du cistercien.

C’est d’abord dans la ville de Zwickau, dont la situation socio-économique est exposée avec beaucoup de verve par l’auteur, que Munzer s’épanouit comme prêcheur ; il s’y rapproche des tisserands les plus pauvres, et aussi des Taborites, sans pour autant verser lui-même dans l’anabaptisme, d’après Maurice Pianzola. Le départ de Zwickau conduit Munster à Prague, mais c’est lorsqu’il s’installe à Allstedt qu’un degré supérieur est franchi. Il y constitue en effet un véritable bastion, appuyé sur un « parti populaire » (p. 106), une milice armée, une imprimerie… C’est toutefois à Mulhausen que le signal de la révolte voit concrètement le jour, Mulhausen où, après avoir fui un temps et s’être fait colporteur de la révolution, Munzer revient pour le dernier acte de son existence. En fait, dans son interprétation des événements, Maurice Pianzola fait de Thomas Munzer un quasi-précurseur de Lénine, dirigeant une minorité révolutionnaire à laquelle il apporte un véritable programme, d’autant que la prise de pouvoir de ses partisans à Mulhausen, au printemps 1525, autorise un rapprochement avec la révolution russe davantage qu’avec la commune de Paris (le double pouvoir qui s’instaure). On peut également en partie rapprocher la vision de Maurice Pianzola de celle développée par Daniel Guérin dans Bourgeois et bras-nus1, puisque Thomas Munzer est ici le héraut d’un prolétariat en devenir.

Ce livre est donc un véritable classique2, bénéficiant en outre d’une bien belle édition, riche d’une carte fort utile et d’illustrations d’époque (citons en particulier cette gravure de Dürer d’un projet de monument aux paysans massacrés, p. 236). Autre atout, de nombreux documents d’époque sont longuement cités, voire reproduits dans leur presque intégralité. Il est ainsi passionnant de voir confrontés les Douze Articles, programme paysan radical, et la réponse de Luther, concentrant ses attaques les plus dures non sur les nobles et clercs, mais sur les paysans. La préface de l’ancien situationniste3 Raoul Vaneigem (rédigée pour la précédente réédition, celle de 1997) est finalement plus discutable, dans la mesure où il oppose, de manière quelque peu artificielle, ou tout au moins forcée, le Munzer meneur révolutionnaire et le Munzer théologien exalté ; on en retiendra surtout l’éloge de sa radicalité, source d’inspiration contemporaine à ses yeux, comme pour le refus du paiement des impôts…

Maurice Pianzola, un auteur attaché aux idées d’émancipation universelle à (re)découvrir, ce qui semble utile, et d’une pertinence accrue, en ces temps de déploiement d’identités particulières.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3573

2Sur Thomas Münzer, voir sur notre blog Ernst Bloch, Thomas Münzer, théologien de la révolution, http://dissidences.hypotheses.org/4524 et Norman Cohn, Les Fanatiques de l’apocalypse, http://dissidences.hypotheses.org/4768.

3Maurice Pianzola était connu de Guy Debord, puisque dans une lettre de décembre 1965 à Mustapha Khayati, alors membre de l’IS, il lui donne la référence pour le livre Peintres et vilains (Guy Debord, Correspondance, volume III, janvier 1965-décembre 1968, Paris, Fayard, 2003, p. 96).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.