Sam Johnson, Toute ma vie j’ai lutté, Paris, Les Bons caractères, collection « Témoignages », 2015, 290 pages, 16,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’américain (A Fighter All my Life), ce témoignage est celui d’un militant du groupe Spark (L’étincelle), organisation sœur, aux États-Unis, de Lutte Ouvrière. Comme le précise l’éditrice dans une note préliminaire, il ne s’agit pas d’un livre écrit à la première personne, mais de la retranscription d’entretiens oraux entre l’auteur nominal et des jeunes militants, puis la retranscription a donné lieu à un travail d’écriture. D’ailleurs, sur sa couverture, l’édition originale précise : The life and words of Sam Johnson.

Les trois lieux de vie de Sam Johnson à travers les États-Unis fournissent les trois parties du livre : Alabama (1939-1959), Californie (1960-1967) et enfin Detroit. La première partie porte sur la jeunesse et la famille de Sam Johnson à Gainesville (Alabama). Le récit se compose d’une série de flash-back avec de courts récits, articulés à chaque fois à une anecdote. Il en ressort que face au racisme ambiant, le jeune garçon apprend à se battre pour se faire respecter. La famille et ses divers membres (dont les photos de certains sont reproduites) se situent au cœur de l’exposé. Le sud ségrégationniste est le lieu du racisme, de la violence et des affrontements avec le Ku Klux Klan. Le jeune Sam fait rapidement l’expérience de la prison (il a 17 ans la première fois). Une de ses sœurs ayant déménagé en Californie, il décide de s’y rendre pour vivre une autre expérience. C’est à ce moment là qu’il rencontre la Nation de l’Islam, une des importantes organisations politico-religieuse, inspirée par l’islam, de la communauté noire. Attiré par la fête, l’alcool et la drogue, il ne parvient pas à se stabiliser dans un travail. Il passe ainsi plusieurs années avant de finalement décider de partir pour Detroit. C’est dans cette ville qu’il assiste aux émeutes de 1967, qui constituent un moment clé de sa prise de conscience, même s’il continue à prendre de l’héroïne. Embauché chez Chrysler, il rencontre des militants trotskystes qui diffusent un bulletin d’entreprise. La description (p. 163) de son processus de politisation est caractéristique de la manière dont procède le courant trotskyste avec lequel il entre en contact : « Avant ça [la fréquentation de Spark] je ne savais même pas qui était Karl Marx, Lénine ou Trotsky. Je ne savais pas qui était Malcom X ou Robert F. Williams1. Je ne savais rien de la révolution russe ». Avec cette rencontre, son destin bascule puisqu’il arrête les jeux d’argent et surtout stoppe sa consommation d’héroïne. L’entrée en militantisme correspond aussi à une attitude morale et à une nouvelle définition de son identité. Ayant franchit ce premier pas, il s’investit dans le mouvement syndical. Sans que cela soit explicité clairement, Spark envoie un de ses militants pour renforcer son activité et créer un groupe de sympathisants. Lui-même suit une formation syndicale, à l’université, durant plusieurs mois au début des années 70. Mais la pratique syndicale qu’il impulse repose sur l’action directe des travailleurs de son atelier. Si bien qu’il entre en opposition avec la structure syndicale qui le démet de son mandat. Avec l’aide de Spark, il poursuit une activité syndicale, mais sans mandat, organisant par exemple un pique-nique, rassemblant plusieurs centaines de travailleurs, le ludique renforçant le politique. Dans les bulletins ouvriers qu’il anime, il s’en prend aux petits chefs, à travers un style irrévérencieux qui a l’heur de déplaire (voir p. 195 ou 198, une reproduction d’une caricature). Finalement, en 1977, ont lieu de nouvelles élections syndicales et Sam Johnson candidate comme président, contre la direction du syndicat. Le trucage des élections amène finalement son licenciement, ce qui suscite une campagne pour sa réintégration. Durant trois longues années, il déploye un activisme à plein temps pour son organisation dans de multiples usines. Il profite également de ce temps pour reprendre ses études inachevées. Obtenant finalement sa réintégration, un bulletin Spark reparaît quelques mois plus tard. La description du fonctionnement du bulletin (dont des reproductions figurent dans l’ouvrage) constitue le mode opératoire du militantisme du courant LO. De nouveau licencié, il lui faudra une nouvelle bataille auprès des tribunaux durant deux ans avant de réintégrer son usine où il mène une nouvelle campagne pour être élu comme représentant syndical. En 1998, il obtient sa retraite, tout en continuant à militer. En 2003, son entreprise ferme.

Dans une quatrième et ultime partie, les leçons de son parcours sont tirées en expliquant le sens de son combat contre les patrons (terme qui revient comme un leitmotiv dans ce récit, alors que celui d’État n’est pas mobilisé une seule fois), qui peut se résumer par : « Nous sommes la force qui produit les richesses. En aucun cas on ne devrait vivre comme on vit aujourd’hui, des gens au chômage, des gens qui n’ont pas de toit, des gens qui crèvent de faim. On devrait avoir les mêmes choses que la bourgeoisie » (p. 288).

Au moins autant que pour ce récit, le livre vaut pour ce qu’il apporte de connaissances sur le type de fonctionnement déployé par les groupes Lutte ouvrière, aussi bien à l’échelle nationale qu’au niveau international. Il apporte également quelques lumières sur la question ouvrière et syndicale aux États-Unis, ce qui est loin d’être négligeable, du fait de la rareté des témoignages, militants ou non.

1Robert F. Williams (1925-1996) est un dirigeant noir du mouvement des droits civiques qui fut le premier à préconiser la résistance armée, dans les années 60. Recherché par le FBI, il s’exile à Cuba. Devenu plus ou moins proche du maoïsme, il s’installe en Chine. Revenu aux États-Unis, incarcéré, il est libéré à la suite de son procès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.