Paris, vendredi 13 novembre 2015

 » Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville

Change plus vite, hélas ! que le coeur d’un mortel) « 

(Baudelaire, Le Cygne)

Punir Paris par un massacre (ou la promesse d’icelui) n’est nullement chose nouvelle. Dénoncer Paris comme « capitale des abominations et de la perversion » (communiqué de Daech du 14 novembre 2015) n’est que l’écho à peine affaibli d’autres proclamations bien connues qui se sont abattues sur la capitale française ces deux derniers siècles.

Si le « Manifeste de Brunswick » de juillet 1792, rédigé par des émigrés réfugiés à Coblence, mais publié sous le nom du duc de Brunswick chef des armées prussiennes, qui promettait aux sans-culottes parisiens une « exécution militaire » des plus sanglantes, ne put être suivi d’effet, la répression promise par le général Gallifet – « c’est une guerre sans merci que je déclare à ces assassins, ces bandits » – aux parisiens insurgés en 1871 fut par contre, du point de vue des « Versaillais », une réussite totale (environ 20 000 morts lors de la « Semaine sanglante »). Notons que parmi les causes de ce que Georges Sand, une ex-progressiste, nomma des « saturnales », fut incriminé « l’affaiblissement du sentiment religieux dans les masses », ce qui ne pouvait donner cours qu’à une « explosion d’impiété frénétique ».

Nul doute que lorsque l’historien David Garrioch analyse, au cours du XVIIIe siècle, un Paris révolutionné et transformé par l’apparition de pratiques nouvelles, dont les changements en matière religieuse ne sont pas les moindres, ces nouveaux rapports sociaux annoncent le « commencement d’un monde nouveau ». Le Paris révolutionnaire, celui des barricades du XIXe siècle, le Paris « rouge » des années vingt, trente ou quarante, évoqué entre autres par Paul Nizan dans La Conspiration (1938), Léon Moussinac dans La Manifestation (1935) et retracé par Jean-Pierre A. Bernard, le Paris imaginé par les écrivains de merveilleux scientifique (La révolution de demain, de E.-C. Driant et A. Galopin, 1909, par exemple), le Paris de la flânerie (Léo Malet, Jean-Paul Clébert), du non-conformisme et des avant-gardes artistico-poétiques iconoclastes (surréalisme, lettrisme, Internationale situationniste) ne sont plus aujourd’hui que mélancolie militante ou passionnants (parfois) sujets d’études.

Néanmoins, il semble qu’il subsiste encore dans la capitale assez d’éclats de ces insurrections, de ce désordre (comme ces étoiles depuis longtemps éteintes dont on aperçoit toujours la lumière) pour provoquer ire et haine. Le volcan n’est pas éteint, pour reprendre l’image benjaminienne de la « capitale du XIXe siècle » : « Paris est, dans l’ordre social, le pendant de ce qu’est le Vésuve dans l’ordre géographique. C’est un massif dangereux et grondant, un foyer de révolution toujours actif. Mais, de même que les pentes du Vésuve sont devenues des vergers paradisiaques grâce aux couches de lave qui les recouvrent, l’art, la vie mondaine, la mode s’épanouissent comme nulle part ailleurs sur la lave des révolutions »1.

Dessin de Robida, la dernière barricade de la Commune, le 28 mai 1871, rue de Tourtille-rue Ramponeau (quartier de Belleville).

Plutôt que de répercuter, comme lors de l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo, un certain nombre de déclarations venant des milieux alternatifs, progressistes ou d’extrême gauche (alors que celles-ci se trouvent facilement sur Internet), il nous a donc semblé bien plus judicieux, pour l’heure2, de rappeler le rôle d’un certain Paris révolutionnaire, résolument inventeur et indiscipliné, et par-là même confronté aux forces du conservatisme (religieux ou non) comme à celles d’un modernisme destructeur. Outre ce trop bref introït, deux comptes rendus d’ouvrages, celui de Robert Tombs, Paris bivouac des révolutions, et celui de David Harvey, Paris capitale de la modernité, balisent notre propos3. D’autant plus que la coordination de la traduction (ainsi que la préface) du livre du marxiste David Harvey sont de Mathieu Giroud, 38 ans, maître de conférence en géographie à Marne-la-vallée4, abattu au Bataclan par les soldats d’Allah, et auquel nous rendons hommage ici, ainsi qu’à toutes les victimes de ces attentats.

 

Christian Beuvain et Frédéric Thomas (avec l’aide de Jean-Guillaume Lanuque) pour Dissidences

1Walter Benjamin, Paris. Capitale du XIXe siècle, Paris, éditions du Cerf, 2009, p. 108.

2Le temps d’une analyse rigoureuse, loin des ambiguïtés et des faux-fuyants, ancrée dans un moment historique sensible, ne nous semble pas encore venu, ni au sein de notre collectif ni dans l’espace public, rempli de trop de bruit.

3Un troisième compte rendu, celui de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013, sera prochainement mis en ligne avec les deux ouvrages cités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.