Roger Keeran, Thomas Kenny, Le Socialisme trahi. Les causes de la chute de l’Union soviétique (The Socialism Betrayed. Behind the Collapse of the Soviet Union), Paris, Delga, 2012 (édition originale 2004), 336 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai écrit par deux chercheurs étatsuniens (l’un historien, l’autre économiste), cherche à revenir sur la disparition aussi rapide qu’étonnante de l’URSS, afin d’en proposer une explication originale. Sur le plan de l’analyse, cette étude basée sur des sources de seconde main se situe aux antipodes de celle d’un Martin Malia, La Tragédie soviétique (Le Seuil, « Points Histoire », 1999). A ceci près que Le Socialisme trahi partage un présupposé avec cette synthèse : l’URSS était bien socialiste. Un postulat de départ qui s’accompagne de développements parfois très partisans, les deux auteurs ayant tendance à surtout mettre en valeur les points forts de la superpuissance, son développement économique ne cédant pas aux sirènes de la société de consommation, évoquant un coup de force fasciste (sic) au sujet de l’insurrection hongroise de 1956 et un processus de « contre-révolution » en Europe de l’est en 1989…

Leur thèse est la suivante : l’URSS connaissait des difficultés réelles dans la première moitié des années 1980, dues en particulier à la pression militaire des États-Unis, mais la politique suivie par Gorbatchev, trop ouverte au capitalisme, fut responsable d’un effondrement improbable. A l’inverse, le cours initié par Youri Andropov, qui a droit à un véritable panégyrique, durant son bref mandat à la tête du pays, aurait sans doute permis de redresser l’URSS et de mettre fin à ce qui l’affaiblissait, en particulier la stabilité des cadres et le poids de l’économie clandestine. Un chapitre entier est d’ailleurs consacré à cette composante importante de l’histoire soviétique dans sa seconde moitié d’existence, qui aurait représenté jusqu’à 20 voire 25% de la richesse produite et gangrenait le Parti communiste lui-même, en même temps qu’il affaiblissait la « conscience socialiste ». Toutefois, la solution qui aurait apparemment eu leur préférence tient essentiellement dans une répression plus grande, même si adaptée au cas par cas. Gorbatchev, les premières années suivant son accession au pouvoir, plaça son action dans la lignée de celle d’Andropov, dont il avait été le protégé, mais les auteurs estiment qu’à partir de janvier 1987, il infléchit radicalement sa politique, sous l’influence en particulier de son entourage dépeint par les auteurs comme « social-démocrate », tel Yegor Yakovlev. Avant cette date, certaines mesures étaient déjà, aux yeux de Roger Keeran et Thomas Kenny, annonciatrices d’un virage à droite : fin du contrôle du Parti sur les médias et critiques croissantes à son égard, début d’un retrait des forces soviétiques d’Afghanistan (au sujet de laquelle l’accent est mis sur l’œuvre progressiste des communistes1) et concessions unilatérales faites aux États-Unis…

Gorbatchev, de janvier 1987 à juin 1988, aurait donc accentué une politique favorable au capitalisme, qualifiée de « révisionniste » par les auteurs : il réduisit la place dominante du Parti communiste, délaissa la lutte des classes pour un discours plus généraliste axé sur les droits de l’homme, et diminua la place de l’économie planifiée au profit de l’autonomie des entreprises, le tout face à une gauche incarnée par Egor Ligatchev prenant de plus en plus conscience des risques induits par ce cours pour la survie de l’URSS « socialiste ». Dès 1988, les conséquences s’en firent sentir, avec l’aggravation progressive d’une véritable crise économique et l’agitation croissante des séparatismes nationaux des différentes Républiques. La réunion du premier Congrès des députés du peuple de l’URSS, en mai-juin 1989, ne fit que donner un coup d’accélérateur aux événements. En 1990 enfin, c’est un double pouvoir qui s’oppose, celui de Gorbatchev, désireux de conserver l’existence d’une Union fédérale, et celui de Boris Eltsine, misant sur la Russie pour affirmer son pouvoir et passer plus franchement au capitalisme. A ce sujet, les auteurs refusent de parler de coup d’État au sujet de la tentative de retour en arrière d’août 1991, qui tourna vite en palinodie : ils préfèrent la voir comme un effort du gouvernement légitime, qui aurait bénéficié de la complicité de Gorbatchev, renvoyant l’accusation de coup d’État à Eltsine lui-même…

Si à l’instar de Martin Malia, ils attribuent donc un rôle décisif à Gorbatchev dans la chute finale de l’URSS, considèrent son programme comme surtout fait d’improvisations2, et incriminent l’affaiblissement idéologique comme fracture majeure de l’édifice, Roger Keeran et Thomas Kenny s’efforcent d’apporter une explication plus socio-économique, plus marxiste, en somme. Selon eux, « Son goût pour les succès rapides, faciles, à court terme, ainsi que pour l’adulation et pour la sécurité politique que cela pouvait conférer le conduisit à lier son sort à celui de la couche grandissante des bureaucrates et des petits entrepreneurs qui étaient engagés dans la seconde économie, et à celui de leurs avocats et sympathisants au sein de l’intelligentsia [celle des dissidents en particulier]. » (p. 129). C’est d’ailleurs la corruption et l’importance rampante de l’argent qui auraient gangrené le Parti au point de l’empêcher de s’opposer efficacement à Gorbatchev. S’y ajoutent, de la part de ce dernier, une incompréhension des problèmes nationaux dans les républiques non-russes, et une volonté de conserver le pouvoir, quitte à affaiblir de manière chronique le Parti qui l’avait porté à la direction du pays.

Cette grille d’analyse, qui présente un indéniable intérêt et insiste sur l’attachement d’une majorité de la population à l’égard de l’URSS, évacue toutefois les explications mettant en cause les vices éventuels du système bureaucratique, en lien avec une vision communiste que l’on pourrait qualifier de traditionnelle3, même si une certaine dose de trotskysme peut également y être décelée4. C’est aussi un moyen de condamner le socialisme réformiste, accusé d’être complice du capitalisme, et par là même de réhabiliter un communisme plus intègre, loin de l’espoir d’une troisième voie caressée par Gorbatchev mais qui serait impossible par nature. Un ouvrage militant, qui ne révolutionne pas l’histoire politique du régime soviétique, mais qui peut figurer comme document sur la prégnance d’une vision traditionnelle, orthodoxe de ce régime, y compris chez des universitaires des États-Unis.

1La guerre est de la sorte « (…) une noble lutte contre la barbarie et la réaction, qui n’était pas si différente du combat qui avait été mené en 1936-1939 pour une République espagnole démocratique. » (p. 189).

2« Il est possible que Gorbatchev lui-même n’ait pas eu conscience de toutes les implications de ce qu’il était en train de faire. » (p. 183).

3La conception de l’économie socialiste est d’ailleurs à la fois superficielle et simpliste, faite pour l’essentiel d’une propriété publique et d’une planification centralisée. Quant à leur vision de la démocratie, elle ne manque pas d’une certaine mauvaise foi, puisqu’ils considèrent qu’existait en RDA, en Pologne, au Vietnam, en Tchécoslovaquie, en Bulgarie et en Corée du nord, un système multipartite ! (p. 225).

4L’idée selon laquelle la bureaucratie dirigeante serait soumise à des courants de gauche et de droite, conservateurs de la nature « ouvrière » de l’État soviétique ou favorables à une restauration du capitalisme, et que l’expérience Gorbatchev peut se comprendre « (…) comme le produit d’une convergence entre la tradition historique de Boukharine et de Khrouchtchev et l’émergence petite-bourgeoise de la seconde économie. » (p. 105).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.