Cindy Coignard, Les militantes du POUM. 1935-1980, Rennes, Presses universitaires de Rennes, colection « Mondes hispanophones », préface de Mercedes Yusta, 2015, 250 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre est tiré de la thèse en études hispaniques soutenue par l’auteure à l’Université de Paris 8. Ce travail, s’il porte essentiellement sur la période de la guerre civile, intègre aussi la période de l’exil, jusqu’aux années 1980. Il repose à la fois sur des sources documentaires (en premier lieu la presse, mais aussi des archives personnelles, ainsi que des correspondances et des entretiens avec un ensemble d’actrices de cette histoire).

Chacune des composantes du camp républicain possédait une structure spécifique pour les femmes (les socialistes, les communistes, les Mujeres libres pour le courant anarchiste, structure sur laquelle la documentation française est la plus importante1). Ce livre est le premier consacré aux femmes du POUM, si l’on excepte les témoignages et autobiographies disponibles en espagnol. Le propos se déploie au fil de trois chapitres. Dans le premier, intitulé « La construction d’une pensée politique », l’analyse porte essentiellement sur la période qui précède la guerre civile. Période courte, car le POUM n’est fondé qu’en 1935. Il s’agit de présenter les bases théoriques sur lesquelles s’appuyait le POUM. Rappelons que le POUM [Parti ouvrier d’unification marxiste] est le fruit de la fusion de deux courants non staliniens, issus d’une scission du Parti communiste espagnol, le BOC (Bloc ouvrier et paysan) d’une part et l’ICE (la Gauche communiste d’Espagne, opposition de gauche). La question du statut de la femme au sein du POUM est abordée, de manière quelque peu scolastique, à partir de l’examen des positions des fondateurs du marxisme, mais aussi d’August Bebel (« La femme et le socialisme ») ou encore d’Alexandra Kollontaï. En fait, la place de la réflexion et de l’élaboration du POUM sur les femmes se révèle assez limitée, du fait de la prépondérance d’une conception basée sur la classe ouvrière. Il n’empêche que des thèmes comme la sexualité, la prostitution, le rôle de mère ou la contraception placent les militantes du POUM à l’avant-garde, au même titre que les anarchistes, sur ces questions là. Par ailleurs, la question de la manière dont les femmes entrent au POUM donne lieu à un intéressant développement sur la place de la famille (les femmes du POUM sont filles de militant, sœur ou femmes de..), tant la famille apparaît comme l’agent de socialisation politique déterminant. Enfin, un aperçu est fourni sur les femmes étrangères qui joueront un rôle dans le POUM, après le déclenchement de la guerre. Cette place explique également l’importance (relative) de la presse étrangère du POUM, publiée dans les principales langues européennes.

C’est avec le déclenchement de la guerre, aspect abordé dans le second chapitre (portant sur la période 1936 à 1937, date d’interdiction du POUM et du début de la clandestinité), que s’affirme un militantisme féminin. Dès le début des combats, les miliciennes furent l’exception et, pour celles qui le furent, leur séjour au front fut très court. Néanmoins, le POUM s’appuya sur les quelques cas pour développer un discours sur la milicienne, dans sa presse. On peut d’ailleurs regretter qu’aucune reproduction ne permette de se faire une idée plus précise que les commentaires de photos proposés. Néanmoins, le constat auquel on peut aboutir est qu’il n’y eut pas pour le POUM l’équivalent de la figure de la Passionaria pour les communistes. C’est donc essentiellement à l’arrière que l’activité des femmes du POUM s’est mise en place. Très rapidement, dès le 3 septembre 1936, un Secrétariat féminin (SF) du POUM (SFPOUM) est crée. Selon la documentation disponible, cette organisation féminine reposait sur un ensemble de 500 femmes réparties dans le territoire contrôlé par les républicains. Néanmoins, c’est seulement en mars 1937, soit plus de 8 mois après le déclenchement de la guerre qu’une première conférence du SFPOUM eut lieu, ce qui tend à prouver la difficulté d’implantation de la structure. Si le SF a envisagé de mettre sur pied une formation militaire pour les femmes, on ne dispose pas de preuve que celle-ci ait bien été mise en œuvre. En revanche, les activités les plus traditionnelles dévolues aux femmes ont bien été déployées : confection de vêtements pour les miliciens, soins pour les blessés, envois de nourriture au front, déploiement d’activités culturelles. Ces activités eurent lieu en lien souvent avec le Secours rouge international (aspect hélas seulement évoqué, mais pas développé). Tout en soulignant la faiblesse des archives et le peu de témoignages disponibles, l’auteure aborde aussi la question de la réinsertion des prostituées, action où le SFPOUM se trouve au coude à coude avec les anarchistes, même si les résultats semblent assez limités en la matière des archives disponibles. L’action des femmes du POUM ne s’arrête pas là, car la situation de guerre leur permet d’investir des lieux de l’espace public comme la presse et la radio, qui s’affirment comme des espaces de sociabilité féminine. Une fois encore, le lecteur a plus droit à des notations brèves dans ce domaine, qu’à un développement conséquent tant pèse la limitation des sources disponibles. Enfin, l’éducation et l’enseignement apparaîssent comme le dernier domaine où l’action du SFPOUM est analysée. En effet, dans le cadre du CENU, organisme chargé de l’éducation en Catalogne, dans la ville de Gérone, éloignée du front, une école est mise sur pied. L’enseignement a lieu en catalan et le SF met en place une tentative de rénovation pédagogique, éloignée de l’enseignement religieux traditionnel. Mais ce bel élan, et plus largement l’enthousiasme révolutionnaire dont font preuve les femmes du POUM est brisé par la répression qui suit les journées insurrectionnelles de mai 37 à Barcelone. Sous la pression du Parti communiste, le gouvernement interdit le POUM, ses militants sont arrêtés (Nin, son dirigeant est torturé, puis exécuté), sa presse saisie. Le POUM est éliminé de la vie politique espagnole.

Le dernier chapitre porte sur la longue période qui va de la fin de la guerre aux années 80. Plusieurs militantes font partie des emprisonnées. A la défaite de la République, pour la plupart, c’est le départ vers l’étranger et l’exil. La France est le pays qui recueille la plupart d’entre elles. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le MSC (Mouvement socialiste de Catalogne) succède au POUM, à partir de son congrès de Toulouse. Mais les femmes ne disposent plus d’une structure spécifique au sein du nouveau parti. Dans les années qui suivent, le franquisme se renforçant en Espagne, l’évolution porte vers le maintien d’une identité culturelle, au détriment de l’identité politique. C’est ainsi que les militantes s’investissent dans la création des casals catalans. Le militantisme culturel prend le dessus : théâtre, soirées de poésie ou de chant. L’illustration la plus accomplie de cette évolution s’incarne dans la personnalité de Teresa Rebull, qui développe une nouvelle chanson catalane (Nova Canço catalana), réponse culturelle au traitement discriminatoire que menait le régime franquiste contre les cultures régionales. Mary Low, militante anglo-espagnole du POUM représente un autre type de parcours, marqué lui aussi par l’écriture (en particulier sous l’influence du surréalisme2. Pour la plupart des autres militantes, l’exil signifie un retour aux activités premières, en particulier dans le domaine de l’enseignement. Dans un ultime développement, Cindy Coignard aborde la question de la transmission de la mémoire et la place des autobiographies (non traduites) auxquelles se livrent plusieurs militantes à l’aube des années 2000.

Si l’on excepte l’absence d’un index des sigles, quelques erreurs vénielles (Hord au lieu de Horn, p. 109 ou l’appartenance de Willy Brandt au SAP et non au SPD, p. 75), ce premier ouvrage, en français, sur les femmes au POUM constitue un jalon utile pour une meilleure connaissance de ce parti dans l’hexagone. Espérons, en particulier, qu’en dehors du livre, publié en français, de Teresa Rebull, les autres textes biographiques soient traduits, pour le plus grand intérêt des chercheurs et des lecteurs.

1 La prépondérance des ouvrages sur les Mujeres libres se constate par le fait qu’au-delà des travaux universitaires (Mary Nash, Martha Ackelsberg), il existe également des fictions sur ce sujet, comme la bande dessinée de Bruno Loth, Ermo, tome 5, Mujeres libres, éditions libres d’images, 2008 et le film de Vicente Aranda, Libertarias (1996), inédit en français.

2Mary Low, Sans retour. Poèmes et collages, Paris, Syllepse, 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.