Shlomo Sand, Crépuscule de l’histoire, Paris, Flammarion, 2015, 320 pages, 23,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Shlomo Sand est un historien israélien qui s’est fait principalement remarquer par son excellente étude Comment le peuple juif fut inventé ?, remarquable à la fois par la démarche entreprise et par certaines des hypothèses iconoclastes avancées. Avec Crépuscule de l’histoire, il signe un essai historiographique, des « carnets de travail » (p. 21) qui sont en même temps bilan d’une vie professionnelle et constat des doutes l’ayant envahi au fil du temps.

Il s’y livre d’abord à une démarche qui entretient bien des similitudes avec celle de Jack Goody dans Le Vol de l’histoire1, critiquant l’européocentrisme de nombre d’historiens, y compris les figures de Marc Bloch et Edward Saïd. Shlomo Sand réfléchit également à une périodisation alternative, moins linéaire, se servant pour ce faire assez largement des travaux de Karl Wittfogel et Martin Bernal. Toutefois, la transmission faite d’enrichissements successifs qu’il expose, celle conduisant des premières agricultures hydrauliques jusqu’à l’agriculture nordique en Europe, plus laborieuse, et par là génératrice de davantage de progrès techniques pratiques, de commerce et de division du travail, apparaît comme une innovation limitée. On apprécie néanmoins l’insistance sur le refus d’un « génie » européen particulier, ou d’une continuité directe entre la Grèce et la Rome antique d’une part, l’Europe moderne et contemporaine d’autre part.

Dans son deuxième grand chapitre, Shlomo Sand s’intéresse à l’histoire des Annales, reprenant pour ce faire une bonne partie des critiques de François Dosse (L’Histoire en miettes), en insistant surtout sur la déconnexion du politique et son refus majoritaire de l’engagement, y compris avec l’essor de l’histoire culturelle dans les années 1970, dont il juge l’application trop centrée sur les élites ou les marges non représentatives des masses populaires2. Cela ne l’empêche pas de souligner les apports essentiels de cette école historique, que ce soit les travaux de Johan Huizinga (Homo Ludens), Norbert Elias (La Civilisation des mœurs), Mikhail Bakhtine (L’œuvre de François Rabelais), Lucien Febvre (La Religion de Rabelais), sans oublier Fernand Braudel et sa pluralité des temps (dont le seul défaut est à ses yeux de ne pas prendre suffisamment en considération le temps court, celui de l’écume des choses, de la politique surtout).

En fait, ce que Shlomo Sand dénonce tout particulièrement, c’est le rôle joué par les historiens dans la mise en place d’une mémoire nationale chez le plus grand nombre3, même si les dernières décennies voient se multiplier les mémoires, en lien comme il l’explique avec la mondialisation, la fin des grands récits et l’individualisme conquérant (facilitant l’identification personnelle). L’exemple de Pierre Nora et de ses Lieux de mémoire est tout particulièrement dénoncé, Shlomo Sand laissant toutefois l’impression de ne pas suffisamment prendre en compte la diversité de la communauté historienne. Il développe cette idée, fondamentale selon nous, d’une absence de neutralité des historiens en proposant un parcours rapide dans le passé médiéval et antique, soulignant, fruit de son empreinte marxiste, l’appartenance de classe de ces historiens pré-contemporains, intéressés avant tout dans leurs écrits par la politique et le pouvoir.

Il approfondit surtout le XIXe siècle, soulignant le rôle fondateur de la Prusse dans l’émergence d’une histoire « scientifique » (suppléant Dieu) et professionnelle, avec la figure dominante de Leopold von Ranke. C’est là l’exemple presque parfait d’une de ses thèses principales, qui est aussi celle qu’il mit en application dans Comment le peuple juif fut inventé ? : la construction, par les historiens, d’une « mythistoire » des entités nationales4. C’est aussi ce qui permet à Shlomo Sand de préciser sa conception de l’histoire, contre les tenants d’une science positiviste et objective. Pour ce faire, il invoque un grand nombre de figures diverses : Droysen, plus nuancé qu’un Ranke, Nietzsche, Croce et l’histoire perçue comme un art, Carl Becker5 et surtout Hayden White. Cet historien américain, quasiment pas traduit en français, est l’auteur, avec son ouvrage Métahistoire, du tournant linguistique, considérant l’histoire comme une « fiction verbale », qui s’inscrit dans des grilles littéraires voire politiques bien précises (et un rien simpliste quant à la politique, divisée pour le XIXe entre conservateur, libéral, radical et anarchiste).

Dans cette lutte de longue haleine entre modernisme « positiviste » et postmodernisme en histoire, Shlomo Sand s’efforce de trouver un équilibre, refusant certes l’idée d’une histoire-science, mais aussi le relativisme absolu, dont les limites sont particulièrement sensibles dans le cas du judéocide6, tout en reconnaissant que l’écriture de l’histoire est avant tout une construction, personnelle et sociale7. Car « Toute écriture de l’histoire qui n’a pas conscience que les actions et les intrigues rapportées ne recoupent pas la réalité du passé est potentiellement porteuse d’une dimension mythologique. » (p. 290) ; « Ce qui veut dire, non seulement que toute politique révolutionnaire tournée vers le futur baigne toujours dans des mythologies, mais qu’il en va de même pour tout récit historique scrutant le passé, et conditionné, lui aussi, par une vision du futur, fréquemment enveloppée dans une illusion du progrès. » (p. 95).

Assurément, il y a dans Crépuscule de l’histoire des réflexions dérangeantes et parfois stimulantes, insistant sur l’utilité pour l’historien de faire part de ses doutes et de ses positionnements idéologiques au sens large, même si le pessimisme de l’auteur sur la capacité de l’histoire à dégager au moins en partie le passé réellement existant nous semble très excessif, tout comme sa mise en cause de toute scientificité de la discipline, sentiment post-moderne s’il en est. Il y a également chez Shlomo Sand la tendance à une certaine simplification, car ne voir dans l’histoire du XIXe siècle qu’une machine à fabriquer du lien national fait l’impasse sur les autres apports de cette construction d’une discipline à part entière, nécessaire ; de même, évoquer l’école des Annales en l’accusant de ne pas être politique, néglige le fait qu’elle a été largement influencée par la démarche marxiste, et que ne pas traiter du temps présent ne signifie pas un désintérêt pour le politique au sens large. En fait, c’est là le résultat de la démarche de Shlomo Sand, celle d’un historien individuel, qui ne veut se rattacher à aucune école, mais perd du même coup la force d’une équipe, d’un collectif. C’est particulièrement sensible dans nombre de ses développements, souvent taillés à la serpe, et qui témoignent d’un approfondissement insuffisant, d’un travail trop superficiel8. Les entretiens qu’il a pu donner dans la presse généraliste ne font qu’accentuer ces défauts9. A l’opposé de ce travail par trop simple, nous ne pouvons que conseiller la somme collective en deux tomes Historiographies. Concepts et débats10.

1Ces deux ouvrages cités avaient en leur temps été chroniqués sur l’ancien site de Dissidences, malheureusement disparu depuis.

2Il critique ainsi les travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village occitan), Carlos Ginzburg (Le Fromage et les vers) et Natalie Zemon Davis (Le Retour de Martin Guerre).

3« Les historiens et les chercheurs sont à la mémoire nationale ce que les cultivateurs de pavot et les dealers sont aux consommateurs de drogue : ils fournissent l’essentiel de la marchandise. » (p. 150), une image qu’il dit tenir d’Eric Hobsbawm.

4« Ceux-ci ont été inventés, au prix d’une imagination débordante et très « scientifique » par les ingénieurs modernes, spécialistes du passé, qui ont revendiqué un droit d’antériorité sur leurs nouvelles patries. », p. 207. Le mythe national « (…) s’est, en permanence, proclamé détenteur de la seule authentique vérité, ce qui explique, entre autres, l’obstination de ses inventeurs à le définir comme une science. » (p. 222).

5« Non seulement les faits ne parlent pas d’eux-mêmes, mais ils n’existent pas non plus sans que quelqu’un vienne les conforter. » (p. 245).

6Sur cette question, Shlomo Sand critique, à notre avis de manière pertinente, l’utilisation tout sauf neutre du terme de Shoah, mais nous semble minimiser le danger négationniste (il était d’ailleurs opposé à la loi Gayssot condamnant la négation du génocide juif, se retrouvant sur ce terrain avec Noam Chomsky, par exemple).

7« Tout fractionnement du temps et de l’espace, et toute création d’un grand événement historique comporte une part d’arbitraire idéologique, qui choisit, trie, et organise le détail des faits, leur donnant, par là même et à chaque fois, un sens différent. » (p. 288). « Il faut, une fois de plus, souligner le fait que toute conceptualisation rend possible différentes intrigues, et que tout récit est, en soi, une interprétation (…) » (p. 289).

8Les travaux de Suzanne Citron sur le mythe national français, par exemple, ne sont pas évoqués.

9Voir parmi d’autres l’entretien paru dans L’Humanité des 22/23/24 janvier 2016 : http://www.humanite.fr/shlomo-sand-quand-je-lis-finkielkraut-ou-zemmour-leur-lecture-de-lhistoire-je-suis-effraye-596563 Ce dernier comprend en effet nombre de simplifications, d’erreurs ou de non-dits (ainsi sur l’oubli d’une histoire sociale en France dans l’après Seconde Guerre mondiale, qu’incarne par exemple la figure de Jean Maitron et la revue Le Mouvement social, ou sur la non prise en compte d’un Jean Chesneaux).

10Sous la direction de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt, Paris, Gallimard, collection « Folio Histoire », 2010, 2 tomes, 646 et 1330 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.