Louis Van Geyt. La passion du trait d’union. Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945-1985). Libres entretiens avec Jean Lemaître, Bruxelles, Carcob, Memogrames, 2015, 414 pages, 32 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les livres sur l’histoire politique de la Belgique sont trop rares pour ne pas se réjouir a priori de la publication de ces entretiens avec Louis Van Geyt, qui fut le président du Parti communiste de Belgique (PCB) de 1972 à 1988. Illustré de nombreuses photos, cet essai suit, au prisme de l’évolution du communisme belge, le parcours de cet Anversois, né en 1927, qui adhère au Parti fin 1948, et devient permanent trois ans plus tard. Après un éphémère succès électoral au lendemain de la Seconde Guerre mondiale – obtenant près de 13% aux élections de 1946 – le vote pour le PCB s’effondre à 1,8% en 1958, puis se maintient autour de 3%. Aux élections de 1985, il perd ses deux derniers députés. C’est largement au miroir de cette évolution négative, puis de cette disparition qu’est mené l’entretien.

Dans ces pages, Louis Van Geyt se présente régulièrement sous un visage réformateur, marqué par la lutte contre le sectarisme, sans qu’il soit hélas souvent possible, faute de documents ou d’un appareil critique plus fouillé, de vérifier cette prétention au regard des prises de position d’alors. Il revient longuement sur le Congrès de Vilvorde en 1954, qui réforma le PCB, en affirmant notamment l’abandon du concept de la dictature du prolétariat1. Par une série d’allers-retours, il revient également sur le « grippisme » – du nom de Jacques Grippa, qui entraîna une importante scission prochinoise en 1963 – l’expérience de l’Union des progressistes (alliance avec d’autres groupes progressistes), le mouvement pacifiste en Belgique dans les années 1980, les réactions du PCB face aux événements à l’Est (Rapport Khrouchtchev, Hongrie en 1956, Tchécoslovaquie en 1968, Perestroïka, etc.), ainsi que l’originalité d’un parti demeuré très longtemps unitaire dans un pays de plus en plus fédéralisé. Cependant, Louis Van Geyt, comme son interviewer le lui reproche ici ou là, n’offre que de manière irrégulière une analyse un peu poussée, qui ne se réduise pas à rejeter la faute sur les médias ou sur une personne (par exemple, le peu d’implication dans la lutte antinucléaire et l’hostilité au mouvement écologiste imputée principalement au dirigeant de l’aile wallonne du PCB (p. 240 et suivantes, et p. 330 et suivantes).

Au fil des pages, il n’en ressort pas moins une double caractéristique de la stratégie du PCB : refus « des choix aventuristes et dangereux » (p. 150), du radicalisme (p. 339), et la volonté de « coller au parti socialiste, afin de le tirer à gauche » (p. 265). Cela explique largement d’ailleurs la frilosité du PCB envers le gauchisme des années 1968 : grande réserve par rapport aux pratiques autogestionnaires, et condamnation du « néo-anarchisme », qui mettait en cause les structures syndicales – voire voulait passer à côté – que le PCB cherchait au contraire à « embarquer au maximum » (p. 229 et suivantes), qui ont abouti, selon Van Geyt, « non pas tellement à de la réticence, mais à un manque d’investissement dans ce que représentaient les mouvements issus de mai 1968 » (p. 366). Au niveau interne, les compromis et les équilibres à chercher entre les tendances – en fonction de leurs positionnements par rapport au bloc de l’Est ; néo-brejnéviens, eurocommunistes, et la tendance intermédiaire, défendue par Van Geyt, qui souhaitait une « distanciation, mais pas [de] rupture avec le bloc de l’Est » (p. 288) – au sein du parti ont largement contribué à freiner, voire paralyser son action.

Il convient cependant de corriger une réinterprétation faussée de l’histoire du PCB, qui émarge presque autant de l’interviewer que de l’interviewé, quand ils qualifient les deux tendances à l’origine de la création du parti en Belgique : celle de War Van Overstraeten, « gauchiste ou d’extrême-gauche, tendant à s’isoler dans ses certitudes » – courant qui, « pendant une grande partie de l’histoire, a été soutenu par l’Internationale, directement ou indirectement » – et celle incarnée par Joseph Jacquemotte, qui représenterait « la ligne d’ouverture » qui, lorsqu’elle a été suivie, a permis au Parti de véritablement s’épanouir (p. 370-371). Certes, War Van Overstraeten (1891-1981) apparaît plus intransigeant que Joseph Jacquemotte (1883-1936), mais les positionner en faisant l’impasse sur le conflit entre Staline et Trotsky – Van Overstraeten fut expulsé en 1928 pour avoir soutenu ce dernier, alors que Jacquemotte prenait parti pour le Staline – et désigner comme ouverture et unitaire la politique des fronts populaires, dans la seconde moitié des années 1930, sans évoquer sa face sombre – la montée en puissance de Staline et les procès de Moscou – est hautement problématique.

Si, à juste titre, Louis Van Geyt met en avant le rôle joué par les communistes belges dans la lutte pour l’avortement et la défense du quartier populaire des Marolles à Bruxelles contre la spéculation immobilière, à l’heure du bilan, les occasions manquées par le PCB de rassemblements et de réinventions des luttes apparaissent parfois dans sa bouche comme une fatalité. Ce qui, au contraire, au creux de ces pages, semble avoir porté un coup fatal au PCB furent ce louvoiement permanent quant à la manière de se positionner par rapport à l’URSS, le manque d’audace, d’analyse fouillée de la situation, de renouvellement théorique et pratique, ainsi que la crainte de toute expérimentation, qualifiée d’aventurisme, etc.

L’un des attraits de ce livre, comme l’indique Van Geyt dans la postface, est qu’il représente plus un dialogue qu’un entretien. Qui plus est, un dialogue avec Jean Lemaitre – auteur entre autre de C’est un joli nom camarade2 – ancien membre lui-même du PCB, et qui a réussi le tour de force de maintenir une place dans cet échange à juste distance au croisement entre engagement, journalisme et souci de transmission historique.

1Sur cet épisode et de manière générale, nous renvoyons au n° 7 de Dissidences, La Belgique sauvage, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2264

2Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/490

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.