Claude Doucet (coordonnateur), SNECMA. Des femmes et des hommes debout. Essai biographique de militant-e-s, Paris, éditions Helvétius, collection « Mémoires », 2015, 204 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Malgré son titre, ce livre se lit essentiellement au masculin. En effet, sur les quarante-cinq personnes environ dont il est question, seules deux femmes (l’une d’entre elle étant femme de…) sont répertoriées. C’est donc surtout un univers d’homme dont il est question dans ce livre. Toutes et tous ont travaillé à la SNECMA, ont été adhérents, militants, responsables, élus CGT dans cette immense usine située à Corbeil (Essonne), en banlieue parisienne. L’intérêt premier et inédit de ce livre, tout au moins à notre connaissance, réside dans le matériau utilisé pour présenter ces biographies. En effet, l’essentiel des textes est constitué par des discours prononcés au moment du pot de départ en retraite des militants concernés. A ces allocutions, s’ajoutent également des textes écrits par les intéressés eux-mêmes, suite à des sollicitations de leurs camarades ou encore des entretiens retranscrits et retravaillés. Ces matériaux sont complétés par quelques documents (courriers divers, documents professionnels, communication à un colloque). L’initiative de cette publication revient à la section CGT des retraités de la SNECMA.

Bien entendu, étant donné l’origine du projet, on ne sera pas étonné d’y lire une véritable ode à la CGT, et mezza voce, au PCF, dont la plupart étaient également membres. Les allocutions, en particulier, constituent un matériau brut, permettant de plonger au plus profond de la vie de cette fraction très qualifiée de la classe ouvrière parisienne, celle de la métallurgie, cœur de l’implantation de la CGT. C’est ainsi une tranche d’histoire ouvrière depuis la sortie de la Seconde Guerre mondiale qui est donnée à lire. Certains, parmi les plus anciens, ont même travaillé dans l’usine qui s’appelait alors Gnome et Rhône, alors qu’elle était encore implantée dans Paris. Le témoignage de Serge Boucheny (devenu par la suite député PCF du 13e arrondissement, où se situait l’entreprise) se révèle passionnant sur l’exil de la population ouvrière de Paris et son installation dans les communes de la banlieue au cours des années 60. La question du logement revient d’ailleurs de manière récurrente parmi les témoignages. Cette plongée dans l’univers de ces travailleurs permet d’approcher de multiples aspects de la vie ouvrière sur le long demi-siècle : la question des mobilisations, l’articulation entre l’écosystème syndical et celui de la politique, le rôle du sport ouvrier, la gestion des œuvres sociales, la compétition avec les autres forces syndicales – la CFDT essentiellement – la question des qualifications et autres domaines corporatifs, la prise de responsabilités (le témoignage direct de la seule femme, Josette Vilaine, évoque par exemple son refus de devenir permanente à l’UD [Union départementale]), etc.

On l’aura compris, ce livre constitue une source de grand intérêt sur une tranche du monde ouvrier, aujourd’hui encore regroupé dans le syndicalisme des retraités, très présent dans ces pages. D’autant qu’on y trouve un document que l’on peut qualifier de précieux, la prise de parole de Pierre Benoit, secrétaire du syndicat CGT de Corbeil, le 19 juin 1968. Le positionnement de la CGT et du PCF par rapport au mouvement gréviste y sont en effet présentés dans toute leur ampleur : détestation des gauchistes1 et rejet de toute perspective révolutionnaire2. Après ces paroles suit un appel à voter pour les élections législatives qui approchent et une critique de l’attitude de la CFDT promouvant la « cogestion », le « pouvoir syndical » ou « l’autogestion ». En quelques pages de ce discours d’institution sont résumées de manière on ne peut plus directe ce que fut la stratégie du PCF à l’occasion de cet événement. Face à un tel ouvrage d’une grande richesse et d’une lecture plaisante, en dépit de son parti-pris militant, on ne peut que souhaiter que se multiplie ce genre d’initiatives éditoriales.

1 Quelques extraits significatifs : « éléments douteux, renégats pour la plupart », « fauteurs de troubles », « groupes aventuristes contre les travailleurs en lutte », brandissant « le lugubre drapeau noir de l’anarchie » (p. 24).

2 « A dire vrai, la question de savoir si l’heure d’une insurrection avait sonné ou non, ne s’est jamais posée à la direction de la CGT, qui est composée de militants sérieux, très responsables, qui n’ont pas la réputation de se laisser aller à prendre leurs désirs pour des réalités (…) Non, les dix millions de travailleurs en grève ne revendiquaient pas le pouvoir pour la classe ouvrières, mais de meilleures conditions de vie et de travail et l’immense majorité d’entre eux exprimait, par opposition au pouvoir personnel, leur attachement à la démocratie sous le mot d’ordre « gouvernement populaire » » (p. 24).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.