Jean-Louis Beau, Muguette. Une femme, une voix, un combat, La Courneuve, éditions Art. Aux reflets du temps, 2015, 145 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Édité par un de ses proches collaborateurs, ce livre retrace le parcours de Muguette Jacquaint, ancienne députée communiste, conseillère municipale et conseillère générale de Seine-Saint-Denis. Née en 1942, Muguette représente le cas assez exemplaire d’une femme d’origine populaire accédant à d’importantes responsabilités politiques par le biais du syndicalisme, dans le cadre du Parti communiste français. Abondamment illustrés, les quatorze chapitres de ce livre hommage retracent le cursus honorum d’une ouvrière spécialisée très jeune révoltée contre les conditions de travail dans l’usine Sonolor, fabriquant des téléviseurs.

Sur la base d’entretiens, dont de très larges extraits constituent la trame de la narration, Muguette raconte ses expériences et son parcours qui se prolonge rapidement par des prises de responsabilités politiques. Sa conscience se teinte d’une dimension féministe, ancrée dans sa propre expérience, en lien avec la violence paternelle. L’évocation intime, même brève, constitue une dimension forte de l’ouvrage. Ouvrage que l’on doit par ailleurs lire comme un document d’institution. Le livre est en effet doublement préfacé par Gilles Poux, le maire de la Courneuve, et Pascal Beaudet, le maire d’Aubervilliers. Il est parsemé de témoignages de militants (qui ont croisé son parcours : Jack Ralite, Jean-Jacques Karman (ex-député), Marie-George Buffet, ainsi que quelques anonymes (Marie-Claude Champseix et Luc Chauvet, anciens enseignants à Aubervilliers, ou encore Louisette Tavernier, une de ses amies de Sonolor). Le choix de ces témoignages ne se résume d’ailleurs pas à l’univers du PCF. On y trouve aussi un chaleureux texte de Martine Billard, secrétaire du Parti de gauche (PG), d’autres encore signés de Joëlle Brunerie-Kauffmann, gynécologue et militante du Planning familial, et Maya Surduts, responsable d’une association féministe, parmi d’autres, qui toutes attestent du rôle que Muguette a pu jouer pour le droit des femmes, et ce « (…) bien avant que le PCF ou la CGT ne s’emparent activement de cette question », comme le rappelle Maya Surduts (p. 25).

C’est donc une tranche d’histoire politique des Trente Glorieuses à nos jours qui s’expose dans ce livre plein d’empathie à la très riche iconographie. On y trouve essentiellement des photographies, en noir et blanc ou en couleur, qui donnent à voir des exemples de mobilisation, des instantanés d’activités politiques, mais aussi de nombreux moments de convivialité. Pas une page qui n’est illustrée d’une photographie. Quelques documents complètent ce cénotaphe de papier, y compris le discours prononcé par l’impétrante lors de sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur. Symptomatiquement, le livre se conclut par une brève chronologie de l’histoire (inachevée) du droit des femmes. Une manière de plonger dans l’histoire du PCF, par le biais d’une de ses représentantes modèles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.