Wilfrid Lupano, Anthony Jean, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Wilfrid Lupano, Lucy Mazel, Communardes ! Les éléphants rouges, Grenoble, éditions Vent d’Ouest, 2015, 56 pages et 14, 50 € chaque album.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Et si on s’intéressait à la Commune de Paris par le biais de portraits de femmes qui y ont participé ? Telle est l’ambition de cet ensemble de bandes dessinées1, sous l’égide du scénariste confirmé Wilfrid Lupano, le dessin étant confié à chaque fois à un dessinateur (ou une dessinatrice) différent(e). Si l’ensemble de la série est à la hauteur des deux premiers volumes parus, le lecteur a toutes les raisons de se réjouir de cette initiative éditoriale. En effet, avec son style propre, chacun des deux illustrateurs remplit parfaitement son rôle de rendre compte de l’ambiance de cette Commune et du rôle que les femmes ont pu y jouer.

Dans L’aristocrate fantôme, c’est la figure de l’émissaire de Karl Marx, Élisabeth Dmitrieff qui est évoquée. Cette dernière, toute jeune aristocrate russe, devient l’organisatrice de la première structure féministe en Europe, l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés. Du fait de ses origines aisées, elle assoit rapidement son autorité sur cette association, dérangeant fortement les communards, peu habitués jusqu’alors à ce que leurs compagnes s’emparent elles aussi des affaires publiques. Après l’échec de la Commune, Élisabeth Dmitrieff parvient à fuir Paris et rentre dans sa Russie natale, y retrouvant son mari. Rompant avec tout engagement social, elle se remarie avec un aventurier qui fut rapidement condamné au bagne en Sibérie. Elle s’exile avec lui et y demeure durant deux décennies. Magnifiquement illustré (on songe notamment aux pages consacrées à la bataille dans Paris, dignes des plus grands récits en bande dessinée), ce premier ouvrage de la série est des plus recommandables.

Si les personnages de ce premier volume sont des personnages historiques réels, c’est l’option de la fiction qui a été retenu pour le second opus, Les éléphants rouges. L’illustration, d’une toute jeune graphiste, Lucy Mazel, est de la même qualité que pour l’Aristocrate fantôme. La Commune y est vue à travers les yeux d’une fillette, Victorine, qui fréquente assidûment le Jardin des Plantes, fascinée qu’elle est par Castor et Pollux, les deux éléphants. Alors que les animaux sauvages disparaissent au fur et à mesure que la faim grandit dans Paris assiégée, Victorine imagine un plan génial pour sauver la capitale. Comme Hannibal jadis, il s’agit d’utiliser les éléphants pour rompre l’encerclement de la Commune. On laissera le lecteur découvrir ce qu’il advient de ce plan démesuré, qui a germé dans le cerveau d’une fille de onze ans. Si le scénario se situe clairement du côté de l’imaginaire, il n’en reste pas moins que l’atmosphère, l’ambiance et l’environnent de la Commune sont parfaitement respectés, conférant une authenticité certaine à cet ouvrage. Grâce à son personnage, il permet en particulier d’offrir un point de vue, réel, mais relativement inédit, sur les conditions de vie de la population de la capitale (chauffage, nourriture, déplacement, place des enfants…).

Avec des scénarios tourbillonnants, sur fond d’une riche documentation, ces deux volumes font des Communardes des héroïnes. Belle réussite, à suivre donc.

1Plusieurs volumes sont prévus, le prochain, Nous ne dirons rien de leurs femelles est sorti en février 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.