Christine Bard (dir.), Les Féministes de la première vague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Archives du féminisme », 2015, 229 pages, 16 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

L’ouvrage dirigé par Christine Bard nous propose de revenir sur les (mouvements) féministes de la Troisième République, parents pauvres de l’historiographie du féminisme. En fait, l’introduction précise que les études portant sur cette période ont surtout été menées sous le prisme marxiste du mouvement ouvrier mais que la « nébuleuse réformatrice » a été quelque peu oubliée voire dénigrée car qualifiée de bourgeoise. Or c’est précisément à l’étude de cette tendance que ce livre collectif entend se consacrer, et réparer ainsi un oubli.

Les dix-sept contributions donnent à voir une autre réalité du féminisme d’avant 1940, souvent limité au mouvement des suffragettes, en montrant la diversité des engagements et des luttes de ces femmes – et de quelques hommes – articulées autour des trois thématiques que sont la question culturelle (voire cultuelle ou philosophique), la question sociale et les relations internationales. Suffragisme évidemment, mais également pacifisme, abolitionnisme (prostitution), droits civiques et sociaux, législation du travail féminin, mouvement coopératif, éducation, antifascisme, expertise, philanthropie etc… sont autant de combats menées avec plus ou moins de succès au niveau national comme international.

Le lecteur est ainsi amené à (re)découvrir, à travers une série de portraits principalement, le rôle et l’action de ces écrivaines, journalistes, intellectuelles, juristes, médecins, universitaires ou institutrices, aristocrates ou bourgeoises ; les organisations qu’elles ont créées ou intégrées (le Conseil national des femmes françaises [CNFF], l’Union française pour le suffrage des femmes [UFSF], l’Union temporaire contre la prostitution réglementée, la Ligue sociale d’acheteurs, la Fédération féministe universitaire, la Ligue française pour le droit des femmes, le Conseil international des femmes, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté…) ainsi que leurs journaux : La Fronde, La Citoyenne, La Française, Le Droit des femmes. Mais attention, multiplicité n’est pas synonyme de multitude. En dehors du CNFF et de l’UFSF qui regroupent plus de 100 000 adhérent(e)s dans les années 1930, ces différentes associations manquent souvent « de troupe » et doivent plus à la personnalité de leurs meneuses et à leurs réseaux, qu’à leur assise populaire. L’ouvrage ne dissimule pas non plus les tensions, concurrences voire les antagonismes qui ont pu exister entre ces militantes ou/et ces organisations.

Enfin, il demeure une interrogation. En effet, vouloir distinguer la mouvance réformatrice de la mouvance « radicale » montre certaines limites que le livre illustre malgré lui. La partie centrale consacrée à la question sociale compte à elle seule pour la moitié de l’ouvrage et montre bien que ces femmes qui, à l’exception de Jeanne Bouvier, n’appartiennent pas à la classe ouvrière, sont amenées à s’intéresser au syndicalisme et à encourager les travailleuses – ouvrières à domicile ou employées des Grands magasins en particulier – à s’organiser syndicalement pour pouvoir se défendre. Dès lors, la frontière imposée en préambule s’avère discutable et invite moins à vouloir opposer de manière systématique les deux mouvements (sans vouloir nier leurs différences) qu’à envisager une approche globale des féminismes de cette première vague, comme l’amorce d’ailleurs la dernière contribution du livre, celle de Sian Reynolds.

On sait que quelques militantes des deux camps ont tenté de faire liaison à l’instar de Marie Guillot mais elle n’est pas la seule, les exemples d’Hubertine Auclert, de Gabrielle Duchêne ou de Cécile Brunschwig le prouvent. C’est à notre avis la piste de recherche la plus stimulante qui ressort à l’issue de la lecture de ce livre rendant mémoire à ces pionnières de l’émancipation féminine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.