Georges Vidal, Une Alliance improbable. L’armée française et la Russie soviétique, 1917-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2015, 312 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Georges Vidal)

Une Alliance improbable est le complément du précédent livre de Georges Vidal, L’Armée française et l’ennemi intérieur1, issu comme ce dernier du travail réalisé dans le cadre d’une HDR [Habilitation à diriger des recherches]. Cette fois, c’est à la politique extérieure que l’auteur s’intéresse particulièrement, en mettant à profit des sources similaires, ainsi des articles de La France militaire, et surtout des rapports rédigés par les militaires envoyés en URSS dans les années 1930, fort peu connus. L’idée force de ce parcours menant de 1917 à 1939, d’une guerre à l’autre, c’est que les dirigeants de l’armée française n’étaient pas prioritairement mus par des motivations politiques et idéologiques, mais par des considérations stratégiques. De ce point de vue, le souci majeur des militaires français reste l’Allemagne, l’URSS ne jouant dans cette configuration qu’un rôle somme toute secondaire.

Dans la première partie de son étude, Georges Vidal s’intéresse à l’analyse portée par l’armée française sur l’évolution de la Russie soviétique, ce dès l’année révolutionnaire 1917. Une analyse loin d’être manichéenne, puisque la Mission militaire française sur place, dont sont issus Pierre Pascal ou Jacques Sadoul (devenus bolcheviques rapidement), prôna la mise en place de relations avec les bolcheviques, facteur d’ordre et barrage possible des forces allemandes, contrairement à l’ambassade de France, franchement hostile au nouveau régime. Cette position singulière fut toutefois progressivement marginalisée, pour être définitivement abandonnée avec la fin de la Première Guerre mondiale et l’engagement entier dans la lutte anti-bolchevique2. Les années 1920 sont plutôt négligées, à contrario des années 30, pour lesquelles il existe donc une source d’information majeure, les attachés militaires envoyés en URSS, qui bénéficiaient d’une grande liberté de circulation. On constate d’ailleurs un contraste marqué entre les responsables militaires éloignés du terrain, privilégiant une vision traditionnelle de la Russie, même soviétique, asiatique, rétrograde, et les gradés envoyés sur place, marqués par l’empirisme, plus indulgents par rapport à la dictature qu’ils perçoivent avant tout comme un facteur de modernisation du pays allant en se renforçant. Les premiers vont jusqu’à envisager un possible effondrement du régime bolchevique via un coup d’État militaire mené par Vorochilov !

La seconde partie, que l’on peut voir comme un approfondissement de la première, est spécifiquement dédiée à la perception de l’armée rouge. Là encore, c’est à partir de l’envoi d’attachés militaires en URSS que son développement est cerné de façon plus précise. Le colonel Mendras, très pertinent, en poste en 1933 et 1934, est élogieux à son égard, la considérant supérieure à l’armée tsariste, plus homogène et intégrée à la société. A compter du pacte France-URSS de 1934, les échanges entre les deux puissances s’accentuent, avec des échanges de stagiaires et des invitations permettant d’assister à des manœuvres militaires. L’évaluation du potentiel de l’armée rouge n’en ressort que plus précis, l’aviation étant vue comme son point fort, et les relations entre gradés s’améliorent, en dépit d’une différence persistante de culture (les officiers de l’armée rouge sont plus jeunes et plus populaires d’origine que leurs homologues français). Pour autant, et ce en dépit d’une normalisation de 1935 jugée positive, l’opinion dominante demeure celle d’une force militaire fragile au niveau de son encadrement, et capable essentiellement de jouer un rôle défensif. Le choc des purges de la Grande Terreur, qui déciment les sommets de l’armée rouge, est également analysé de manière différenciée : là où l’état-major de l’armée (EMA) y voit un affaiblissement notable et le signe d’une véritable décomposition, les attachés militaires sur place privilégient une vision plus nuancée, allant jusqu’à l’émergence d’une véritable polémique en 1938, entre le colonel Palasse et l’EMA.

La dernière partie d’Une Alliance improbable porte justement sur les vues stratégiques de l’armée française et la place qu’y occupe la Russie soviétique. Une place fluctuante, tant rapprochement et méfiance ont alterné tout au long de l’entre-deux guerres. Ceci étant, de 1918 à 1935, la Russie n’est qu’une préoccupation marginale, la possibilité d’alliances de revers dirigées contre l’Allemagne n’étant considérée que comme une force d’appoint comparativement au front clef, qui demeure occidental. Seule la collaboration militaire entre l’URSS et l’Allemagne suscite une certaine inquiétude. C’est à compter de la première moitié des années 1930 que, parallèlement au rapprochement diplomatique entre les deux pays, l’idée d’une alliance avec l’URSS contre l’Allemagne émerge véritablement, défendue par Weygand, dans la lignée de Foch. Ce projet n’emporte pas l’adhésion de l’EMA, d’autant qu’à partir du milieu des années trente, celui-ci privilégie l’allié polonais, qui risquerait d’être perdu en cas d’entente poussée avec l’URSS ; il en est d’ailleurs de même avec l’allié britannique. C’est ce manque profond de motivation et ce pari rigide avec la Pologne qui expliquent pour l’essentiel l’échec des négociations de 1939, illustration de la persistance de préjugés tenaces que des analyses pourtant fines et pertinentes n’ont pas suffi à dissiper. Une Alliance improbable est donc un ouvrage précieux, qui nous ouvre en partie les coulisses des sphères dirigeantes de l’armée française, et apporte un approfondissement bienvenu au classique de Sophie Coeuré, La Grande Lueur à l’est.

Cinq questions à… Georges Vidal (entretien réalisé le 7 mars 2016)

Comment avez-vous eu l’idée d’entamer une recherche pour votre habilitation sur un tel sujet ? Qu’est-ce qui vous a motivé plus particulièrement à travailler sur cette thématique ?

Georges Vidal : Ce projet est né de ma thèse de doctorat sur le Parti communiste français et la défense nationale dans les années 1930, dont votre revue a d’ailleurs longuement rendu compte à la suite de la parution de sa version publiée en 2006. Pour montrer l’importance et la complexité de la politique militaire communiste de cette période, il était nécessaire que j’aborde la réaction de l’armée face à l’antimilitarisme communiste. J’ai alors constaté que le communisme avait été surtout pris en compte par les militaires sous l’angle du risque insurrectionnel, tout particulièrement en cas de conflit franco-allemand, mais avec des divergences importantes au sein de la hiérarchie militaire, sa majeure partie l’envisageant surtout comme un problème de maintien de l’ordre, l’autre, autour du maréchal Pétain, le considérant comme un véritable problème de guerre intérieure. Compte tenu de la masse des sources accessibles et inédites et, secondairement, des éléments bibliographiques réunis, cette première approche sur l’armée face au communisme méritait d’être élargie et approfondie pour produire une véritable synthèse sur une question pour laquelle les seuls travaux antérieurs, assez rapides au demeurant, portaient sur l’armée face à l’enjeu militaire soviétique dans les années 1930. Cette lacune historiographique méritait d’être comblée puisqu’elle portait sur un domaine sensible et d’une portée certaine en raison du rôle de l’institution militaire dans le maintien de l’ordre et la sécurité intérieure, ainsi que dans l’élaboration de la politique internationale du pays. En outre, cette recherche relevait de plusieurs approches, politique, internationale et stratégique, ainsi que culturelle, une combinaison plutôt rare dans l’étude du militaire.

Comment avez-vous sélectionné les archives sur lesquelles vous avez travaillé ? Pourquoi ne pas avoir pris en compte, par exemple, ce que peuvent nous apprendre les archives russes sur les missions françaises ou les échanges de stagiaires ?

Georges Vidal : Sur la question soviétique, l’essentiel du corpus est constitué par les fonds du Service historique de la Défense (armée de Terre) avec deux types de fonds. D’abord, ceux accessibles depuis plusieurs décennies, au plus tard dans les années 1990, selon les délais légaux, une bonne partie d’entre eux étant d’ailleurs accessibles par dérogation avant l’échéance officielle, comme par exemple les notes et rapports des attachés militaires. Assez curieusement d’ailleurs, la majorité de ces fonds n’avaient jamais été exploités, en dépit des nombreuses études consacrées à la perception de l’URSS de l’entre-deux-guerres par les étrangers. Ensuite, j’ai exploité les fonds revenus de Moscou au cours des années 1990, pour l’essentiel ceux des services spéciaux, précieux surtout pour mieux connaître la perception de l’URSS par l’institution militaire. Pour être complet, je dois aussi préciser que j’ai systématiquement exploité le quotidien de l’armée, La France militaire, publié sous le contrôle de l’état-major. Non seulement certains de ses articles peuvent refléter les préoccupations des hautes sphères de l’armée, exprimer des choix officieux du haut commandement, mais, plus important encore, ils permettent l’expression de controverses implicites au sein de l’institution militaire. Cette formalisation de divergences, dont l’autorisation est nécessairement très calculée, fournit souvent un meilleur aperçu des tensions latentes au sein des hautes instances de l’armée, tout particulièrement dans le domaine des enjeux internationaux, que les documents d’archives.

Ce bilan documentaire fournit déjà une partie de l’explication à l’impasse faite, ainsi que vous l’avez relevé, sur les archives de l’armée soviétique : la documentation du Service historique de la Défense était déjà considérable, et élargir encore à des fonds russes impliquait un changement d’échelle dans une recherche en principe centrée sur l’armée française face au communisme. Bien sûr, il aurait été a priori fructueux de donner, à partir d’une documentation limitée, un simple aperçu sur la perception de l’armée française par les militaires soviétiques, cette approche en miroir apportant une dimension supplémentaire à la compréhension des relations franco-soviétiques de cette période et à l’attitude des Soviétiques face à l’Occident. Mais je savais, l’expérience aidant, qu’il est souvent compliqué de travailler dans les archives russes et que l’accès aux fonds y est aléatoire. Ces conditions particulières m’ont dissuadé d’organiser un séjour de travail pour un enjeu contingent. Quoi qu’il en soit, cette absence du « regard » russe dans les relations militaires franco-soviétiques montre que mon étude n’épuise pas la question. Ainsi, nombre de points mériteraient d’être sérieusement approfondis et mis en perspective selon des approches plus globales. Par exemple, je n’ai fait qu’aborder les échanges d’officiers stagiaires, les réceptions de délégations de militaires ou d’ingénieurs des armements. Il en est de même pour la question importante et mal connue du rôle, semble-t-il limité ou d’influence selon les moments, du haut commandement dans les prises de décision de politique internationale au cours des années 1930.

A lire Une Alliance improbable, on a l’impression que la dimension communiste de la Russie soviétique n’est finalement que secondaire, face à des préoccupations stratégiques privilégiant la longue durée, et tributaires d’une certaine manière de la seconde moitié du XIXe siècle : que pensez-vous de ce constat ? Estimez-vous que la situation fut très différente après 1939 ?

Georges Vidal : Effectivement, la dominante chez les militaires est de prendre en compte la Russie comme entité pluriséculaire, même si le régime soviétique lui confère un certain nombre de caractéristiques nouvelles. Mais celles-ci ne modifient pas fondamentalement la place qu’ils lui attribuent sur la scène européenne du point de vue des intérêts français. Cette attitude, qui va perdurer jusqu’en 1941-1942, me semble s’expliquer par deux causes : les réflexions doctrinales dans l’armée française et la formation intellectuelle du corps des officiers sont dominées par une approche très historiciste qui fait de l’expérience, c’est-à-dire des leçons de l’histoire, la source principale de la conceptualisation de la doctrine de guerre et des choix stratégiques et tactiques qui en découlent. Ainsi, les divergences entre militaires sur l’intérêt des relations avec l’URSS ne s’expliquent pas seulement par l’intensité inégale de leur anticommunisme, mais également par l’appréciation du rôle de la Russie en Europe depuis le XVIIIe siècle et plus encore par le bilan tiré de l’alliance au cours de la Première Guerre mondiale : pour les uns, plutôt dans le sillage de Foch, cette alliance, en dépit de ses déconvenues, a été positive ; pour les autres, plutôt dans le sillage de Pétain, cette alliance a prêté à des mirages. La deuxième cause résulte au cours de toute la période 1917-1939 de la place accordée à l’Allemagne qui reste l’ennemi exclusif au centre des préoccupations de l’institution militaire. Si au cours de l’entre-deux-guerres, le haut commandement ne fait jamais reposer ses principaux choix stratégiques sur les alliances de revers, il cherche toutefois à les consolider, une tâche très complexe et aux résultats fragiles pour toute une série de raisons, la principale étant la place incontournable tenue par la Pologne dans l’Est européen, alors même que les militaires français la considèrent comme un partenaire instable, peu fiable. Ce qui revient à dire que le positionnement vis-à-vis de l’URSS, tout comme d’ailleurs vis-à-vis de Prague, résulte surtout des variations de la politique polonaise au sein du haut commandement de l’armée. En particulier, dans la seconde moitié des années 1930, alors que Varsovie conserve une attitude hostile vis-à-vis de Moscou et de Prague, l’état-major français privilégie la Pologne comme un pis-aller, ce choix étant ensuite conforté par la crise militaire soviétique de 1937-1938 qui découle de la Grande Terreur. Il faut aussi tenir compte de la priorité absolue donnée à partir de 1936 à l’alliance avec le Royaume-Uni qui, comme Varsovie, est très hostile à tout rapprochement avec l’URSS. Il faut toutefois noter que, si à la suite du rapprochement diplomatique franco-soviétique qui aboutit au pacte édulcoré de mai 1935, le haut commandement bloque ou freine, selon les moments, tout rapprochement entre les deux États, il ne veut pas une rupture des relations militaires franco-soviétiques. En 1939, l’état-major sera d’ailleurs plus favorable aux négociations militaires que le pouvoir politique. L’URSS reste en effet considérée comme une force d’appoint éventuelle, en appui de la Pologne, permettant de consolider un front oriental face à l’Allemagne.

Dernière remarque, on constate à propos de l’URSS le désintérêt assez général des militaires pour les questions de politique intérieure et l’incapacité à comprendre les spécificités d’un régime d’un nouveau type. Mais cette incapacité concerne la plupart des observateurs du monde soviétique de cette période. Pour être juste, il faut préciser que les militaires au contact des réalités soviétiques sont souvent capables de faire preuve d’une relative perspicacité : ainsi, les chefs de la Mission militaire en Russie d’octobre 1917 à l’été 1918 ou les attachés militaires dans les années 1930.

En comparant les enseignements de L’Armée française et l’ennemi intérieur et de Une Alliance improbable, peut-on considérer qu’il n’y a pas de connexion directe entre la perception de l’URSS et celle d’un danger communiste intérieur ? Pourquoi d’ailleurs avoir achevé l’analyse de vos deux ouvrages en 1939, alors que votre HDR courait jusqu’en 1942 ?

Georges Vidal : Concernant votre dernière question, l’explication est très simple : il s’agit uniquement d’un choix éditorial. Mon projet initial était de publier en un seul volume l’intégralité de ma recherche HDR sous le titre « L’armée française et le communisme (octobre 1917 – novembre 1942) », mais les exigences éditoriales m’obligeaient à condenser ce travail. J’ai donc préféré publier mon étude en trois ouvrages distincts. L’inconvénient de cette solution est de rompre la cohérence de l’ensemble, mais elle permet d’éviter une perte de substance de la démarche générale. Il est vrai que cette solution était rendue possible par l’architecture générale de cette recherche.

Effectivement, j’ai constaté que dans la période 1917-1939, l’institution militaire tend dans l’ensemble à ne pas considérer le PCF comme une menace majeure pour la défense nationale et pour la stabilité du pays. Fait exception, notable, la période printemps 1935-printemps 1937, en raison de la conjonction d’un enchaînement d’événements nationaux et internationaux perçus très négativement (principalement les grèves de 1936 et les premiers mois de la guerre d’Espagne), de la forte poussée électorale, sociale et politique du PCF et, facteur à ne pas sous-estimer, d’évolutions internes à l’armée. Puis, la crainte du communisme régresse et, même si le corps des officiers fait preuve d’une grande porosité aux rumeurs, rien n’indique qu’au premier semestre 1939, lorsque le risque de guerre s’accroît, le haut commandement considère le PCF comme un danger intérieur qui menace la capacité de défense du pays.

Il est important de préciser que le relatif désintérêt pour le communisme jusqu’au début des années 1930 s’explique en partie par la perception d’une URSS économiquement et militairement faible, à la capacité de nuisance limitée. Ainsi, au cours des années 1920, l’influence du Komintern est loin d’être surestimée et à partir de 1932, il est considéré comme une force en perte de vitesse. A l’inverse, vers cette même époque, le renforcement économique de l’URSS et le développement de ses forces armées suscitent l’intérêt de l’armée française, d’autant plus que la politique internationale soviétique est désormais considérée à la fois comme anti-allemande et répondant à des préoccupations défensives, avec pour objectif le maintien du statu quo en Europe et en Asie. Cette nouvelle attitude de l’armée française s’explique avant tout par la question des alliances de revers.

Cette déconnexion entre la question du communisme français comme ennemi intérieur et le rôle potentiel attribué à l’URSS sur la scène européenne est bien évidemment relative, mais elle est dominante de 1917 à 1939. Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, on assiste au contraire à l’instauration d’une corrélation étroite entre la dimension intérieure et extérieure du communisme : au cours de la drôle de guerre, l’action de l’ennemi intérieur est analysée comme le relais en France de la neutralité bienveillante pratiquée par l’URSS vis-à-vis de l’Allemagne ; en juin 1940, la peur de l’insurrection communiste réapparaît avec force en lien avec la croyance d’une collusion germano-bolchevique ; de l’été 1940 à juin 1941, les interrogations dominent concernant l’orientation suivie par l’URSS et le PCF vis-à-vis de l’Allemagne et des alliés ; de juin 1941 à novembre 1942 (dissolution de l’armée d’armistice), le communisme est considéré comme une force en développement rapide non seulement en France mais à l’échelle de l’Europe occupée, tandis que la puissance soviétique est de plus en plus prise en compte, avec d’ailleurs dans les deux cas une nette tendance à l’exagération. Cette double surestimation, qui ne cesse de se renforcer, marque un tournant dans la prise en compte du communisme, tenu désormais comme un phénomène politique et militaire majeur et global qui joue un rôle central dans le déroulement du conflit et dont le poids s’annonce déterminant pour l’après-guerre.

Par-delà le cas des militaires, cette période change la perception du communisme par les Occidentaux : il était jusque-là surtout identifié à la tradition révolutionnaire du XIXe siècle, ses représentations fantasmées étant particulièrement révélatrices de cette tendance forte ; ainsi, en France, sa nature insurrectionnelle ; avec la Seconde Guerre mondiale, même si ces représentations peuvent persister en filigrane, c’est la puissance de l’État soviétique qui domine la perception de la dynamique communiste, alors perçue comme un phénomène global, abolissant dans son action la démarcation intérieur/extérieur propre à chaque nation. La prégnance de cette conception du communisme qui caractérise la guerre froide continue de dominer sa compréhension, historiographie comprise, ce qui conduit à l’étudier trop souvent comme un monde à part, alors que dans ses principales composantes, il a été profondément inséré dans les grandes tendances du siècle passé. Même si le totalitarisme doit rester considéré comme un concept indissociable de l’histoire du communisme, il est nécessaire de mieux intégrer cette dernière dans l’histoire globale de la planète, ainsi que dans celle des régions du monde et des différentes nations où il s’est implanté.

Quels sont vos thèmes actuels de recherche concernant l’histoire des communismes ? Avez-vous prévu des publications particulières pour le centenaire de 2017 ?

Georges Vidal : Je suis actuellement occupé à préparer la publication de la partie portant sur le second conflit mondial, augmentée depuis la version initiale par un développement sur la période novembre 1942-décembre 1944, date de la signature du traité franco-soviétique. Cet ouvrage devrait paraître sous le titre Faire la guerre au bolchevisme ? Les militaires français et le communisme dans la Seconde Guerre mondiale. Au-delà de cet horizon de publication prévue pour fin 2016-début 2017, je dois vous avouer que je n’ai pour l’instant pas de projet de nouvelle recherche. Concernant le communisme, j’ai exploité tous les fonds d’archives que j’avais trouvés en relation avec le facteur militaire et l’autodéfense dans l’entre-deux-guerres, et je pense qu’en ce domaine l’essentiel a été fait. Ces travaux menés en franc-tireur, si j’ose dire, m’ont valu une certaine reconnaissance puisque les éditions Ellipses m’ont sollicité pour écrire une histoire des communismes, publiée en 20133. Cet ouvrage mériterait d’être sensiblement augmenté, mais il n’a pas connu un écho suffisant chez les spécialistes et une diffusion assez importante dans le public pour qu’une seconde édition soit envisageable. Ayant publié quatre livres en un peu plus de trois ans, je prendrai le temps de la réflexion pour me lancer dans une nouvelle recherche qui marquera peut-être une rupture avec mes thématiques passées.

Pour le centenaire de la révolution d’Octobre, je dois fournir au numéro spécial que vous devez lui consacrer une contribution intitulée « Les militaires français face à Octobre (1917-1920) ».

1Voir la recension de l’ouvrage sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6026

2A ce sujet, Georges Vidal évoque un projet avancé par le 2ème bureau début 1918, consistant à provoquer la famine dans les centres (urbains) contrôlés par les bolcheviques afin de faire s’effondrer leur pouvoir…

3Cet ouvrage a été recensé sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4367


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.