Philippe Bourdin, Cyril Triolaire (dir.), Comprendre et enseigner la Révolution française. Actualité et héritages, Paris, Belin, 2015, 408 pages, 33 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un superbe ouvrage que les éditions Belin proposent, en visant prioritairement les enseignants du cycle secondaire. Réalisé avec le soutien de la Société des études robespierristes, il est le fruit de la coopération d’une bonne trentaine d’auteurs, parmi lesquels on peut citer Jean-Numa Ducange, Laurence de Cock, Michel Biard, Marc Bélissa ou Hervé Leuwers (sans que l’on sache exactement qui a écrit quoi). Profondément didactique dans sa démarche, il est pourvu d’une riche iconographie, et chaque article est complété par quelques indications bibliographiques, ainsi qu’une sélection de documents destinés à pouvoir être étudiés en classe (un questionnaire possible est à chaque fois proposé). L’ensemble s’articule en plusieurs parties, qui recouvrent pour l’essentiel les consignes des instructions officielles de l’Éducation nationale (pour les classes de quatrième et de seconde, ainsi que le niveau primaire).

La première se penche sur l’historiographie de la Révolution française depuis 1989, insistant sur le développement et la multiplication des travaux de recherche et des angles d’approche (l’histoire culturelle en particulier), dans le même temps où l’enseignement mettait l’accent, dans la droite ligne d’un François Furet, sur le politique au détriment du social et sur la finalité civique. L’étude des manuels utilisés dans l’enseignement secondaire permet justement de repérer des différences de traitement concernant les personnalités de Robespierre et Bonaparte, au prix d’un certain simplisme. La remise en valeur de figures individuelles est d’ailleurs une des optiques de ces programmes récents, et certaines des propositions avancées – braquer le projecteur sur Drouet, Sieyès ou David pour lire la Révolution avec les élèves – sont tout à fait intéressantes. La seconde partie est plus classique, puisqu’elle propose un récit de la Révolution au travers de ses grandes périodes, 1789-1792, 1792-1795, 1795-1799, 1799-1804 et 1804-1815. On retiendra tout de même quelques réflexions un peu plus polémiques, ainsi de Thermidor dont le caractère de pivot est remis en cause (p. 77), ou de Napoléon dont le rôle de « fossoyeur de la Révolution » est affirmé, ce dès l’époque du Consulat, lui qui a rétabli une centralisation poussée et des hiérarchies « naturelles ». Les synthèses proposées sont en tous les cas fort utiles.

Vient ensuite une partie plus thématique, qui correspond pour l’essentiel à la section des programmes consacrée aux « Fondations d’une France nouvelle ». Là encore, on trouve des développements précieux sur les procédures de vote de l’époque (p. 130), qui s’apparentent plutôt à ce qui existe encore aux États-Unis avec les caucus ; sur l’évolution de l’armée, passée de soldats-citoyens à citoyens-soldats, la conscription n’étant réellement mise en place, dans son acception moderne, qu’en 1798 ; sur la déchristianisation, enfin, analysée comme une phase de « régénération républicaine », et dont les diverses interprétations historiographiques sont présentées (p. 185). Les principales figures de la Révolution sont également évoquées, et le plus intéressant, pour ceux qui sont un tant soit peu familier de la période, réside sans doute dans les considérations sur l’évolution des images de Marie-Antoinette (de la contre-révolutionnaire à la femme libérée), Robespierre ou Bonaparte (ce dernier construisant son image de son vivant, avec ces démonstrations de propagande que sont les Bulletins de la Grande Armée, p. 254). Les acteurs collectifs ne sont pas oubliés : sont ainsi traités les femmes, un temps bénéficiaires du « statut familial et civil le plus progressiste de l’époque » (p. 267), certaines ayant même réussi à combattre dans les armées (p. 270), ou la bourgeoisie, occasion de revisiter la notion de révolution bourgeoise1, plus complexe et ayant profité de manière contrasté aux composantes diverses de la bourgeoisie, l’auteur de l’article insistant surtout sur l’idée d’embourgeoisement du pays2. La traite négrière et l’esclavage sont également abordés dans cette partie, avec quelques pistes d’études utiles pour la classe3.

La dernière partie, pas la moins intéressante, est consacrée à la postérité artistique de la Révolution. Si l’article sur la peinture, axé en particulier sur David, est plutôt classique, les considérations sur le théâtre sont moins connues, que ce soit les recompositions du domaine, les effets contrastés de la censure (p. 338) ou le répertoire joué (dont un exemple, le Réveil d’Epiménide à Paris, est donné en extrait p. 343). La vaste production littéraire gravitant autour de la Révolution est également abordée, avec d’inévitables manques (ainsi de la trilogie de Daniel Crozes), des choix documentaires partiels (les extraits sélectionnés les plus récents sont ceux de Les Dieux ont soif d’Anatole France), mais également quelques surprises, comme les mangas ou les animés qui en sont issus (Lady Oscar, par exemple). Il en est de même pour les films et téléfilms, analysés finement (le Danton de Wajda, avec Depardieu, totalement captif de son évocation de la Pologne de Solidarnosc et Jaruzelski), et il est seulement dommage que ces articles n’aient pas également fait une place à la musique ou aux jeux, de société, de rôles ou vidéo.

La conclusion, stimulante dans ses pistes visant à modifier l’étude de la période au collège et au lycée, à « vivifier le sujet » (p. 395), pose tout de même la question du temps que l’on peut y consacrer, au sein de nouveaux programmes, effectifs à compter de la rentrée 2016, qui sont plus que jamais une accumulation déraisonnable de thèmes chronophages…

1Cible également d’Eric Hazan dans Une Histoire de la Révolution française, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/2772

2Curieusement, les indications bibliographiques ne font pas mention de la remarquable étude de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire.

3« La loi de départementalisation de 1798 pourrait pourtant être l’occasion d’une belle séquence d’instruction civique, par les catégories qui sont explicitement convoquées : qu’est-ce que la citoyenneté ? Qu’est-ce que le droit du sol ? Qu’est-ce que l’identité, quand elle n’est pas déterminisme génétique, mais conscience historique ? Bref, ce serait une très belle occasion de lier passé et présent, et de souligner la modernité étonnante de certains débats. », p. 302, à ceci près que le Directoire est totalement négligé dans les nouveaux programmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.