Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, Paris, La fabrique, 2012, 340 pages, 17 €.

Avec raison, Gramsci (1891-1937) reste considéré comme l’un des marxistes de l’entre-deux-guerres les plus importants. Le choix d’extraits, réunis ici en 7 chapitres, embrasse l’ensemble de ses écrits de prison et tente de mettre en évidence plusieurs de ses concepts : hégémonie, américanisme, culture nationale populaire, etc.

Les pages parmi les plus intéressantes sont celles qui reviennent sur l’articulation entre société civile et politique, direction et domination, force et persuasion, qui dessine une nouvelle conception de l’État – « hégémonie cuirassée de coercition » (p. 40) –, sensée mieux correspondre aux changements historiques opérés en Occident depuis la fin du XIXe siècle. D’où une réflexion sur la stratégie à adopter au regard du succès de la révolution en Russie et de son échec partout ailleurs. Également captivants, les passages consacrés à l’américanisme, à savoir les nouvelles méthodes et organisations de travail mises en œuvres aux États-Unis dans les usines Ford. Gramsci y voit une combinaison habile de la force et de la persuasion, une pression matérielle et morale, une rationalisation de la production, parallèle à une rationalisation des instincts sexuels où l’enjeu est « le processus de transformation psycho-physique » de l’ouvrier moyen (p. 303). Au fil des pages, se révèle alors un marxisme original, insistant sur les liens entre théorie et pratique, réflexion et volonté – « on ne peut prévoir « scientifiquement » que la lutte » (p. 120) –, sur les moments de crise et le complexe de compromis, d’équilibres instables, qui se noue par le biais de l’hégémonie de la classe dirigeante et appelle à un renouvellement complet de la stratégie des luttes.

Dans sa précieuse présentation et ses commentaires, Razmig Keucheyan revient sur les multiples usages de Gramsci – son positionnement contrasté en France et en Italie – et ses héritages, notamment dans les « cultural » et « subaltern studies ». On regrettera cependant qu’il ne développe pas cette filiation, en tentant de dégager ce qui était déjà en germes chez le penseur italien et ce qui tient plus à une réinterprétation de ses écrits. De même, un retour sur la manière de Gramsci de se situer dans la lutte au sein du Parti russe et du Kominterm aurait été nécessaire. Enfin, Keucheyan met bien en valeur l’originalité de Gramsci, montrant au passage les correspondances qui existent avec d’autres penseurs originaux, tels que Mariategui et Benjamin, ainsi que son actualité aujourd’hui.

Frédéric Thomas


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.