Adeline Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2016, 190 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

L’édition ce Master s’inscrit dans la lignée des travaux qui, depuis quelques années (Vincent Chambarlhac-Romain Ducoulombier1, Emmanuel Jousse2, notamment) visent à réintégrer – l’oubli historiographique régnant plutôt sur ces questions – l’action des socialistes réformistes d’avant la Première Guerre mondiale dans l’histoire du socialisme. Preuve de cette effervescence, la publication d’un ouvrage d’Albert Thomas3. Bien qu’une biographie, sur laquelle l’auteure s’appuie largement, soit disponible depuis plusieurs décennies4, de nouvelles archives permettent d’approfondir l’action de ce dirigeant réformiste sans complexe de la SFIO durant la période de la Grande Guerre. Comme l’explique Gilles Vergnon, le directeur du Master, dans sa préface au livre, « Albert Thomas est la figure archétypale du majoritaire de guerre et de la collaboration de classe » (p. 13). C’est à la découverte (ou la re-découverte) de cette « part maudite » de l’histoire du socialisme français que nous invite la jeune, mais experte, étudiante.

L’ouvrage comporte trois chapitres. Le premier repose essentiellement sur une exploitation secondaire systématique de la documentation disponible (où l’on s’aperçoit d’ailleurs, au passage, que la figure d’Albert Thomas a suscité beaucoup plus de travaux qu’on ne pouvait le soupçonner a priori), pour dresser le portrait de l’homme avant 1914. Celui-ci fait partie de ces socialistes normaliens, plus influencé doctrinalement par le socialisme de 1848 (Proudhon notamment) que par Karl Marx. Éditeur de plusieurs revues, il est également élu à partir de 1912 comme maire de Champigny. Il incarne le triptyque classique du socialiste de l’époque: coopérateur, syndicaliste et, bien entendu, militant SFIO. Il est très fortement marqué par une forme de fidélité au parti, dont il espère pouvoir influer sur la ligne en faveur de ses positions modérées. Au moment du déclenchement de la guerre, il se rallie sans aucune réserve à l’Union sacrée qui s’incarne dans la politique de défense nationale. Il vote l’entrée au gouvernement Viviani de deux ministres SFIO, Jules Guesde et Marcel Sembat, tandis que lui-même est affecté dans un régiment. Nommé conseiller technique de l’État-major, il s’y fait remarquer pour ses compétences en matière de chemins de fer. En 1915, il est nommé au poste de sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et aux Munitions. Cette nomination se réalise au moment même où les premières fractures se dessinent dans le parti (Manifeste de la Haute-Vienne). Très clairement, Albert Thomas défend les positions de la majorité de guerre : « Le chantre de l’Union sacrée des socialistes s’affirme alors de plus en plus comme le « ministre des obus » dont l’action est de plus en plus controversée » (p. 59). Les affrontements entre la majorité et la minorité interne socialiste aboutissent au départ des ministres socialistes. En décembre 1916 Thomas devient ministre. Comme l’écrit l’auteure, « la création d’un ministère, expressément destiné aux Fabrications de guerre signifie par ricochet l’ancrage d’Albert Thomas dans la volonté d’aller jusqu’à la Victoire, seule garantie de l’avenir d’une France socialiste à construire dans l’après-guerre » (p. 72).

Le second chapitre est précisément consacré à l’activité ministérielle, sur la base d’archives jusqu’alors inexploitées. Le « ministre des obus » s’entoure d’un ensemble de collaborateurs puisé dans le réseau du socialisme normalien d’avant guerre : Mario Roques, Maurice Halbwachs, François Simiand, Paul Mantoux, Willam Oualid. Hubert Bourgin est son principal conseiller politique. Il incarne la figure d’un « socialisme national », pour ne pas dire nationaliste. Son rôle est d’autant plus influent que par ailleurs, Bourgin est également éditorialiste à L’Humanité, développant une conception organiciste des rapports sociaux (p. 77 et suivantes). Ce réseau d’hommes s’accompagne d’un ensemble de publications, au premier chef L’Avenir, revue du socialisme. La position de Thomas est l’occasion pour lui d’expérimenter un laboratoire social au cœur de la guerre, laboratoire de la rationalisation industrielle, en vue d’une production toujours plus importante de munitions et de canons. Le projet de Thomas est celui d’une économie dirigée, visant à développer un projet industriel très performant, reposant sur la concorde nationale. Cette visée s’incarne dans Le Bulletin des usines de guerre, organe d’une modernisation industrielle, technique et sociale. Le développement du modèle taylorien trouve dans le Bulletin une place de choix. La création, ex nihilo d’un arsenal d’État dans la ville de Roanne constitue le projet le plus achevé de cette orientation technocratique, sous l’égide de l’État, acteur central d’une pacification des relations sociales et industrielles. Pour Albert Thomas l’arsenal de Roanne manifeste sa conception d’un volontarisme industriel étatique, s’opposant au « laisser-aller laisser-faire ». Las, le projet se révélera un échec. Tout en décrivant de manière très détaillée les réalisations de Thomas, l’auteure mezza voce laisse poindre une admiration pour la conception réaliste du réformisme socialiste, « ce qui l’interdit de se laisser emporter par l’appel de Moscou qui retentit dans les derniers mois d’exercice de ses fonctions » (p. 116).

Le dernier chapitre est consacrée à la rupture d’Albert Thomas avec la participation gouvernementale, fruit de l’évolution de la SFIO, qui s’éloigne du « social-chauvinisme » à partir de l’année 17. Mais avant de quitter le gouvernement, Thomas aura encore l’occasion de se rendre en Russie pour appuyer l’effort de Kerenski en faveur de la poursuite de la guerre. C’est le 13 septembre 1917 que sa participation ministérielle s’achève. Il quitte avec regret un ministère qu’il avait créé de toutes pièces et, en majoritaire conséquent, veut poursuivre à tout prix, hors du gouvernement, l’effort en faveur de la défense nationale. En fait, c’est toujours l’option de la guerre qui prédomine pour les majoritaires, Thomas au premier chef. Après la victoire des bolcheviques, Thomas se prononce pour l’intervention en Russie afin de lutter contre ces derniers, qui arrêtent la guerre. Mais la fin de cette dernière et l’influence de la révolution russe marginaliseront Thomas et les socialistes de guerre. Albert Thomas poursuit sa carrière au Bureau international du travail (BIT), organe de la Société des nations (SDN).

Dans sa courte conclusion, Adeline Blaskiewicz-Maison revient sur le bilan contemporain de l’action de Thomas, dont la politique durant la guerre préfigurait en fait les expériences de la gauche au gouvernement dans les décennies qui suivront. Ce qui lui fait écrire que « L’expérience d’Albert Thomas semble rappeler qu’au-delà des mots, les socialistes peinent, encore aujourd’hui, à se doter d’une pratique gouvernementale propre qui ne soit pas dénoncée comme un dévoiement de l’esprit « originel » de la gauche française » (p. 175).

Même si le lecteur n’est pas obligé de partager ce constat et les analyses qu’il sous-tend, il n’en reste pas moins que ce livre offre un regard tout à fait argumenté sur l’expérience socialiste de participation gouvernementale dans une période troublée.

1Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier (dir.), Les Socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants et combattants de la majorité (1914-1948), Dijon, EUD, 2008 ; Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes dans l’Europe en guerre. Réseaux, parcours, expérience, 1914-1918, Paris, L’Harmattan, 2010.

2Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Emmanuel Jousse, La construction intellectuelle du socialisme réformiste en France, de la Commune à la Grande Guerre, Thèse d’histoire, IEP Paris, 2013.

3Dorothea Hoehtker, Sandrine Kott (dir.), A la rencontre de l’Europe du travail. Récits de voyages d’Albert Thomas, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

4B.W. Schaper, Albert Thomas, trente ans de réformisme social, Paris, PUF, 1960.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.