Paul Frölich, Rudolf Lindau, Albert Schreiner, Jakob Walcher, Révolution et contre-révolution en Allemagne, 1918-1920. De la fondation du Parti communiste au putsch de Kapp, Paris, Éditions Science marxiste, collection « Documents », 2013, 501 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

On ne peut que souligner l’excellent travail de traduction entrepris par les éditions Science marxiste, avec ce nouveau volume de Paul Frölich (on trouvera sur ce blog et dans notre revue électronique les comptes rendus de ses autres livres, Autobiographie1 et Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne, 1914-19182). D’autant que ce livre est, pour la compréhension de la révolution allemande de 1918-1920, aussi important que l’Histoire de la Révolution russe de Trotsky l’est pour le cas soviétique. Cet ouvrage est paru en 1929 sous le titre de Illustrierte Geschichte des deutschen Revolution, publié par la maison d’édition du Parti communiste d’Allemagne (KPD). Sorte de manuel anonyme, il comprenait initialement huit chapitres. Les quatre premiers retraçaient l’histoire du mouvement ouvrier allemand de sa naissance à 1918. Les éditions Science marxiste ont choisi de n’éditer que les chapitres 5 à 8, avec les conclusions qui portent sur la période de la sortie de guerre à 1920. Une notice biographique présente chacun des auteurs, que l’on peut également retrouver dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international. Allemagne, édité par Jacques Droz en 1990. Les éditions Science marxiste ont, comme d’habitude, non seulement scrupuleusement reproduit les illustrations initiales3, mais aussi conduit un travail d’appareillage critique en proposant des encadrés permettant de mieux contextualiser le texte4. Ces quelques mots sur l’édition de cet ouvrage devraient permettre au lecteur de comprendre qu’il n’est pas face à un livre de nature universitaire, mais bien d’un texte profondément engagé, basé néanmoins sur une documentation d’une extraordinaire richesse, particulièrement détaillée, dont on peut, au passage s’étonner, qu’il n’ait pas donné lieu à un travail éditorial auparavant, tant le livre surclasse la production éditoriale française5. Ajoutons encore une dernière précision sur la période retenue. Très restreinte, elle s’échelonne du déclenchement du mouvement révolutionnaire de novembre 1918 au putsch de Kapp de mars 1920. Cette restriction temporelle n’est pas vraiment justifiée, alors que d’autres approches proposent plutôt la Märzaktion (1921)6 comme ultime soubresaut de l’activité révolutionnaire7.

L’analyse proposée au fil des pages est sous tendue par trois axes. Le premier est le rôle contre-révolutionnaire joué par la social-démocratie tout au long de cette période. Comme l’éditeur le précise, « Les responsabilités politiques de la social-démocratie pendant la guerre et l’après-guerre sont énormes et pèsent comme une pierre tombale dans la balance de l’expérience réformiste » (p. IX). L’incroyable énergie déployée par le prolétariat tout au long de ces quelques mois constitue le second thème d’analyse. Enfin, loin de toute hagiographie du rôle du mouvement communiste, l’ouvrage pointe en troisième lieu les limites et les insuffisances d’un mouvement politique révolutionnaire. Le ton est loin de celui qu’adoptera un KPD, transformé par le stalinisme, quelques temps plus tard, face à la brutale montée du nazisme8. On ne peut, dans le cadre de ce compte rendu, présenter dans le détail la richesse des informations proposées tout au long des pages. Prenons un seul exemple, celui de la composition sociologique des conseils d’usines (peu nombreux) et des conseils de soldats (dont le rôle dans le déclenchement du processus révolutionnaire fut décisif). Ainsi, si les conseils d’usines étaient l’émanation de la classe ouvrière (essentiellement représentée par les sociaux-démocrates et les sociaux-démocrates indépendants de l’USPD), les conseils de soldats étaient beaucoup plus hétérogènes dans leur composition, agglomérant des représentants des couches les moins politisées (ou plus exactement en voie de politisation), du prolétariat bien sûr, mais aussi du monde paysan, des employés, voire de la fraction subalterne des officiers. Le haut commandement militaire était parfaitement conscient de cet aspect hétérogène si bien que le 16 novembre la hiérarchie militaire rédige une circulaire précisant « Il faut intervenir avec célérité en constituant les conseils de soldats en tant qu’organe consultatif qui canalisent le mécontentement, rendant ainsi l’armée plus imperméable aux tendances extrémistes » (p. 11). D’ailleurs, les sociaux-démocrates, bien que très influents dans ces différents types de conseils, s’en méfiaient néanmoins. Ce qui a amené le SPD à soutenir, dans les campagnes, l’émergence de conseils de citoyens, émanation de la petite bourgeoisie rurale. Globalement, au front, le commandement militaire parvint à contrôler les conseils de soldats. Mais la fin de la guerre (11 novembre 1918) désagrégea l’influence de la hiérarchie sur les soldats. D’où la volonté, puissamment soutenue par le gouvernement Ebert, de créer une troupe spécialisée, les Freikorps (Corps francs), qui constituèrent le cœur du corps répressif dans les semaines et les mois qui suivirent.

Le livre analyse région par région, ville par ville, le développement du mouvement révolutionnaire, montrant à chaque fois l’influence décisive que les sociaux-démocrates jouèrent dans la contention du processus révolutionnaire. L’analyse ne se limite pas aux actions proprement politiques, mais s’intéresse également aux développements du mouvement ouvrier, en particulier dans l’ADGB (le mouvement syndicaliste, sous hégémonie social-démocrate). Les pages consacrées à la question syndicale sont ainsi d’un intérêt primordial pour comprendre à la fois les luttes d’influence (essentiellement entre les militants SPD et USPD, le KPD n’y jouant qu’un rôle de supplétif), et la suprématie à laquelle le SPD finira par aboutir dans le monde du travail, complétant son influence dans les conseils. Le lecteur lira avec le plus grand intérêt le récit des affrontements internes qui déchirent l’USPD et l’évolution difficile d’une gauche qui constituera la base de masse du KPD une fois l’unification accomplie. Car s’il est une antienne qui ne cesse de revenir tout au long de ces pages, c’est le rôle tout à fait secondaire que joue le courant communiste, sectaire, isolé, gauchiste. Malgré ses limites et le peu de progrès économiques ou politiques, la classe ouvrière ne cessait de lutter. Tant et si bien que l’instabilité politique dominait, amenant une partie de la direction militaire à soutenir le projet d’un coup d’État. Mais, conscients du rapport de force politique, les putschistes avaient prévu d’intégrer le SPD dans le gouvernement qu’ils envisageaient de mettre en place. A l’inverse, le putsch de Kapp fut un échec, dont la responsabilité historique repose, paradoxalement, sur le choix de la grève générale par Legien, le dirigeant le plus droitier de l’ADGB, contre l’avis de ses camarades du SPD. Alors que le KPD s’oppose à la grève générale (appelée en défense de la République, donc pas assez radicale), le SPD et l’USPD soutiennent l’appel syndical. En quelques jours, malgré la féroce répression, le putsch est brisé par ce qui constitue sans doute la plus importante grève générale de l’histoire européenne. L’échec du putsch provoque une nouvelle vague de grèves et d’affrontements à travers toute l’Allemagne, en particulier dans la Ruhr qui voit d’importantes victoires militaires ouvrières faire reculer l’armée. Hélas, les accords signés ne seront pas respectés par les dirigeants sociaux-démocrates. L’ouvrage se conclut sur l’analyse des accords de Bielefeld, ville dans laquelle ils sont conclus.

Malgré son caractère critique ravageur contre les forces ouvrières (le SPD, on le comprend aisément, mais aussi de manière plus inattendue les atermoiements de l’USPD), ce livre ne se présente pas non plus comme un plaidoyer pro domo en faveur de l’action du courant communiste, dont les nombreux manquements sont soulignés. Considérant ces caractéristiques, nous serions enclins à considérer cette somme comme le plus important publié depuis celui de Pierre Broué (soit quatre décennies) sur ce moment révolutionnaire allemand.

3Le lecteur découvrira avec stupeur des publicités en faveur du recrutement pour les Corps francs … dans le quotidien du Parti socialiste (SPD) !

4Le premier encadré (p. 6), par exemple, présente les partis conservateurs dans leur diversité.

5 Pierre Broué dans son Révolution en Allemagne, 1917-1923, Paris, Éditions de Minuit, 1977, en avait fait un usage assez systématique. Sur les publications récentes, on lira Chris Harman, La révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, 2015, dont un compte rendu est à paraître sur ce blog.

6Ce qu’on appelle l’Action de mars 1921 est une tentative de grève générale insurrectionnelle, à l’initiative de l’Internationale communiste, menée par le KPD et le KAPD (Parti communiste ouvrier d’Allemagne) scission de la gauche conseilliste du KPD en 1920.

7 Voir en particulier la synthèse de Chris Harman, précédemment citée.

8 Un slogan de l’époque, « Après Hitler, Thälmann ! » illustre bien la cécité dans laquelle la politique stalinienne avait plongé le mouvement communiste allemand. Rappelons que Ernst Thälmann était le principal dirigeant du KPD.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.