Louis Hobey, La Guerre ? C’est ça !…, Bassac, Aux éditions Plein Chant, collection « Voix d’en bas », 2015 (1937 pour l’édition originale), 352 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Georges Ubbiali)

En ce centenaire du premier embrasement mondial, nombreux sont les témoignages réédités, et en ce qui concerne ceux qu’on nomme les « gens du commun » mobilisés, celui de Louis Barthas1 est assurément un des plus connus. La démarche des éditions Plein Chant2 est d’autant plus méritante, car le livre de Louis Hobey, publié initialement à la Librairie du Travail en 1937, s’impose comme un regard de première importance. Bien que son personnage principal apparaisse sous un autre nom, c’est bien de lui dont parle Louis Hobey. Lui, jeune instituteur, qui, débutant son service militaire en 1913, se retrouve emporté par le déclenchement de la guerre. Passé le choc, ce membre des forces auxiliaires se voit affecté à l’administration d’une sous-préfecture : l’occasion de brosser quelques tableaux de mœurs d’une petite bourgeoisie locale, faite de « planqués », d’opportunistes et de médiocrités jalouses. Finalement mobilisé en 1916, après un passage devant une commission médicale qui ressemble à un prétexte, le voilà jeté dans le chaos de la guerre, d’abord en Argonne, puis dans la Somme et l’Aisne. Son comportement courageux3 et son action de liaison lui vaudront de passer caporal, puis sergent, les circonstances difficiles dans lesquelles il fut plongé devant visiblement beaucoup aux soupçons de défaitisme pesant sur lui, qui poussaient ses supérieurs à le mettre en danger.

Ses descriptions de la vie sur le front sont d’une grande empathie et d’un réalisme authentique. Certains épisodes sont particulièrement marquants, certaines images frappantes : le pied d’un cadavre dépassant de la paroi d’une tranchée et servant de point de repère ; les charniers à ciel ouvert des champs de bataille ; l’exécution d’un prisonnier allemand par un officier français, poussant à un désir puissant de révolte. Louis Hobey connaît même, début 1918, au moment où les armées allemandes tentent leurs ultimes offensives pour percer le front, une forme d’épuisement moral, qui le pousse à s’exposer volontairement aux balles ennemies afin de mettre fin à ce calvaire. La chance le laissera vivre. Finalement, il se retrouve, en juillet 1918, capturé par les Allemands. Les pages qu’il rédige sur cette vie de prisonnier sont particulièrement intéressantes. Non que sa description des affrontements sanglants soit sans intérêt, mais de très nombreux autres livres ont déjà livré témoignage de la grande boucherie que fut la guerre des tranchées. Cette évocation de la vie de prisonnier, avec le supplice de la faim, mais également la dislocation de la fraternité des tranchées, et le retour d’un individualisme dans lequel il voit l’impossibilité de changer réellement et ultérieurement les choses, est frappante. La vie à l’arrière est également évoquée, ses retrouvailles émouvantes avec sa femme, et toujours une colère plus ou moins contenue contre les va-t-en-guerre, les complices et les profiteurs de l’effort belliciste. Son témoignage ne manque pas, à certains moments, d’une véritable poésie (« Quelques larmes comptent-elles dans le torrent de larmes ? La mer elle-même n’est qu’un ensemble de gouttes d’eau salée. », p. 61). Surtout, il met en valeur le sort commun des soldats français comme allemands, citant quelques actes ordinaires de solidarité : « Si quelque chose sauvait l’humanité au cours de cette guerre, où elle roulait si bas, c’était bien la solidarité qui liait les humbles dans leur mauvais destin. » (p. 88). Le retour s’effectuera lentement, les prisonniers revenant d’Allemagne étant perçus comme porteurs éventuels du « bacille révolutionnaire » (Louis Hobey et d’autres avaient d’ailleurs formé en captivité un éphémère soviet de soldats). C’est finalement en janvier 1919 qu’il retrouve son foyer, et découvre le sort réservé à un de ses premiers amis de guerre, devenu une gueule cassée : ses descriptions sont parmi les plus saisissantes, les plus poignantes du livre, et laissent littéralement sans voix devant l’horreur. « Il était le reproche vivant qui se dressait devant tous les hommes, ceux qui avaient voulu cette guerre sans la faire, ceux qui l’avaient faite et ceux qui l’avaient laissé faire. Il était, il devait être à jamais le remords. » (p. 297). Par la suite, Louis Hobey reprit son métier d’instituteur, se faisant l’ardent défenseur de la méthode Freinet, militant du syndicat des instituteurs. Adepte du syndicalisme révolutionnaire (publiant des brochures où il défendait cette conception), il développa une propagande pacifiste, ce qui lui valut le retrait de ses décorations.

La Guerre ? C’est ça !… est un cri, celui d’un pacifiste écœuré par la guerre, révolté contre la lâcheté de ses semblables (et la sienne tout autant), incapable de dire non au grand massacre. Son espoir réside tout entier dans l’éducation des jeunes générations, la transmission d’un message de paix pour mettre fin à la guerre4. Vision naïve ? Plutôt le rêve d’un traumatisé de l’existence, le moyen de croire à des lendemains meilleurs de la part d’un syndicaliste révolutionnaire qui s’investit un temps (celui des années 1920) dans le militantisme communiste. Son témoignage, halluciné, rejoint ainsi les grands textes de la littérature de guerre, écrit par les combattants eux-mêmes5. Un copieux appareil critique complète cette édition de grande qualité, y compris formelle6 : une étude biographique sur l’auteur, qui replace également son témoignage dans ceux de ses contemporains, son livre semblant bien avoir été passé par pertes et profits ; la reproduction de la note de lecture publiée par Maurice Dommanget dans L’École émancipée en 1937-1938 ; les témoignages de Jeanne Chatroussat, qui fut sa collègue et amie dans la seconde moitié des années 1930, ainsi que de José Chatroussat, son fils (ancien dirigeant de Lutte ouvrière). Un livre qui mérite amplement de trouver son public.

1Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier. 1914-1918, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2013.

2Ces éditions publient, entre autres, les Cahiers Henri Poulaille : http://www.pleinchant.fr/catalogue/Livresdaujourdhui/CahiersPoulaille.html

3Décoré pour son héroïsme, il déterra lui-même un de ses camarades enterrés vivant suite à une canonnade meurtrière.

4« Comprendre, tout est là. Et aimer, c’est comprendre ! Les hommes se battent parce qu’ils ne se comprennent pas. Le jour où, quelle que soit la rive qu’ils habitent, ils pourront discuter dans la même langue, ce jour-là, et peut-être ce jour-là seulement, la guerre aura vécu. » (p. 240).

5Dans une très utile orientation bibliographique en fin d’ouvrage, une sélection de livres de combattants est proposée.

6Elle est agrémentée de la reproduction d’un très beau bois gravé d’Antonio Galbez datant de 1920.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.