Chris Harman, La Révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, préface de Sebastian Budgen, 2015, 410 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali

Chris Harman est l’auteur de plusieurs ouvrages dont on trouvera des comptes rendus sur ce blog de Dissidences1. Comme il est précisé dans l’utile préface de Sebastian Budgen, ce livre a été publié initialement en anglais en 1982. Il est édité en français sans modification, ce que l’on ne peut que regretter au vu de l’avancée des connaissances historiographiques, qui auraient au moins nécessité une actualisation des références bibliographiques citées2. Chris Harman (1942-2009), dirigeant du SWP (Socialist Workers Party) anglais, livre ici un « récit critique écrit par un militant révolutionnaire pour des militants révolutionnaires » (p. 7). La position engagée de l’auteur est clairement assumée au fil des pages, et se ressent en particulier dans ses conclusions, qui mettent l’accent sur la responsabilité des sociaux-démocrates et de l’absence d’une direction qualifiée pour le KPD [Parti communiste d’Allemagne], prisonnier d’un « cercle vicieux » (p. 238), dans l’échec révolutionnaire. Pour autant, sa synthèse est riche en références variées, et solide sur le plan des faits évoqués3. Elle est toute entière vertébrée par une idée force : la révolution allemande aurait objectivement pu réussir, contrairement à ce qu’affirme une certaine téléologie pessimiste4.

Chris Harman suit donc le développement du processus historique, en commençant par la situation du mouvement révolutionnaire (la gauche de la social-démocratie) avant août 14, pour terminer par l’épisode de l’octobre allemand (le soulèvement décommandé) de 1923. Récit appuyé sur une vaste littérature anglo-saxonne, le lecteur apprendra beaucoup de cette courte période (cinq ans) qui constitue probablement l’expérience révolutionnaire la plus avancée qu’ait connu un pays européen durant tout le XXe siècle. Les considérations sur la classe ouvrière allemande, bien que ramassées, sont souvent très intéressantes, ainsi de son caractère peu centralisé avant-guerre. De même, les événements sont bien restitués dans leur enchaînement chronologique : la révolution de 1918 couvrant le pays de conseils, déclenchée de la périphérie vers le centre ; la domination sur ces conseils du SPD [Parti social-démocrate d’Allemagne] et dans une moindre mesure de l’USPD [Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne] ; le maintien par le nouveau pouvoir de l’ancienne bureaucratie et du commandement militaire antérieur, qui seront, insiste Harman, autant de fourriers d’Hitler chancelier ; la création du KPD, privé initialement des Délégués révolutionnaires de Berlin et ayant succombé au piège tendu par le gouvernement début 1919 (la responsabilité de Karl Liebknecht est ici largement mise en valeur, lui qui n’a pas respecté la décision plus prudente de la direction du parti). L’écrasement de l’insurrection à Berlin fut d’ailleurs suivi de nombreuses opérations similaires dans le reste du pays, à Brême ou dans la Ruhr, toutes menées conjointement par le SPD et les corps francs (Freikorps). Surtout, la capitale connut également un autre épisode répressif au mois de mars, dirigée contre le pouvoir des conseils et l’objectif de socialisation effective de l’économie. On peut véritablement parler, à l’égard de ces événements, de situations de guerre.

Plus connu, le soulèvement en Bavière est bien retracé5, l’assassinat de Kurt Eisner provoquant une radicalisation qui débouche sur la proclamation d’une République des conseils, surtout décidée d’en haut. C’est pour défendre celle-ci que les communistes locaux, menés par Eugen Leviné, et poussés par les travailleurs mobilisés à la base, en prirent dans un second temps la direction, sans pouvoir rompre l’isolement, entraînant son écrasement. Dans son exposé sur le putsch de Kapp, en 1920, Chris Harman insiste sur la résistance ouvrière, incarnée dans la grève générale, mais également dans la mobilisation armée à la base et la prise de pouvoir par des conseils en Ruhr, Thuringe ou dans la Saxe. Cette situation conduisit le SPD à proposer à l’USPD et au KPD la formation d’un gouvernement « ouvrier », proposition refusée par les deux dernières organisations. L’armée intervient alors pour mettre fin à la mobilisation populaire (Chris Harman va jusqu’à parler à son sujet de « terreur blanche »), alors que dans le même temps, la répression contre les acteurs du putsch demeurait limitée. Le dernier acte de cette séquence révolutionnaire a lieu en 1923, année de crise intense, d’occupation de la Ruhr et d’inflation galopante. C’est dans la Ruhr, justement, mais également en Allemagne centrale, que des « centuries prolétariennes » s’organisent, élément parmi d’autres d’une radicalisation qui fait du KPD, selon Chris Harman, le parti ayant derrière lui la majorité de la classe ouvrière. Néanmoins, la direction, divisée par l’opposition de Ruth Fisher et Arkadi Maslow, ne suit pas cette radicalisation, privilégiant une stratégie plus défensive. Flux et reflux se succèdent, la grève générale d’août et l’essor des conseils ouvriers subséquent étant suivis par un recul lié à la démission du gouvernement Cuno, remplacé par un cabinet d’union nationale. Le début de l’automne voit toutefois la Saxe et la Thuringe mettre en place des gouvernements « ouvriers », menacés par le pouvoir central. C’est là l’occasion que la Comintern veut saisir pour déclencher enfin une révolution victorieuse. Toutefois, par manque d’appui de la gauche du SPD, l’appel à la grève générale n’est pas lancé, faisant avorter par conséquent l’insurrection ; le gouvernement saxon est finalement, comme une ultime redite du passé, déposé par l’armée.

Dans ce livre dense et prenant, le seul problème du lecteur réside dans sa capacité à supporter les jugements péremptoires de l’auteur sur la situation qu’il examine. Non seulement le style s’en ressent, mais surtout la dimension du jugement domine, trop souvent, l’appréciation historique. Ainsi, exposant la discussion sur la tactique syndicale lors du congrès de transformation de la Ligue Spartakus en parti communiste, Chris Harman tranche : « Il n’est pas douteux qu’elle était erronée » (p. 97), se posant ainsi en véritable démiurge. Il regrette également la scission interne aux communistes, ayant généré le KAPD {Parti communiste ouvrier d’Allemagne], communiste de gauche, qu’il analyse comme un affaiblissement dangereux. On retrouve la même tonalité dans l’appréciation de l’attitude de Rosa Luxemburg, avant-guerre ou lors de la période insurrectionnelle de janvier 1919, à qui il reproche (hors contexte, disons-le franchement) de ne pas avoir fait le même choix que Lénine, celui de la construction d’un parti révolutionnaire autonome6. Le summum de cette conception est sans doute le titre donné au chapitre 10, portant sur l’épisode de mars 1921 (s’inscrivant dans l’offensive révolutionnaire) : « La folie de mars 1921 », une initiative d’offensive menée par le KPD en Allemagne centrale, un de ses bastions, qui se solda par un échec cuisant, et diminua les effectifs militants de moitié. Ce chapitre condense bien des critiques : idolâtrie de Lénine7 ; affirmation péremptoires sur l’attitude politique des dirigeants révolutionnaires8 ; réduction psychologique des positionnements politiques9 ; usage de la situation de mars 21 pour disqualifier ses adversaires politiques10 ; etc. Bref, les exécutions et les jugements d’autorité tiennent parfois lieu d’analyse, débouchant d’ailleurs sur l’explication par les faiblesses (psychologiques) des grands hommes (les dirigeants du KPD). Pour autant, Chris Harman relève aussi, dans cet échec de mars 21, la responsabilité de certains dirigeants de la Comintern (Gregori Zinoviev, Nicolaï Boukharine, Karl Radek, Bela Kun).

On a évoqué plus haut le style qu’utilise Chris Harman pour ses leçons de choses. On se contentera de citer cet extrait de la page 343 : « Les historiens libéraux et sociaux-démocrates décrivent le plus souvent le Premier ministre de Saxe Zeigner comme un homme « plein de bonnes intentions » mais « instable ». Ils oublient d’ajouter que cette caractérisation a été appliquée à bon nombre de figures historiques, des Girondins de la révolution française à Kerensky dans la Russie de 1917, de Dubcek en Tchécoslovaquie en 1968 à Allende au Chili : tous ont essayé de conclure des compromis entre les forces politiques se polarisant rapidement. Leurs « bonnes intentions » venaient de ce qu’ils savaient qu’une réaction triomphante (qu’elle soit royaliste, tsariste, stalinienne ou de la CIA), signifierait un bain de sang dans lequel ils perdraient leur propre popularité ; leur « instabilité» consistait dans leur incapacité à adopter une position ferme contre la réaction, essayant d’atteindre leurs buts par la persuasion plutôt que par la violence ».

En fait, l’accumulation de jugements assenés, une tendance probablement plus marquée que dans le Révolution en Allemagne de Pierre Broué, peut parfois rendre la lecture agaçante, y compris pour le lectorat révolutionnaire auquel il s’adresse. Ils sont surtout la marque d’un engagement politique en faveur des bolcheviques, sensible par exemple dans l’analyse de la révolution de 1918, qui aurait gagné à ne pas convoquer de Reichstag et à ne pas mettre en place un suffrage réellement universel, mais pondéré par l’appartenance de classe11. Pour autant, le livre comporte de très nombreuses informations peu connues (ainsi sur la personnalité de Kurt Eisner, figure revendiquée par le mouvement libertaire), ainsi que des analyses du plus grand intérêt, par exemple sur les oscillations de la conscience révolutionnaire, jamais donnée une fois pour toute et susceptible d’évoluer au jour près, sur la responsabilité finale de la social-démocratie dans le développement du fascisme, mais surtout du stalinisme, résumée par la formule « La social-démocratie à l’Ouest engendra le stalinisme à l’Est » (p. 375). Un important glossaire, non seulement des noms propres, mais aussi des organisations, des événements et des termes géographiques complète cet ouvrage contrasté.

1Le dernier en date étant son imposante Histoire populaire de l’humanité : https://dissidences.hypotheses.org/87

2Certaines allusions à la période politique de rédaction peuvent également apparaître assez décalées, mais elles sont finalement assez peu nombreuses. Ainsi, p. 242, les résultats électoraux du KPD sont commentés ainsi : « à peine 500 000 voix et un pourcentage inférieur à celui de l’extrême gauche française dans une atmosphère calme de mars 1978 ».

3Rares sont les erreurs que nous avons pu relever, ainsi du transfert des divisions allemandes de l’est vers l’ouest après Brest-Litovsk, qui, contrairement à ce qu’affirme Chris Harman, fut loin d’être complet, l’État-major conservant des divisions sur le front oriental afin de lutter contre la menace bolchevique et d’étendre la sphère d’influence de l’Allemagne (p. 58).

4Il y a là également une empreinte forte du contexte de rédaction, marqué par un reflux des idées révolutionnaires et un doute sur leur possible victoire, état d’esprit que Chris Harman désirait combattre.

5En particulier les causes de ce soulèvement particulier, évoquées (p. 163).

6 « Son erreur tactique ne trouve pas son explication dans un évènement quelconque de décembre ou de janvier, mais dans quelque chose de plus ancien –le fait d’avoir, en 1912, puis en 1916, sous-estimé l’importance de la construction d’un parti socialiste révolutionnaire indépendant » (p. 126)

7« De tous les grands chefs révolutionnaires, seul Lénine semblait capable de mettre complètement de côté de tels sentiments personnels » (p. 253).

8« Ils doivent utiliser certaines des formes caractéristiques d’organisation autoritaire développées par le capitalisme pour combattre le capitalisme » (p. 253-54).

9« Rien n’est plus éprouvant pour le système nerveux d’un dirigeant révolutionnaire que de devoir continuellement empêcher des sections des masses de passer prématurément à l’action. Même un dirigeant équilibré et expérimenté comme Brandler souffrait de sentiments de frustration » (p. 257).

10La « démence gauchiste » étant rapportée à la vision guévariste (p. 263).

11Il effectue d’autres parallèles, ainsi du putsch de Kapp mis en perspective avec celui de Kornilov en août 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.