Pablo Neruda, Chanson de geste, Montreuil, Le Temps des cerises/Abra Pampa éditions, collection « Petite bibliothèque de poésie », 2016, 189 pages, 12 €, édition bilingue.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Chanson de geste, partiellement écrit lors d’une traversée atlantique en bateau en 1960, n’avait jusqu’à présent jamais été traduit en français. Il s’agit d’un voyage et d’une épopée, qui célèbre les luttes en Amérique latine, en général, et la toute récente (janvier 1959) révolution cubaine, en particulier : « là-bas grandit la douleur de ceux qui espèrent » (p. 11). Dans ce long poème, Pablo Neruda revendique à nouveau ses « devoirs d’utilité publique, c’est-à-dire de pur poète » (p. 7) :

« je viens du peuple et pour lui je chante :

ma poésie est cantique et châtiment » (p. 81).

Le poète chante la libération cubaine, au regard de l’oppression nord-américaine et des luttes écrasées dans divers pays :

« dans le sud amazonien de l’Amérique,

les cicatrices de la tyrannie

marquent les murs abîmés du Paraguay

et les pierres amères de Bolivie » (p. 35).

Si le caractère épique de ce genre de poésie a mal vieilli, elle n’en garde pas moins quelques beaux accents, comme lorsque le poète évoque la souffrance des Noirs – « se coucher fatigués avec la mort, / et vivre encore une fois chaque matin » (p. 149). De plus, l’ironie placée ici ou là défait le caractère parfois trop emphatique du texte – « il étudia beaucoup pour être Président / (pour être un homme il n’a pas eu le temps) » (p. 95) -, préservant par-là même sa charge… charge utopique qui clôt d’ailleurs cette Chanson de geste, et qui demeure intacte :

« et le temps qui marche sur les heures

jusqu’à ce que tous soient enfin heureux.

Et ainsi commence l’Histoire une nouvelle fois » (p. 185-187).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.